Bannière

Bruno Massot et Daria Popova entrent en piste

Envoyer Imprimer PDF

Bruno Massot et Daria Popova s'élanceront sur la glace de Sheffield aux alentours de 15 heures pour le programme court des championnats d'Europe de patinage artistique. Le couple caennais, devenu champion de France il y a un mois, aborde cette compétition sans véritable pression. L'objectif est d'intégrer le Top 10, qui offrirait probablement un billet pour les championnats du Monde.

 


Daria Popova et Bruno Massot ont préparé leur première grande échéance internationale avec trois incertitudes planant au-dessus d'eux. Les deux premières remettaient directement en cause leur participation, d'une part pour des points obtenus en compétition mais non-comptabilisés par la fédération internationale, d'autre part pour un problème lié au visa dont avait besoin Daria Popova, citoyenne russe, pour se rendre en Grande Bretagne. La participation du couple caennais a été confirmée jeudi dernier, six jours avant que ne soient donnés les premiers coups de patins. Quant à  Daria, elle a obtenu son visa lundi et s'est envolée pour l'Angleterre dans la foulée. Enfin, il s'agit là du troisième doute qui subsistait, les 19 paires qualifiées ont appris qu'il n'y aurait pas de tour préliminaire. Or Bruno Massot et Daria Popova, malgré leur statut de champions de France, auraient été susceptibles d'y participer en lieu eu place de l'autre couple français présent à Sheffield.

 

Un couple en avance

 

Les Caennais se sont efforcés de rester concentrés sur leur entraînement, mais les tracasseries subies ont quelque peu perturbé les derniers jours de préparation. C'est en tout cas ce qu'avance Jean-François Ballester, entraîneur du couple à l'ACSEL. Ce dernier est néanmoins très satisfait du travail réalisé par ses protégés depuis leur titre national, il y a un mois, et même avant. Quand Daria Popova et Bruno Massot sont devenus champions de France, Jean-François Ballester n'était pas étonné pour les mêmes raisons que les autres observateurs. « La surprise, c'était de voir tout le monde surpris, sourit-il. Je l'attendais, et je pensais que la Fédération regardait ce couple avec les mêmes yeux que moi. La victoire n'était pas l'objectif qu'on recherchait, mais je pensais qu'on pouvait gagner. »

Jean-François Ballester connaît le couple mieux que quiconque et a tout de suite perçu son potentiel. « Ça s'est très bien passé dès le départ, raconte-t-il. Ils ont vite réalisé des difficultés qui prennent souvent beaucoup de temps aux autres couples. Je savais qu'ils pouvaient performer très vite. Il reste encore plein de boulot, ça prend trois à cinq ans avant d'être au top, mais ils ont grillé les deux premières années en six mois. » Daria Popova, bientôt 19 ans, a rejoint Bruno Massot, de quatre ans son aîné, quand ce dernier s'est séparé d'Anne-Laure Letscher. C'était il y a moins d'un an. « Daria et moi, on va bien ensemble, confiait Bruno en octobre 2011. Je sens que c'est la bonne. Dès le premier entraînement ça marchait très bien. »

 

Le potentiel pour atteindre le très haut niveau

 

Ça marche si bien que les deux « font des exploits de niveau mondial à l'entraînement », selon leur coach. Ce n'est que le mois dernier, à Damarie-lès-Lys, qu'ils ont révélé leur potentiel à la concurrence. Morgan Ciprès et Vanessa James étaient les grandissimes favoris. Ils ont pourtant terminé loin de la paire caennaise, qui n'avait bouclé son programme que deux semaines plus tôt. « Ça faisait quinze jours qu'ils travaillaient comme des fous, se souvient Jean-François Ballester. Ils se sentaient prêts. Même sans la défaillance de l'autre couple, ils auraient pu gagner. Leur programme était encore très perfectible, mais ils ont passé des éléments que les autres ne maîtrisent pas. » En totalisant 137 points, Daria Popova et Bruno Massot se sont inscrits dans le Top 5 européen, une performance jugée « ultra positive ».

A Sheffield, où commencent aujourd'hui les championnats d'Europe, leur objectif sera d'intégrer les dix premières places, même si le classement ne figure pas au rang des priorités. L'appétit venant en mangeant, les jeunes caennais peuvent rêver de Mondiaux, du 26 mars au 1er avril à Nice. « Si on élimine deux des trois erreurs majeures qu'on a commises au championnat de France, on atteindra les minima, calcule Jean-François Ballester. L'objectif, cette saison, était simplement de se qualifier pour les championnats d'Europe. Mais ce couple a le potentiel pour viser un podium mondial à terme. » Daria Popova et, plus encore, Bruno Massot ne font pas mystère de leurs ambitions : les Jeux Olympiques. « Une première fois pour découvrir, une deuxième fois pour se classer. »

Commentaires (0)
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!
 

Contact

Vous souhaitez :

- Écrire des articles ?
Communiquer des informations ?
-
Devenir annonceur ?

Contactez-nous : redaction@sportacaen.fr