Quelles ambitions pour les Drakkars ?

28 avril 2017 Ecrit par 

Après une saison de transition bouclée à la onzième place de Division 1, le Hockey Club de Caen embraye sur un nouveau cycle. La mise en place du projet de formation étant quasiment achevée, la priorité s'articule désormais autour de l'équipe première. Les Drakkars visent la montée sous cinq ans.

 

« L'objectif n'est pas de faire des effets d'annonce », prévient Luc Chauvel. L'entraîneur caennais sait qu'il faut du temps pour reconstruire et connaît trop la glorieuse incertitude du sport pour se montrer affirmatif. Néanmoins, le Hockey Club de Caen entend bien « se donner les moyens de créer une dynamique positive autour de l'équipe première, la locomotive du club ». Deux ans après leur relégation de Ligue Magnus, les Drakkars retrouvent de l'appétit. « L'objectif est d'être compétitifs. On ne va pas s'acheter une équipe pour être champions, mais on commence à bâtir notre projet. »

 

Ce projet est en fait le dernier étage de la fusée caennaise. « On a structuré le club, posé des bases très solides. » La formation a fait l'objet des principaux efforts financiers entrepris par le HCC ces dernières années. Si elle « ne rapporte rien financièrement », elle doit « créer des ressources pour l'équipe première ». Le centre de perfectionnement et le pôle espoirs portés par le club s'inscrivent dans cette volonté. À terme, les Normands espèrent « côtoyer les plus gros centres de formation ». Pas simple, à en croire Luc Chauvel. « À Caen, il y a énormément d'obstacles. On part de loin par rapport à certains clubs compte tenu de nos infrastructures. »

 

Retrouver « la petite étincelle qui manque »

 

Alors la jeunesse du hockey caennais mélange ambition et raison. « On va mettre de plus en plus d'ambition autour des jeunes. Tous les ans, il faudra au moins un joueur en équipe de France U16, U17 et U20. Un enfant de quatre ans qui arrive à Caen peut rêver de faire les Jeux Olympiques en allant au bout de sa formation. » Damien Fleury, à Caen pour préparer les championnats du monde à venir, en est le meilleur exemple. Mais la formation n'est pas sans contrainte financière pour le HCC. Une saison en U20, dernier investissement majeur du club dans le hockey mineur, représente ainsi à elle seule 30 000 euros de frais de déplacement. « Pour les titres, c'est plus compliqué, poursuit Luc Chauvel. On va être presque dans tous les championnats Elite de U15 à U20. Le but est d'abord de s'y maintenir, et d'aller ensuite en playoffs. »

 

Au-dessus de ces bases solidifiées, Caen veut revoir une équipe première qui brille. Les finances se portent mieux, notamment parce que la dette a été résorbée et n'entraîne donc plus de pénalité financière de la part de la fédération, et les feux semblent au vert. Pour la première fois depuis sa prise de fonction à la tête de l'équipe première, Luc Chauvel a vu son enveloppe salariale ne pas baisser. Pas une révolution, mais une étape importante. Les nombreuses prolongations de contrat intervenues sitôt la saison terminée ont par ailleurs permis de travailler efficacement et rapidement sur le groupe version 2017-2018. Le coach caennais veut être « sûr d'être en playoffs » à l'issue de l'exercice, de manière à « inscrire  l'équipe en haut de tableau et aller chercher le titre dans les cinq ans. Si on peut le faire avant, on le fera. La petite étincelle qui manque, c'est la dynamique de victoires. » Caen compte bien la réenclencher dès septembre.

Parrain Rubrique - HCC

filleencuisinesept15    

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr