craf2s sportacaen v2 4

Gérôme Guérin : « La clé sera dans l’impact physique »

06 mai 2017 Ecrit par 

Le RSH Caen disputera ce soir le quart de finale retour des playoffs de Ligue Élite. Battu aux tirs au but samedi dernier, il n’a d’autre choix que de décrocher deux victoires à Garges – la belle éventuelle se jouant demain – pour atteindre le carré final. Gérôme Guérin, cadre des Conquérants, y croit. Nous l’avions interrogé à l’issue de la défaite du quart de finale aller.

 

 

Une chance de qualification s’est éloignée, mais pouvez avoir la satisfaction d’avoir fait votre match…

C’est effectivement ce qu’on s’est dit dans le vestiaire. On a insisté pour continuer à regarder devant, parce que le bilan du match n’est pas mauvais. On fait jeu égal avec eux. Pour preuve, ça se termine aux pénaltys. Les deux équipes se valaient. Seulement, c’est une défaite qui coûte très cher. Perdre le match à domicile impose le petit exploit de gagner deux fois à Garges. C’est forcément plus compliqué mais on va le faire. [Samedi] soir, on a compris qu’on pouvait le faire en tout cas.

 

Vous avez réussi à élever votre niveau ?

Pendant la saison régulière, on sentait qu’il y avait de bonnes qualités, et potentiellement un bon collectif, mais il manquait cette petite étincelle, cette petite envie. On commence à la sentir mais elle n’est pas à 100 % présente. C’est ce qu’il nous a manqué [samedi] soir pour faire un match vraiment plein. Il y a eu des petits passages à vide, des petites erreurs qui font qu’on part en prolongation au lieu de gagner d’un but. L’envie y est, forcément, mais on n’a pas totalement atteint l’esprit playoffs.

 

C’est quoi, cet esprit playoffs ?

L’esprit playoffs, c’est un peu plus de mordant, un peu plus de patin, un peu plus de fierté. Dans les duels, dans la qualité de notre passe, il nous manque ce petit degré de précision. Je pense qu’on l’aura à Garges parce qu’on n’aura plus le choix. La vie ou la mort.

 

Tu as peur qu’il y ait des regrets à la fin ?

On ne va pas jouer avec la peur, mais il y a effectivement la crainte d’avoir des regrets. Quand on perd un quart de finale de playoffs à domicile aux tirs au but, on sort forcément avec des regrets. En fin de série, on peut y repenser. Mais pour l’instant, on regarde devant.

 

Antoine nous disait en fin de saison régulière qu’il y avait une frustration quant au rendement collectif.

On a encore cette frustration, même si on sent que ça vient. La mayonnaise n’a pas totalement pris. C’est ce qui manque. Pour l’instant, on est encore dans une addition d’individualités. C’est mieux, il y a des lignes qui commencent à jouer, mais ce n’est pas encore parfait. Collectivement, il nous manque encore quelque chose. J’espère que ça viendra avec cette fin de série.

 

Tu as fait cette année ton retour en Ligue Élite avec Caen, comment l’as-tu vécu ?

C’est forcément particulier. Jouer à Caen est incomparable pour moi. C’est mon club de toujours et mon club de cœur. J’ai joué une seule fois un quart de finale Élite à Caen. C’était en 2011 et c’était le seul quart de finale Élite que le club a connu. On repense à ça quand on prépare ça. On pense à ces gens qui ont construit ça, à l’histoire du club. Ce sont des sentiments qu’on ne ressent pas de la même manière ailleurs que dans son club. Ça rend la défaite (du match aller) encore plus amère.

 

Comment se présente la saison prochaine ?

On va forcément construire sur un noyau dur déjà existant, qui s’est créé l’année dernière avec le retour de caennais pure souche additionné à des joueurs expérimentés qui nous ont rejoints dans ce projet de remonter en Élite. Pour l’instant, on est vraiment concentrés sur la fin de saison.

 

Quelles sont les clés pour battre Garges ?

La clé sera un jeu très agressif. Le risque serait de commencer à calculer. Il faut qu’on leur laisse ça, parce qu’ils ont une victoire d’avance. Il faudra gagner là-bas sur un terrain un peu plus petit qu’ici, ce qui induit forcément beaucoup d’engagement physique. La clé sera dans l’impact physique et mental, par la volonté de gagner ses duels. Ce sera un jeu un peu moins construit mais le duel sera extrêmement important. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés. Retrouvez bientôt le trombinoscope. 

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr