Le Stade Caennais épique et en playoffs !

04 avril 2016 Ecrit par 

Rugby. Rueil 11 – 13 Caen, 17ème journée de Fédérale 3. Épique ! C'est ainsi que Pierre-Louis Carrillo, co-entraîneur du Stade Caennais, qualifie la victoire de son équipe à Rueil, dimanche après-midi. Difficile de lui donner tort au vu du scénario de la rencontre, décisive en vue des playoffs. La pénalité décisive, à quarante bons mètres, a été inscrite dans les arrêts de jeu.

 

À saison exceptionnelle, dénouement exceptionnel ! Promu en Fédérale 3, battu (parfois lourdement) lors de ses trois premières rencontres, candidat légitime au maintien, le Stade Caennais a surpris son monde en s'installant dans la première moitié de tableau. Dimanche, son déplacement à Rueil constituait une étape décisive dans sa course aux playoffs. Caen l'a parcourue avec succès, mais non sans difficulté. « Le Parisien était solide, s'amuse Pierre-Louis Carrillo, lui-même passé par Rueil. Ils n'ont rien voulu lâcher, d'autant qu'ils avaient encore la possibilité de se qualifier s'ils gagnaient. Si on avait perdu, vu notre dernier match, ça aurait été compliqué pour nous... » En somme, le duel avait des allures de playoffs avant l'heure. Et à ce petit jeu, c'est Caen qui a été le plus fort.

 

Le très bon départ orchestré par le Stade Caennais, venu avec un bus de supporters, y a forcément contribué. Après un bon quart d'heure de jeu, Antoine Giraud convertissait une belle action collective impulsée en touche. « C'est un enchaînement qu'on bosse depuis deux ans. Quand ça marche comme au tableau noir, c'est génial ! » Antoine Giraud transformait l'essai, et Caen prenait les devants (7-0). Le score allait demeurer inchangé jusqu'à la mi-temps. À la reprise du jeu, les Normands prenaient le pas sur leurs adversaires. « On les acculés dans leur camp », précise Pierre-Louis Carrillo. Rueil était sanctionné, et Antoine Giraud aggravait la marque : 0-10. Caen tenait le bon bout, avant qu'un fait de jeu ne vienne chambouler la suite de la rencontre.

 

Rueil voit rouge, mais Caen recule

 

A priori relativement agacé par la tournure des événements, le capitaine de Rueil sortait de ses gonds et « pétait le nez » du pilier caennais. Les esprits s'échauffaient pour de bon, y compris sur les bancs. « C'est parti en vrille et il a fallu calmer tout le monde, même les coachs. » Le calme est revenu, mais Caen n'était plus tout à fait là. Ou plus comme avant. « Les gars ont perdu un peu le fil du match alors qu'on jouait à quinze contre quatorze, puisque leur capitaine a pris un rouge. » Le reste du match allait s'écrire dans le camp caennais. Mis sur le reculoir, le Stade Caennais pliait et finissait par rompre. Rueil réduisait la marque sur un ballon porté. Les Normands n'étaient alors plus quinze sur le terrain, mais seulement douze. « On a pris des cartons à notre tour... » Revenu à 5-10, Rueil sentait bien le vent tourner. D'une pénalité, les locaux se rapprochaient encore un peu plus (8-10). Tendu !

 

La fin de match promettait d'être à suspense. Rueil continuait de pousser et bénéficiait, à quelques minutes du terme, d'une pénalité « pour une faute qu'on cherche encore ». Pénalité transformée : 11-10. Caen tente alors de repartir de l'avant, mais sans réussite. Et alors que beaucoup pensent le match sur le point de s'achever, l'arbitre laisse une poignée de secondes supplémentaires. « On récupère le ballon et on se fait plaquer à quarante mètres, légèrement excentrés. Le premier défenseur vient contester, honnêtement je ne pense pas qu'il fasse faute. L'arbitre siffle une pénalité. » La suite est signée Antoine Giraud. L'homme fort du Stade Caennais cette saison prend sa chance très loin des poteaux et convertit le tir. 11-13 ! « C'était vraiment épique, un vrai match de phases finales ! » De fait, il qualifie Caen pour les playoffs. Avec six points d'avance, le SCRC ne pourra plus être rejoint.

 

Auxerre au menu !

 

Caen terminera la saison régulière dans trois semaines face à Marcq-en-Barœul, au stade Hélitas. Une semaine plus tard, il sera opposé à Auxerre en 32ème de finale. « C'est notre récompense. » La mission s'annonce impossible devant cet ancien pensionnaire de Fédérale 2, mais les Caennais auront à cœur de faire bonne figure. Et tant pis pour les congés programmés un peu trop tôt. « J'avais prévu d'aller en vacances la première semaine de mai, ce sera un peu plus tard, sourit Pierre-Louis Carrillo. Je ne vais pas bouder mon plaisir ; je ne pouvais pas rêver plus belle sortie. » L'entraîneur des avants sort par la grande porte. Il sera remplacé la saison prochaine par Tony Bonnafous, actuel entraîneur de l'équipe réserve. Ce dernier sera accompagné d'Alexandre Lebouteiller, qui conserva pour son poste. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr