Solveig de La Hougue (Ovalie Caennaise) : « Envie de faire une belle dernière saison »

29 novembre 2017 Ecrit par 

L’Ovalie Caennaise a concédé dimanche sa première défaite de la saison contre le Stade Français (11-20). Pour Solveig de La Hougue, il a manqué un peu de combat et d’agressivité. L’arrière caennaise, auteure d’un très bon début de saison, aspire quant à elle à profiter avant de raccrocher les crampons…

 

Solveig, vous n’étiez plus habituées à la défaite, quel est ton sentiment après celle concédée devant le Stade Français ?

C’est dur. On fait une très mauvaise entame en prenant deux essais très vite. Notre défense n’était vraiment pas bien en place, ça ne pardonne pas face à des équipes qui ouvrent comme le Stade Français, qui courent et qui jouent bien au ballon. On savait que ces petites erreurs ne pardonneraient pas, mais on les a faites… On a réussi à bien réagir par la suite. Il faut savoir se servir de cette défaite et l’effacer. Ce n’est pas si grave que ça, mais il faut en tirer les leçons tout de suite. Il ne faut pas se morfondre.


As-tu senti l’équipe en-dedans sur ce match ?

Honnêtement, je pense qu’on est au-dessus d’elles. On a juste manqué d’agressivité, de combat et peut-être de solidarité. On a eu quelques très bonnes occasions qu’on n’a pas su concrétiser. Un peu comme les années précédentes, quand on domine et qu’on ne marque pas, ça ne va pas. Il faut absolument qu’on arrive à concrétiser nos moments forts.

 

Cette défaite peut-elle amener un peu de doute dans l’équipe ?

Je ne pense pas. On est toujours resté solidaires même dans les défaites les années précédentes. Je ne vois pas pourquoi une défaite dans une saison pourrait nous mettre en-dedans. On est toutes compétitrices, on hait toutes la défaite, donc on va très vite se remettre au travail. Je n’ai aucun doute là-dessus.

 

Il y a une belle lutte en haut de tableau, ce championnat semble vraiment intéressant…

Tout à fait. C’est assez hétérogène quand on pense aux premières équipes qu’on a rencontrées, mais on voit désormais trois équipes qui se tiennent bien (Caen, Grenoble et le Stade Français, ndlr). C’est mieux pour nous. Ce genre de match, c’est ce qu’on recherche. L’essentiel est d’être dans les quatre (pour accéder aux playoffs, ndlr), mais mieux on sera classé et plus ce sera facile pour la suite. Le prochain match à Grenoble sera donc tout aussi intéressant.

 

C’est le leader du championnat…

Tout le monde l’annonce comme l’ogre du championnat, la grosse armada. Je ne les connais pas donc je jugerai sur pièce (sourire). On verra dans quinze jours, mais elles ne me font pas plus peur qu’une autre équipe. On va travailler pendant deux semaines et on sera prêtes à jouer ce match là-bas.

 

On a vraiment le sentiment qu’une dynamique a été relancée à l’Ovalie, même si c’est dans la division du dessous par rapport au Top 8 que vous avez longtemps fréquenté.

La descente a permis à des joueuses qui n’auraient pas forcément beaucoup joué l’an passé d’avoir beaucoup plus de temps de jeu, de s’affirmer, de prendre confiance. Quand on voit ce que fait Alizée (Fouré) en 9 pendant les trois-quarts du match, c’est impressionnant. Elle monte de cadette et on voit toute sa gnaque. Il y a quelques cadettes qui s’impliquent vraiment, des nouvelles… Tout cela est très positif. De toute façon, on n’allait pas se morfondre pendant des semaines. Il fallait prendre ça de manière positive. Finalement, cela permet de voir des matchs parfois plus intéressants, et de progresser pour les plus jeunes.

 

Comment te sens-tu, toi ?

J’avais fait un bon début de saison mais je suis assez déçue de mon match contre le Stade Français. Je n’étais pas en jambes… Je vais me remettre en question tout de suite parce qu’il ne faut pas que je sorte le même match contre Grenoble ! Mais je me sentais bien jusqu’alors. Le fait d’avoir annoncé que c’était ma dernière saison m’a peut-être libérée, et je sais qu’il y a des jeunes derrière qui vont prendre ma place et faire encore mieux. Je suis assez sereine là-dessus. J’ai envie de me faire plaisir et de faire une belle dernière saison, avec peut-être un titre au bout qui sait !

 

Tu es sûre de toi ?

 

Je l’ai annoncé, donc il faut respecter sa parole (sourire). Ça va être dur de partir, mais il faut savoir laisser la place. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr