Hockey/glace. Remaniement offensif au HC Caen

24 novembre 2017 Ecrit par 

Le bureau directeur du Hockey Club de Caen avait laissé imaginer quelques modifications dans l’effectif de son équipe première au plus fort de la crise sportive que le club traversait. Deux semaines plus tard, le départ d’Alexander Ryabev a été officialisé au moment où l’arrivée de Bobby Chaumont a été annoncée.

 

Son nom n’apparaissait plus depuis deux rencontres sur la feuille de match, mais le club se refusait à toute communication sur le sujet. C’est désormais officiel, Alexander Ryabev n’est plus un joueur du Hockey Club de Caen. L’attaquant, prolifique en préparation et auteur d’un quintuplé en Coupe de France, contre une modeste équipe de D3 que Caen avait balayée, avait perdu la clé de la réussite une fois le championnat engagé. Un but et une passe décisive en huit journées, c’était trop peu pour un joueur particulièrement attendu. Le Russe, qui sortait d’une grave blessure et n’avait pas joué la saison dernière, aura connu une courte aventure en Normandie. « Alexander n’avait pas l’efficacité recherchée alors qu’il nous avait montré qu’il en était capable, explique Luc Chauvel. Il y a des choix à faire, celui-là a été fait envers lui. »

 

Le recrutement annoncé d’un joueur supplémentaire n’induisait pourtant pas un départ automatique, assure l’entraîneur caennais. Seulement, le profil d’Alexander Ryabev et les difficultés rencontrées par ce dernier ont conduit staff et dirigeants sur cette voie. « Sans marquer, il ne pesait pas nécessairement sur l’équipe. Il fallait prendre des décisions au moment où l’équipe n’était pas bien. On ne peut pas tout changer mais ça envoie des messages. Personne n’est indispensable. Ce n’est pas anodin. C’est la première fois que la décision est prise depuis que je suis coach ici. » L’intégration du joueur, qui présentait de belles références à son arrivée à Caen, n’était pas non plus optimale dans l’effectif caennais. Très proche de son compatriote Igor Zubov, Alexander Ryabev apparaissait plus distant à l’égard des autres joueurs.

 

Une impressionnante régularité statistique

 

Celui qui le remplace, numériquement et sur le front de l’attaque, présente un tout autre parcours. Bobby Chaumont est canadien, comme cinq de ses nouveaux coéquipiers. Doyen du vestiaire caennais, il a pris 33 ans il y a trois jours. Son recrutement s’est fait en plusieurs temps. « Je cherchais quelqu’un qui avait des stats, expose Luc Chauvel. Il fallait un joueur capable de marquer des buts et de drainer des offensives, le tout dans notre enveloppe budgétaire. Il y a énormément de joueurs sur le marché à ce moment de la saison, mais je n’ai pas eu cinquante possibilités compte tenu des points évoqués. » Bobby Chaumont, sans club depuis son départ d’une ligue américaine semi-professionnelle en fin de saison dernière, est rapidement devenu l’option privilégiée du HCC.

 

Le nouvel attaquant caennais a pas mal bourlingué au long de sa carrière. S’il s’apprête à découvrir le championnat de France, il a en revanche fréquenté plusieurs ligues européennes, découvrant le Vieux Continent via la Norvège avant de passer plusieurs années en Grande Bretagne. Bobby Chaumont a aussi connu un bref passage d’une demi-saison, l’an passé, en troisième division allemande. Dans tous ces voyages, une observation retient l’attention. Où qu’il soit allé, le Canadien a marqué et fait marquer. Sa moyenne avoisine, et parfois dépasse, un point (but ou passe décisive) par match. « C’est cette régularité qui a fait pencher la balance, reconnaît Luc Chauvel. En plus, on a des joueurs pour l’accompagner, capables de lui apporter des palets. Les occasions, on les a toujours. Il nous faut quelqu’un capable de les convertir. Bobby ne va pas être le Messie, mais il va nous apporter quelque chose de différent dans le groupe et sur la glace. » Reste à voir dans quel état de forme Bobby Chaumont, qui arrivera lundi à Caen et devrait être qualifié le week-end suivant contre Mont-Blanc, se trouve. « Il s’est entraîné tout seul mais il est forcément à court de compétition. Il va venir avec la fraîcheur, avec l’envie d’être tout de suite dedans. Je mise sur ça. » L’expérience pourrait aider à réduire le temps d’adaptation. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr