L'Ovalie reprend par un gros morceau

26 mars 2017 Ecrit par 

Rugby. Caen – Lille, 13ème journée du Top 8 (aujourd'hui, 15h00). Deux mois après son dernier match, l'Ovalie Caennaise est de retour à la compétition cet après-midi. Les Caennaises défient tout simplement le leader de D1. Malgré l'écart hiérarchique, elles nourrissent une solide ambition.

 

Deux mois de trêve puis, soudain, Lille ! Contrainte à l’hibernation depuis janvier, l’Ovalie Caennaise découvre le printemps cet après-midi face au leader. Et l’impatience est palpable dans les rangs normands. « On a très hâte, s’exclame Johanna Lelong. La trêve a été très longue. Lille, c’est le dernier match de la saison chez nous, et le dernier match au stade Hélitas avant qu’il soit exclusivement réservé à l’athlétisme. C’est un match qui revêt un grand enjeu Il y a un peu de pression parce qu’il nous faut impérativement la victoire pour pouvoir aborder le dernier match à Romagnat de manière plus libérée. »

 

Après la longue pause hivernale, un petit rappel s’impose sûrement. L’Ovalie Caennaise pointe à l’avant-dernière place du Top 8, l’élite féminine. Elle dispose de quatre points d’avance, soit une victoire, sur la lanterne rouge Romagnat (Clermont). Or le hasard du calendrier a livré une confrontation entre les deux équipes pour boucler la saison, dimanche prochain. Si les Caennaises ne parviennent pas à prendre ne serait-ce qu’un point de bonus contre Lille, la finale pour le maintien aura bien lieu puisque seul le dernier descend.

 

Le topo est simple, mais l’avant-dernière journée de D1 s’annonce bien plus compliquée. Avec 43 points au compteur, Lille mène un quatuor de tête extrêmement indécis. Blagnac suit à un point, Rennes à deux longueurs (avec un match de plus depuis son écrasant succès 60-2 sur Romagnat hier), et Montpellier à quatre points. Toulouse, cinquième, c’est qu’à six points. Vous l’aurez compris, les Nordistes n’ont pas intérêt à se relâcher si elles veulent conserver les rênes. Néanmoins, ce ne sont pas celles qui font le plus peur aux Normandes. « C’est une grosse équipe mais on sait comment elle joue et on travaille là-dessus. Leur jeu nous correspond mieux que celui de Saint-Orens et Toulouse par exemple, où ça galope derrière. Il y a quand même beaucoup d'internationales, il faudra se méfier de tout le monde. » La saison dernière, l'Ovalie n'avait toutefois perdu que 10-5 à domicile.

 

Reste à savoir comment la longue coupure internationale, consécutive au tournoi des Six Nations, aura été digérée de part et d'autre. « On a gardé les entraînements normaux, mais les internationales n'étaient pas là, certaines filles sont parties en vacances et l'effectif a été réduit, explique la capitaine caennaise. Pour ne pas trop s'endormir, on a fait des oppositions avec les cadets du Stade Caennais. Ils ont bien joué le jeu pour nous mettre en condition de match. » La réception de Lille soulèvera toutefois son lot d'incertitudes, avec un rythme à retrouver et des repères à reprendre. Il faudra aussi intégrer les retours de blessure, à l'image d'Ophélie Gincourt et d'Emma Romain. Une seule chose est sûre : « les filles ont beaucoup d'envie ! »

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr