Martin Ropert : « C'était le moment idéal pour partir »

04 mai 2017 Ecrit par  Léa Quinio

Hockey-sur-glace. Martin Ropert, 23 ans, suit les pas de son papa depuis l'âge de 5 ans. L'ex n°17 des Drakkars, étudiant en Master Management du Sport (STAPS), se confie sur cette passion du palet et son nouveau départ dans la capitale... Il a signé en faveur des Bisons de Neuilly-sur-Marne.

 

Peux-tu nous parler de ton parcours : quand et pourquoi as-tu commencé le hockey ?

ropert jeuneJ’ai commencé le hockey à l’âge de 5 ans à Caen, dans la patinoire provisoire à l’époque. C'est le premier sport que j’ai essayé et j’ai vraiment aimé ça dès le début. Ensuite je suis parti de 7 à 10 ans en Allemagne car mon père a eu une offre de travail là-bas, donc toute la famille est partie s’y installer. C’était une expérience sympa. J’ai donc vécu et joué au hockey pendant 3 ans à Stuttgart. Je ne cache pas que c’était un peu compliqué car j’étais le seul français. J’avais même pensé à arrêter si mes souvenirs sont bons. Mais une fois revenu en France, ce qui m’a motivé c’était vraiment de jouer et de m’amuser avec mes potes. Faire pas mal de conneries en déplacement reste mes plus belles années de hockey.

 

Une histoire de famille ?

Oui, forcément à la base c'est une histoire de famille, avec mon père qui est ancien joueur (et Directeur Général de la FFHG, ndlr), il m’a naturellement mis sur des patins, dès tout petit, mais c’est moi qui ai fait le choix de continuer par la suite. Il ne m’a jamais forcé à jouer au hockey, j’ai toujours eu le choix, et heureusement ! Mais forcément c’est plaisant de partager cela avec lui.

 

Le passage en professionnel : un changement dans ta vie ?

J’ai commencé à m’entraîner, seulement ponctuellement, avec l’équipe première à 16 ans, lorsque Caen était en Division 1. C’est vraiment à partir de cette période que je me suis dit que je pouvais peut-être jouer à un bon niveau. Mais l’année qui a suivi mon bac, à 18 ans, j’ai vraiment commencé à intégrer l’équipe première, qui était du coup remontée en Ligue Magnus. Donc ça a été un changement de vie car je suis arrivé en même temps à l’université et en équipe première, c’était vraiment une belle année et une belle expérience. L'année prochaine sera ma 7ème saison chez les pros.

 

Ton style de jeu en tant que défenseur, en 2-3 mots ?

J’ai toujours été un défenseur défensif, j’adore jouer les infériorités numériques (4 contre 5) aussi. C’est même ce que je préfère dans un match. Je prends plus de plaisir à arrêter une action en défense. Je ne suis pas du style à partir tout le temps en attaque.

 

ropert 1415

La barbe était moins fournie en 2014-2015 !

 

Une saison 2016/2017 difficile avec les Drakkars en finissant 11ème sur 13 au classement final : comment l'as-tu vécue ?

On savait que la saison allait être compliquée, mais sincèrement pas à ce point-là. Il y a beaucoup de frustration sur cette saison car on sait qu’on aurait pu mieux faire, même si le groupe était très jeune et en construction. Donc oui je suis assez déçu individuellement et collectivement car j’aurais vraiment voulu faire quelque chose d’autre cette saison et au moins faire les play-off. Mais faire des saisons blanches ça peut arriver, ça m’a permis de progresser.

 

Quels sont tes plus beaux souvenirs chez les Drakkars ?

Mon plus beau souvenir restera toujours notre victoire au match 7 en play-down à Brest en 2014. La série de barrage était très longue, mais la saison était super avec plein de potes dans l’équipe, et puis terminer chez eux, après une belle rivalité et surtout avec une très grosse et longue soirée sur le retour, c’était génial !

Les play-offs l’an dernier aussi restent un très beau souvenir, car on a surpris tout le monde en battant Cholet, c’était en plus mes premiers play-off en tant que joueur titulaire. Et puis après forcément mon premier match officiel chez les pros, ça restera toujours quelque chose de fort !

 

Ton pire souvenir ?

Forcément je dirais la descente de Magnus il y a deux ans, en barrage contre Lyon, et surtout que cette dernière défaite était à domicile…

 

« Je dois faire mes preuves »

 

Formé au club de Caen, mais un premier départ chez les Bisons de Neuilly/Marne : comment le prépares-tu ?

Ce n’est jamais simple de quitter un club, surtout que Caen est le club où j’ai grandi et où j’ai fait tout mon hockey mineur. Je vais arriver dans un nouveau club où je dois faire mes preuves et où personne ne me connaît. Donc je prépare ça comme un super challenge et défi pour moi. Je vais tout faire pour arriver le mieux préparer possible et réussir à Neuilly. Je suis vraiment excité à propos de la saison prochaine.

 

ropert 1617

 

Pourquoi une telle décision ?

C’était le moment idéal pour moi de partir : d’un point de vue sportif, mais aussi personnel. J’ai fait une bonne fin de saison et je voulais capitaliser là-dessus. Et puis c’est bien tombé puisque Neuilly m’a contacté en fin de saison et je me suis dit que c’était une belle opportunité à saisir. Je peux continuer à jouer au haut niveau, faire mes études sur Paris, et avoir de nouveaux projets dans une nouvelle ville, donc cela fait beaucoup de points positifs pour moi.

 

Comment as-tu réussi à concilier le double-projet (études et haut niveau) ?

Cela fait maintenant depuis la 4ème, c’est-à-dire presque 10 ans que je concilie étude et hockey (sport étude puis hockey en pros), donc forcément on s’y fait un peu au bout d’un moment. C’est surtout très plaisant de pouvoir faire tout cela en même temps. Cela nécessite une bonne organisation, du temps (ce que je n’ai pas toujours fait), mais au final on s’habitue au rythme, à faire quelques concessions et tout se passe le mieux possible. Il faut réussir à ne pas trop partir dans tous les sens.

 

Quelles sont tes ambitions futures ?

Tout d’abord performer le plus possible à Neuilly-sur-Marne, tout en finissant mes études. Et une fois mes études terminées, j’espère pouvoir continuer le plus longtemps possible au plus haut niveau au hockey, et surtout m’éclater avant de renter pleinement dans la vie active. Ensuite je verrais, je voudrais pour l’instant travailler dans l’organisation et la gestion de club sportif professionnel. Mais je ne veux pas me prendre trop la tête par rapport à tout ça, je veux vraiment profiter un maximum.

 

Pour finir, une anecdote à faire passer ?

Pierre-Claude si tu m’entends, on attend toujours ton DVD…

(Pendant la saison 2013-2014, la fameuse année du maintien contre Brest, on a été suivi quasiment tout le temps par une caméra, ambiance « les yeux dans les bleus ». Mais on attend toujours ce fameux DVD... C’était quand même très marrant à faire, surtout que le cameraman était très sympa.)

Parrain Rubrique - HCC

filleencuisinesept15    

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr