Handball. Troarn vise la montée et voit plus loin

20 septembre 2017 Ecrit par 
Photo Philippe Dalisson

Le championnat a repris dimanche dernier pour l’ES Troarn Handball, qui attaquait à cette occasion sa troisième saison consécutive en Nationale 3 féminine. Les joueuses de Sandra Jéhanne ont une voie toute tracée à suivre, celle menant vers la nouvelle Nationale 2.

 

L’année ou jamais. Troarn ne s’en cache pas, l’occasion d’aller frapper aux portes de la Nationale 2 ne sera jamais plus belle que cette saison. Refonte des championnats oblige, huit équipes sur les douze qui composent sa poule de Nationale 3 seront promues à l’étage supérieur en fin d’exercice. « Cela laisse pas mal d’ouvertures, reconnaît Sandra Jéhanne, même si notre poule n’est pas facile… » Passée d’un championnat à l’accent ch’ti à un groupe normando-breton, l’EST n’est pas sûre d’avoir gagné au change. La Bretagne est championne du nombre de licenciées, Rouen s’est encore renforcé, Granville aussi, Lisieux descend de N2… Mais sa marge de manœuvre apparaît solide au moment d’établir les premières projections. « L’objectif ne semble pas irréalisable. On prépare les joueuses à aller au-dessus. »

 

Troisième de Nationale 3 la saison dernière, après un excellent parcours seulement terni par deux défaites sur Rouen et Hazebrouck en phase retour, Troarn a toutefois rapidement tourné la page du passé proche. Son effectif a été renouvelé à 60 % durant l’été. « Cela a été une décision conjointe entre le club et les joueuses qui sont parties, explique la coach. C’était la fin d’un cycle pour les anciennes. Elles apportaient beaucoup au groupe, mais nous avions la volonté de rajeunir en vue de la réforme. » Pour cela, Troarn a pu compter sur le vivier du HBF14, cette équipe départementale engagée en championnat de France -18. « Le Calvados a construit un parcours pour la jeune joueuse, précise celle qui est aussi salariée à la ligue. Certaines doivent pouvoir enchaîner sur de la N1 ou de la D2 à Colombelles. »

 

Cette fois, c’est la der’ pour Sandra Jéhanne

 

Rajeunie, au point que plusieurs de ses joueuses sont encore lycéennes, l’équipe de Troarn ne manque pourtant pas de caractère. Dimanche, elle a lancé sa saison par une victoire 38-36 contre Lisieux, attendu pourtant comme un gros morceau de la poule. « Le rythme a été très soutenu pendant une heure. Les filles se sont bien battues. Elles sont allées chercher cette victoire jusque dans les dernières minutes. » Troarn a aussi pu s’appuyer sur son sniper maison, l’impressionnante Élodie Grall. Auteure de 16 buts la semaine précédente, lors de la victoire 28-20 de son équipe en Coupe de France, elle a planté cette fois 12 pions, dont six penaltys. « Elle est pourtant prise en strict pendant une heure sur ces deux matchs, s’étonne encore Sandra Jéhanne. C’est une pièce maîtresse de l’équipe, notre capitaine et une bonne jeune fille. Tout le monde aimerait l’avoir dans son équipe. » À 23 ans, la Bretonne formée à Arvor 29 fait aussi le lien entre les quelques anciennes restantes et la jeunesse montante.

 

 

Troarn conserve des certitudes mais garde aussi des questions en suspens. « Je ne sais pas encore tout à fait ce que pourra produire mon équipe, comment elle va voyager, comment elle réagira dans la difficulté… Cette année risque en tout cas d’être plus compliquée. » Le match de lancement en championnat est toutefois propice à rassurer et à confirmer le double objectif véhiculé par la technicienne : monter et préparer la nouvelle génération aux joutes de la division supérieure. Une deuxième étape qui se fera toutefois sans elle, assure Sandra Jéhanne. « Il était plus qu’envisagé que j’arrête en fin de saison dernière avec mon adjointe. On a cherché quelqu’un pour me remplacer mais on n’a pas trouvé. C’est la difficulté à laquelle sont confrontés tous les clubs… En juillet, il n’y avait personne pour prendre la place, je suis donc restée. Mais quoi qu’il arrive, c’est ma dernière saison. Il faut du renouveau. » Mais Sandra Jéhanne entend bien laisser une équipe en Nationale 2 prête à se confronter à un nouveau défi.  

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr