Les Conquérants n’échappent pas aux regrets

10 mai 2017 Ecrit par 

La saison s’est achevée samedi soir pour les Conquérants de Caen. Battu en prolongation par Garges, une semaine après avoir perdu aux tirs au but le match aller, le RSHC n’a pas réussi à ouvrir les portes du carré final. Il n’en était pourtant pas loin.

 

Il n’y a pas souvent de hasard dans le sport. Si les Conquérants se sont fait éliminer en quart de finale des playoffs malgré deux rencontres extrêmement serrées, ce n’est pas (seulement ?) par manque de chance. « La chance a tourné du côté de l’équipe la plus régulière cette saison, estime Antoine Rage. Si on avait travaillé plus et mieux, la réussite aurait peut-être tourné en notre faveur. On s’est réveillé un peu tard… » À la Halle des Granges, lors du quart de finale aller, Caen s’était incliné aux tirs au but. Lors des la revanche, c’est en prolongation, après avoir été mené 3-1, que les Gargeois ont fait la différence. Très frustrant, d’autant plus au vu de la physionomie du match et des buts évitables encaissés. « On a encore mieux joué qu’au match aller. On avait vraiment pris ce match par le bon bout. On le tenait bien jusqu’à 3-1. À ce moment-là, il y a eu une petite coupure pour réparer une balustrade, et on a un peu dégringolé ensuite. On a manqué un peu de réussite mais on peut être fier de la qualité du jeu produit en playoffs. »

 

Cinquième de la saison régulière, Caen termine les phases finales à la place qui est la sienne. « Ce n’est pas en se réveillant une semaine avant les playoffs qu’on est performant », insiste Antoine Rage. Le sentiment d’inachevé ressenti à la fin du championnat est ainsi confirmé. Les Conquérants ont mis du temps avant de trouver, contre Garges, un rendement collectif en phase réelle avec leurs qualités individuelles. Et si la déception était très forte après la défaite fatale concédée chez les Tigres, le bilan se voulait lucide. « On a fait un bon recrutement, l’ambiance est bonne, on a acquis notre maintien et on a disputé les playoffs. Il y avait huit nouveaux joueurs cette année ainsi qu’un nouveau staff. Il a fallu que chacun trouve sa place. On a fait au moins le minimum syndical. Mais c’est une base solide pour construire l’avenir. »

 

L’avenir, Caen le prévoit avec un effectif stabilisé. Onze joueurs ont d’ores et déjà confirmé qu’ils rempilaient. D’autres, peu nombreux, ne sont pas encore totalement fixés. Le seul départ certain est celui d’Antoine Rayapin, qui n’a pas participé aux playoffs. Un autre est envisagé puisque Kévin Chazalon, multiple champion de France avec Anglet, pourrait bien y retourner. Il était venu à Caen dans le cadre de ses études. Côté recrutement, « on s’active depuis début mars ». Seuls deux ou trois joueurs sont amenés à s’engager. « Il nous manque un voire deux gros défenseurs pour solidifier notre base arrière. En attaque, on a toujours besoin de monde pour apporter de l’intensité. Quand on recrute, c’est généralement soit des étrangers, mais il faut mettre de l’argent et le club n’en a pas beaucoup, soit des jeunes mobiles. Cela ne nous laisse pas énormément d’options. C’est la raison pour laquelle on travail en amont. On le fait bien depuis deux ans. Le fait que les joueurs restent montre qu’on se sent bien ici. » Après une année de redécouverte en Ligue Élite, nul doute qu’ils afficheront des ambitions élevées.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr