À Colombelles, la saison n'est pas un long fleuve tranquille

15 février 2017 Ecrit par 

Ce n’est pas la victoire, ce n’est pas une bonne opération, mais ça reste malgré tout rassurant. Colombelles a tenu tête à Octeville, dimanche, sans toutefois être en mesure de dominer le leader invaincu de Nationale 1. Dans une actualité toujours riche en rebondissements, le CLCH reste focalisé sur un unique objectif : le maintien.

 

Une prestation porteuse d’espoir…

« Si on est capables de reproduire ce handball, on va gagner d’autres matchs. » Jean-Baptiste Martin en est convaincu : son équipe est sur la bonne voie ! Colombelles n’a pourtant pas réussi à contrecarrer jusqu’au bout les plans octevillais. Menées pendant la totalité de la rencontre, les Jaunes et Noires se sont accrochées, on rivalisé, mais n’ont pas réellement inquiété leurs sereines adversaires (26-23). « C’était un match à notre portée, estime toutefois leur entraîneur. C’est dommage. On a eu des passages à vide. Ça se joue sur des détails. » Habitué aux coups durs, le CLCH semble avoir surmonté le dernier en date, la blessure de Marie Gagez. Et les jeunes, si importantes dans ce contexte, confirment progressivement les espoirs placés en elles. « Elles sont en pleine progression. Elles ont plus de temps de jeu et plus de responsabilités. »

 

… mais une mauvaise opération comptable.

Plombé par les deux points de pénalité reçus en début de saison pour des tracasseries budgétaires qu’il traîne de longue date, Colombelles est encore sous la menace directe de la zone rouge. Bègles, avant-dernier, est revenu à deux longueurs le week-end dernier. Les Béglaises ont créé la surprise en atomisant Rochechouart (35-21). Certes, cela offre un nouveau regard sur la victoire obtenue une semaine plus tôt face à cette même équipe, avant-dernière du classement (29-28), mais c’est surtout une mauvaise opération. « La situation mathématique est inconfortable dans la mesure où on reste à portée de Bègles. De plus, on jouera le match retour chez elles, et avec un goal average qui n’est pas en notre faveur. » Le calendrier à venir n’est pas beaucoup plus favorable à Colombelles, qui recevra Rochechouart le dimanche 26 février. S’en suivra un déplacement crucial à Landivisiau, puis la réception du cinquième Angoulême.

 

Un renfort bien connu

Colombelles dispose désormais d’une deuxième gardienne ! Anaïs Thépaut remplace Oana Stan, son ancien binôme, enceinte. « On a étudié plusieurs pistes après l’annonce de la grossesse d’Oana, indique Jean-Baptiste Martin. Vu la période, on ne pouvait que recruter une joueuse pro ou une joueuse non-mutée. On a pris la décision de solliciter Anaïs. » La jeune joueuse de 22 ans a accepté après une parenthèse de huit mois sans handball. Elle avait stoppé en fin de saison, un peu lasse et surtout trop handicapée par ses contraintes professionnelles. « Elle est désormais susceptible de s’entraîner plus qu’avant. Son retour est une bonne nouvelle pour l’équilibre du groupe, même si Mathilde Hamel a très bien rempli son rôle. Elle restera numéro 1. Ce n’est pas confortable d’avoir une seule gardienne. On a bricolé pendant un mois à l’entraînement. Anaïs n’arrivera pas en terre inconnue. » Ne reste plus qu’à gérer ces mois passés loin du terrain, histoire de reprendre le rythme des séances et de la compétition.

 

Un futur entraîneur annoncé

Jean-Baptiste Martin, qui n’était pas prédestiné à prendre les rênes de l’équipe première suite aux départs de Christian Le Moal et Marc Collyer, n’officiera plus la saison prochaine. Les dirigeants colombellois lui ont déjà trouvé un remplaçant en la personne de Reynaldo Mazzoli, ancien entraîneur d’Octeville. De quoi conforter l’idée de l’année de transition que vit Colombelles. Jean-Baptiste Martin, lui, préfère ne pas réagir. « On me pose beaucoup la question [de son ressenti] et je préfère ne pas répondre. J’ai envie de me concentrer sur cette fin de saison importante. Le club m’a fait confiance en début de saison. Les objectifs ont dû être revus à la baisse suite aux péripéties que nous avons connues, mais la priorité est le maintien. » L’actuel coach colombellois reconnaît néanmoins qu’il est « difficile de travailler sereinement » eu égard au timing. Mais l’important, pour l’instant, est ailleurs.  

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr