Handball. Lorette Morel, le précieux retour

25 octobre 2017 Ecrit par 
Photo Photorizz / CL Colombelles

Le numéro 3 est de retour ! Après plus d’un an et demi d’absence, pour cause de maternité, Lorette Morel a repris du service dimanche après-midi devant Fleury. L’ancienne capitaine des Jaunes et Noires en a profité pour réalise un joli 5/5 en seulement une mi-temps. Lorette Morel is back, et c’est tout Colombelles qui retrouve le sourire.

 

On aurait dû se douter. Même après une maternité et les kilos qui lui ont été associés, Lorette Morel ne pouvait pas revenir aux affaires sans garder l’impact qu’elle a toujours eu sur le collectif colombellois. Il y a un mois et demi, quand elle a repris l’entraînement, la pivot avait pourtant soulevé quelques doutes. Son retour était déjà espéré pour Fleury, mais la perspective laissait alors très incertain. « Cela a surpris tout le monde, reconnaît Lorette Morel. Tout le monde avait peur que je me blesse, que je n’y arrive pas… » En fait, l’ancienne joueuse professionnelle a fait un come back très remarqué dimanche après-midi. En une mi-temps, la deuxième, elle a inscrit cinq buts sans rater le moindre tir. « Quand on donne la balle à l'intérieur, on sait qu'il va se passer quelque chose, résume Reynaldo Mazzoli. Soit il y aura but, soit il y aura penalty ou un autre déclic. »

 

Colombelles a retrouvé Lorette Morel, et c’est sans doute la meilleure chose qui pouvait lui arriver. C’est aussi l’issue presque évidente d’une réflexion menée il y a plusieurs mois par la joueuse de bientôt 28 ans. « Quand ma fille est née, je n’éprouvais pas le besoin de jouer. J’étais pleinement dans mon rôle de maman. J’ai ensuite repris le travail. Au bout d’un moment, j’avais besoin de refaire du sport et j’avais deux possibilités : prendre un abonnement dans une salle et faire de la zumba, ou retrouver mes copines et reprendre le hand avec elles. » Même si l’éloignement du ballon résineux n’avait pas suscité plus de manque que cela – « j’en ai tellement mangé pendant quelques années que ça m’a fait du bien de voir autre chose » – le choix s’est porté assez naturellement vers la deuxième option.

 

« Je ne peux pas me dire : "je vais jouer juste comme ça". »

 

Une fois la décision prise, le plus dur commençait. Lorette Morel devait retrouver une condition physique laissée dans la maternité. La mission prioritaire ? Perdre du poids. « Au départ, je n’ai fait que du foncier pur. J’ai rapidement perdu du poids, même s’il m’en reste pas mal à perdre. J’ai eu la satisfaction de ne pas subir les petites blessures qu’on pouvait craindre à une reprise. Mon ostéo Élodie Gasté m’a bien guidée. Je travaille dur à l’entraînement et je me rajoute des séances entre midi et 14h00. » Une reprise qui en dit long sur la sportive qu’est lorette Morel. La naissance de Lana en décembre 2016 a eu beau changer le regard de l’ancienne havraise sur le handball, il n’a pas fait disparaître la compétitrice qui est en elle.

 

Qu’on se le dise, Lorette Morel n’est pas revenue en Nationale 1 pour jouer à la baballe. « Je ne peux pas me dire : "je vais jouer juste comme ça". Je suis lucide, retrouver 100 % de mes capacités sera difficile. Les priorités vont à mon enfant, à ma famille et à mon travail. Le handball prend une place moins importante aujourd’hui, mais j’essaie de m’entraîner du mieux que je peux pour être à mon maximum. L’idée reste d’apporter le plus possible au club. » Le tout sans aucune prise de tête. Lorette Morel, qui avait fait le choix de quitter le monde professionnel en signant à Colombelles il y a quelques années, a « plus de recul ». « Je prends le handball comme un jeu. Avant, j’en étais malade quand je perdais un match. Je n’ai plus cette pression de devoir toujours être bonne. Je joue plus libérée, je suis davantage dans le partage des connaissances. Le fait de devenir maman transforme la vision des choses. Et c’est justement ce partage qui m’avait manqué. »

 

« Lorette apporte plus de sérénité »

 

Ce partage, c’est aussi ce qu’attend Reynaldo Mazzoli de sa joueuse. « Lorette arrive à tempérer les moments de stress et apporter plus de sérénité et d'efficacité dans notre jeu. Sa présence, de par son vécu, fait du bien. » Dans un groupe jeune, l’ancienne joueuse de Besançon peut transmettre son expérience et son professionnalisme. « Je suis quelqu’un d’exigeant, qui aime la compétition et la gagne. C’est mon caractère. J’ai peut-être un regard de maman par rapport aux difficultés que les jeunes peuvent rencontrer, mais je ne leur épargne rien. J’apporte un peu plus d’exigence. J’ai conscience d’être en fin de carrière. Je suis là pour prendre du plaisir et apporter aux jeunes. Je n’attends que ça qu’une jeune me pousse sur le banc ! » Ce n’est pas gagné, puisque le CLCH n’a pas un seul pivot de métier en-dehors d’elle.

 

 

La joueuse arrivée à Colombelles en 2013 s’est, de toute façon, très vite reprise au jeu. « Ça fait du bien de retrouver le jeu, la salle, le public, les filles. J’avais laissé des copines, même si je n’ai jamais vraiment quitté Colombelles. » Alors pour continuer de croquer à pleines dents dans ce retour, Lorette Morel entend bien poursuivre son travail de sape. « Il me reste un gros travail de préparation physique, dans les courses, l’enchaînement des actions… Contre Fleury, je n’ai fait qu’attaquer. » La suite est encore à écrire. « Je vais vivre cela au jour le jour. » Et Lana, qu’en pense-t-elle ? « J’avais peur de manquer des moments avec elle, au départ. Mais j’avais besoin de temps pour moi aussi, et j’ai un bébé super cool. » Quand son papa, Florian Dessertenne, aura lui aussi repris le handball à Gonfreville, ce sera une autre paire de manches en terme d’organisation. Mais pour l’instant, Lorette Morel savoure le plaisir simple d’avoir renoué avec sa passion.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr