Handball. Caen a tendu la joue

02 octobre 2017 Ecrit par 

Si le Caen Handball s’est fait gifler par la JS Cherbourg samedi soir, il le doit surtout à lui-même. Les Vikings n’ont pas mis le supplément d’âme souvent nécessaire pour faire pencher la balance dans un derby. Battus d’un but (26-27), après avoir encaissé 16 buts en première mi-temps, ils ont concédé leur première défaite de la saison en Proligue.

 

L’occasion d’enchaîner ne pouvait pas être plus belle. Après deux grosses victoires à Créteil et Istres, favoris désignés dans la course à la montée, Caen avait à cœur de réussir la passe de trois contre Cherbourg. Les Vikings avaient d’ailleurs trois bonnes raisons de voir dans cette troisième journée de Proligue une source de motivation supplémentaire. À la notion de derby s’ajoutaient un premier match à domicile et un adversaire direct en face. « Si on gagnait ce soir, on était vraiment très, très bien, surtout avant d’affronter deux équipes contre qui on va se battre au classement cette saison », observe Maxime Langevin. Sauf que Caen, avant d’affronter les deux promus Nice et Vernon, est tombé d’un but contre Cherbourg.

 

Une défense trop permissive en première mi-temps

 

Si le derby s’est décidé sur des détails, en particulier un but refusé de Yannis Mancelle à deux secondes de la fin en raison d’un passage en force très sévère à l’encontre de Maxime Langevin, Caen s’est fait sanctionner de manière « logique », aux yeux de son arrière droit. « Sur l’ensemble du match, on a moins bien joué. Le score est mérité », avance Maxime Langevin, une des satisfactions de la rencontre. La défaite, Caen ne l’a pas concédée dans le money time qui a souri aux Manchots, même si beaucoup de matchs se jouent dans ces derniers instants. C’et au cours d’une première période « vraiment mauvaise » (M. Langevin) que Caen a creusé son premier revers de la saison.

 

 

L’impression semble paradoxale. Dans le premier acte, les Caennais ont compté quatre longueurs d’avance, alors que le second acte a valu un +5 aux visiteurs. Seulement, les 16 buts encaissés en trente minutes ont été fatals. « On était beaucoup trop espacés. L’arrière droit (Istvan Redei, ndlr) nous a transpercés alors qu’on a bossé toute la semaine là-dessus. On prend beaucoup de buts dans le secteur central parce qu’on n’a pas appliqué les consignes. » Et tandis que les Mauves, portés par un public toujours aussi performant, ont su se transcender pour revenir dans le match, dans un premier temps, puis prendre les devants, les Vikings sont apparus à court de solutions.

 

« Un petit coup d’arrêt »

 

Au contraire des précédentes rencontres, où ils avaient dans l’ensemble dicté leur tempo, les Calvadosiens se sont fatigués à courir après le score en deuxième mi-temps. « On revient bien, mais essentiellement en enchaînant les exploits individuels. C’est dur de tenir comme ça… » Au moins Caen a-t-il pu voir deux satisfactions personnelles dans la remontée initiée au cours du dernier quart d’heure. Maxime Langevin et Christopher Corneil, probablement les deux arrières les plus en retrait en ce début de saison, ont été les plus performants. L’absence de Nenad Zeljic (adducteurs) s’est toutefois fait ressentir, alors qu’Adrian Rosales Pousada n’a toujours pas trouvé son meilleur rendement.

 

 

Longtemps après la sonnerie finale, les chants cherbourgeois résonnaient dans les tribunes d’un Palais des Sports qui se vidait peu à peu. La tête basse, les Caennais les entendaient en reconnaissant la supériorité adverse du jour. « C’est le jeu, c’est normal qu’ils fêtent leur victoire. Ça nous fait mal pour la suprématie de la Basse-Normandie. On ne va pas se préoccuper de ce match-là. On regardera le classement à la fin de l’année. On ne va se préoccuper que de nous. Cette défaite ne nous empêchera pas de faire une bonne saison. C’est un petit coup d’arrêt, mais le championnat est comme ça. Tout le monde bat tout le monde », souligne Maxime Langevin. Avec deux victoires pour une défaite, comme Cherbourg, Caen réalise malgré tout un bon début de saison.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr