Fabien Colotti : « Tout ce qu’il faut pour que ça marche »

13 novembre 2017 Ecrit par 

Joueur des Dragons de Rouen prêté à Caen quand le calendrier le permet, Fabien Colotti s’est montré décisif samedi soir contre Dunkerque. Son triplé à permis aux Drakkars de renouer avec la victoire (3-2). Le petit frère de Rémi, qui joue lui aussi sous les couleurs caennaises, témoigne de son attachement et de son investissement à l’égard du Hockey Club de Caen.

 

Fabien, comment as-tu vécu ce match, avec un triplé qui donne la victoire à ton équipe ?

C’est magique pour moi. C’est une récompense. Je pense que je mérite compte tenu du travail que j’ai fourni ces derniers temps. Ça fait vraiment du bien, surtout pour l’équipe qui en avait tant besoin. Je suis fier de l’équipe, des couleurs qu’on défend, du public… Tout le monde est derrière nous. Ça m’a aidé à obtenir les occasions que j’ai eues. Je suis vraiment content.

 

Comment t’es-tu senti sur la glace ?

J’ai eu un début de match compliqué parce que j’ai eu des occasions que je n’ai pas converties. Ensuite, la chance a tourné. J’ai eu de la réussite et j’ai profité du travail de mes coéquipiers, tout simplement. J’ai deux sortes de cages vides, donc les buts ne viennent pas uniquement de moi. Sur le dernier, j’ai un petit peu de réussite. On ne va pas s’en plaindre !

 

Trois buts pour une victoire précieuse…

Même si je ne suis pas là tout le temps, on est derrière le groupe avec Vincent Nesa (autre rouennais pouvant être amené à faire des piges à Caen, ndlr), on les suit de près. On est fiers de venir défendre ces couleurs-là et on a à cœur de les aider. [Samedi] soir, ça a marché. Je suis le plus heureux.

 

Peut-on se sentir à 100 % dans deux équipes à la fois ?

Tout le monde m’avait dit que ça allait être compliqué mais je me suis mis à fond dans les deux projets et je me sens à 100 % dans les deux équipes, vraiment. Des fois, c’est sûr que c’est un peu compliqué. Je vais vous parler du match à Anglet pour donner un exemple. On avait joué le vendredi soir avec Rouen contre Angers. On est parti juste après le match en bus avec Caen pour aller à Anglet. Le match a pu être compliqué, même si on a essayé de donner ce qu’on pouvait.

 

Jouer avec Caen et marquer des buts, ça apporte de la confiance ?

Bien sûr, énormément de confiance et énormément de plaisir à partager avec ces gars-là. On a un put… de groupe et on a tout ce qu’il faut pour faire quelque chose cette année. J’espère que ça va être le début d’une bonne lignée de victoires et de réussite.

 

En terme d’organisation, comment procèdes-tu quand tu joues avec Caen ? Tu t’entraînes un peu à Caen dans la semaine ?

Non. Là, on a profité de la trêve internationale pour venir s’entraîner ici, mais généralement on vient sur un one shot le week-end. On arrive le matin du match. Des fois, c’est un peu compliqué. On voit que ça paye quand on vient la semaine, qu’on travaille avec l’équipe. On a vu des automatismes sur ma ligne, elle a très bien fonctionné. Quand on prépare, c’est sûr que c’est plus évident.

 

Les attaquants caennais manquent de confiance, toi tu es issu d’un autre groupe puisque tu joues à Rouen. Est-ce que cela t’aide ?

Oui. Je suis le premier à croire en ce groupe, j’essaie de le dire, de leur faire comprendre, parce qu’il y a un certain problème qui s’’est installé au sein de l’équipe. On n’a pas confiance en nous. Pourtant, quand on regarde les gars qu’il y a dans le vestiaire, les CV de tout le monde, l’ambiance, je me dis qu’il y a tout ce qu’il faut pour que ça marche. C’est juste un problème de confiance et j’espère qu’on en a retrouvé un peu (samedi) soir.

 

Comment les choses se passent-elles pour toi à Rouen ?

Il y a des hauts et des bas pour moi. Cette année, ça se passe plutôt bien. On joue sur le quatrième bloc avec Vincent Nesa. On pousse, on pousse, et j’espère avoir un rôle beaucoup plus offensif dans quelques années, comme celui que j’ai avec Caen. Il faut que je montre que je suis capable d’apporter tout ça.

 

Tu joues avec ton frère Rémi, c’est un plaisir ?

Énormément ! Sa présence est aussi liée au fait que j’ai joué ici l’an dernier. Je lui en ai très fortement parlé, parce que ce club-là est juste magique. J’aimerais qu’il ait beaucoup de réussite ici, parce qu’il le mérite. C’est un énorme plaisir de jouer avec lui.

 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr