Handball. La réserve viking sur de bonnes bases

11 octobre 2017 Ecrit par 

L’équipe réserve du Caen Handball a lancé sa saison sur de bonnes bases. Pensionnaires de Nationale 2, les jeunes Vikings ont dominé successivement Loudéac et Chartres pour s’installer à la quatrième place du classement. Philippe Breysacher, l’entraîneur caennais, fait le point.

 

 

Premier duel de réserve remporté

 

Quatre équipes réserves évoluent dans la poule 2 de Nationale 2. Le Caen Handball est accompagné de trois centres de formation : Nantes, bien décidé à accéder en Nationale 1, Cesson-Rennes et Chartres. La troisième journée réservait aux Vikings une première confrontation de cet ordre face à Chartres. Ils se sont imposés 38-30 dimanche au gymnase de la Hache. « On peut être satisfait parce qu’on avait abordé le match un peu dans l’inquiétude du fait des blessures de Nyls (Breysacher, cheville) et Diego (Moreno, adducteurs), commente Philippe Breysacher. Chartres, qui nous avait battus deux fois l’année dernière, était annoncé plus solide. Les joueurs ont été sérieux. Ils ont réalisé une belle première mi-temps. On a pu utiliser notre vitesse face aux grands gabarits de Chartres. On a su gérer le score en deuxième mi-temps en conservant notre qualité de jeu. »

 

Cette deuxième victoire de la saison permet à Caen de se positionner au deuxième rang des équipes réserves. Plus symbolique qu’anecdotique. « Pour moi, il y a un championnat avec les équipes réserves, souligne l’entraîneur caennais. Je suis attentif à ça. Cesson, Nantes et Chartres ont tous un passé de haut niveau plus important que nous et des moyens plus conséquents aussi. C’est très intéressant d’aller se frotter à ces centres de formation et de pouvoir se jauger vis-à-vis d’eux. » Nantes, avec ses trois victoires sur les trois premiers matchs, sera très difficile à aller chercher. Derrière, Caen ne lâchera pas son bout de gras.

 

 

Se maintenir sans trembler

 

Pour sa deuxième saison en Nationale 2, l’équipe réserve du Caen Handball aspire à se maintenir sans se faire peur. Si la formation du jeune joueur est le cœur du travail mené en centre d’entraînement, le classement n’est pas occulté pour autant dans le discours de Philippe Breysacher. « Ce n’est pas la priorité mais j’ai des joueurs compétiteurs et le classement nous intéresse. Il ne faut pas oublier que l’année dernière, il y a eu des moments d’inquiétude. En février, c’était tendu. Je n’ai pas non plus envie de me sauver lors de la dernière journée comme ce fut le cas de Cesson. »

 

Quatrième avec trois journées, ce qui ne veut pas encore dire grand-chose, Caen se verrait bien terminer en milieu de tableau. « Par rapport aux joueurs et à la dynamique générale de formation, c’est important. Ça l’est également pour l’attractivité et la qualité de formation. Je crois à la dynamique compétitive. Les joueurs ont besoin d’adrénaline. »  

 

 

Priorité formation

 

L’essentiel est toutefois ailleurs que dans le simple classement pour les jeunes Vikings. Comme pour toute équipe réserve, la priorité majeure réside dans la formation. « Cette saison est une année importante pour que nos jeunes joueurs puissent s’aguerrir en conservant une qualité de jeu qui doit être notre identité », résume Philippe Breysacher. Aux côtés des quelques anciens du groupe (Baptiste Grosperrin, Teiva Roopinia) et de ceux qui sont en passe de le devenir (Nyls Breysacher, Diego Moreno, Nicolas Busson), des très jeunes sont ainsi amenés à s’exprimer. Samuel Goupillot, né en 2000, a participé à toute la préparation avec l’équipe première. Quant à Alex Moran, plus âgé de quelques mois, il est tous les week-ends dans le groupe des 14 en Proligue. « Cela donne du sens à nos engagements quand on voit ces jeunes joueurs intégrés au groupe Proligue. »

 

 

Du côté des jeunes prometteurs, Paul Lemanissier et Yaël Marescot, frère du pivot de Chambéry Johannes, sont les derniers arrivés en N2. Eux aussi promettent. « On essaie de conjuguer des vieux jeunes (sic) et des très jeunes, explique Philippe Breysacher. Le but est de fournir à la Proligue des joueurs aptes à s’entraîner avec le groupe quand il y a des blessés, et que la N2 soit en même temps un terrain d’expression pour les jeunes joueurs de Proligue ayant peu de temps de jeu. » Dimanche, Alex Moran s’est offert un joli 100 % de réussite au tir contre Chartres, rentrant ses neuf tentatives. En attendant de regoûter aux joutes du haut niveau, ça laisse en jambes… 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr