craf2s sportacaen4

L'exploit des Conquérants qui ouvre l'appétit

22 février 2017 Ecrit par 

Des bons matchs, mais pas de victoire. Tel était le constat, bien souvent, des performances du RSH Caen devant les plus grosses équipes de son championnat. Avant d’accueillir Rethel samedi dernier, Caen n’avait pas battu une seule équipe du top 6 alors même qu’il y séjournait. Il a fallu attendre la réception du plus titré des clubs français et européens en roller-hockey pour que les Conquérants rompent la spirale. Au terme d’un match fou.

 

Rien ou presque ne laissait imaginer ce match de très haut niveau côté caennais. Une semaine plus tôt, les Normands s’étaient sèchement inclinés à Garges (6-2). En ce début d’année civile, Caen n’apparaissait pas au meilleur de sa forme. Et même si la défaite en terre gargeoise marquait la fin d’une série positive en termes de résultats, le niveau de jeu produit n’était pas des plus rassurants. Le RSHC n’accueillait pas le leader dans les meilleures dispositions, mais rares sont ceux qui auraient pu s’en rendre compte au bord du terrain, une fois la partie lancée. Tout de suite dans le bon ton, Caen ne s’est pas laissé décontenancer par l’ouverture du score ultra-rapide d’Ales Chamrad. Menés après 39 secondes de jeu, les Calvadosiens n’en ont pas moins imposé un pressing permanent. Ils étaient récompensés de leurs efforts au bout de dix minutes, Clément Belot leur offrant l’égalisation (1-1, 11’). Caen ne s’arrêtait pas en si bonne voie, et Enzo Renou lui donnait l’avantage juste avant le quart d’heure de jeu (2-1, 15’).

 

Rethel n’est toutefois pas champion de France en titre, champion d’Europe en titre et vainqueur de la Coupe de France en titre pour rien. Les Ardennais faisaient parler leur talent. Leur efficacité faisait la différence en fin de première mi-temps, avec trois buts en cinq minutes. Ales Chamrad insistait par deux fois (17’ et 22’), relayé par Maxime Colas. L’addition commençait à être lourde pour les locaux quand Maxime Colas enfonçait le clou en début de deuxième mi-temps (2-5, 29’). La débauche d’énergie caennaise était très mal récompensée. Caen risquait de s’en mordre les doigts mais avait encore un espoir en attaquant le dernier quart d’heure de jeu : la force de son collectif. Deux lignes côté rethélois, trois lignes côté caennais, voilà qui pouvait faire la différence. « L’équipe a été très impressionnante, régulière dans l’intensité et hyper rigoureuse », assure Antoine Rage. Cela allait payer. Arthur Cauvin était le premier à régler la mire (3-5, 24’). Quatre minutes plus tard, Antoine Rage retrouvait de l’allant et réduisait la marque à son tour (4-5, 36’). Caen pouvait s’appuyer sur ses historiques, puisque Gérôme Guérin signait l’égalisation quasiment dans la foulée (5-5, 40’).

 

« Exceptionnel », « incroyable »…

 

Le scénario spectaculaire ne s’arrêtait pas en si bon chemin. Cinq minutes de répit, et Clément Belot se distinguait à son tour. Les Conquérants reprenaient l’avantage (6-5, 45’) ! Et ce n’était pas fini, puisque Clément Goubon confirmait que le danger pouvait venir de partout (six buteurs différents pour sept buts) en marquant à son tour (7-5, 46’). La réalisation de Patrik Sebak (7-6, 48’), restait sans conséquence. « On a fait une fin de match exceptionnelle. C’était incroyable, mais finalement cohérent au vu de l’intensité imposée tout au long de la rencontre. » Une seule fois dans son histoire, Caen avait battu Rethel. C’était peu après sa première accession en Élite, il y a près de dix ans. Ce match référence lui permet de rééditer l’exploit et de rêver d’une fin de saison de tous les possibles. En attendant, les Caennais restent cinquièmes avec neuf points d’avance sur Bordeaux, septième. Les playoffs sont quasiment en poche. Il reste quatre matchs pour composter le ticket et finir le plus haut possible. Grenoble a deux points d’avance. Garges est à égalité. « On aimerait terminer troisième ou quatrième pour avoir l’avantage du terrain en quart de finale, explique Antoine Rage. Le match retour et la belle éventuelle se jouera chez le mieux classé. Ce sera ouvert. Tout est possible en playoffs. »

 

Les dernières journées seront une parfaite préparation, avec le leader Angers en ouverture le 4 mars, le huitième Épernay par la suite puis deux adversaires potentiels en quart de finale, Paris XIII et Grenoble, pour terminer.

   

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés. Retrouvez bientôt le trombinoscope. 

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr