Une grande page se tourne pour Teiva Roopinia

20 juin 2017 Ecrit par 

Teiva Roopinia, 24 ans, a décidé de ne pas renouveler son contrat au Caen Handball. Arrivé en Pré-Nationale chez les Vikings, il y a gravi les échelons jusqu’à réaliser une belle saison en Proligue. L’ailier gauche passé par Le Molay-Littry et Saint-Lô s’oriente vers une nouvelle aventure loin du ballon rond…

 

 

« Bien malin celui qui peut dire où il s’arrêtera… » Alexandre Cénédésé posait la question il y a deux ans et demi, au détour d’un long portrait consacré à celui qui montait alors en puissance dans le collectif caennais. La réponse est tombée vendredi 16 juin quand l’intéressé a annoncé son départ du Caen Handball. Teiva Roopinia s’est arrêté en Proligue. Fidèle à ses bonnes habitudes, il aura dépassé jusqu’au bout les attentes. « Je reviens de loin », rappelle-t-il. Tenu éloigné des « filières royales » que constituent pôles et centres de formation, il était à Saint-Lô quand les portes du Caen Handball se sont entrouvertes. Alexandre Cénédésé, alors entraîneur de l’équipe réserve du club, recherchait « un très bon défenseur ». Teiva Roopinia, qui avait réalisé quelques piges intéressantes en Nationale 3, adorait ça. « On tient le bon », s’était dit le "Ché". Pendant cinq ans, son ancien protégé s’est employé à le confirmer. De la Pré-Nationale à la Proligue, Teiva Roopinia a montré une étonnante capacité d’adaptation. Elle lui a valu d’intégrer l’équipe première dès 2013, lancé dans le grand bain par Christian Le Moal. « J’ai dû hausser mon niveauJ’ai travaillé encore plus dur. Dans l’investissement, j’ai toujours été à 100 %. Non, à 150 % ! »

 

Le plus grand point fort de Teiva Roopinia réside sûrement là. Et puisque le jeune homme est adepte des pourcentages, un autre explique la réussite qu’il a connue au Caen Handball. « Le haut niveau, c’est 50 % de technique et de physique, et 50 % de mental. Je me suis toujours battu, toujours avec l’objectif d’atteindre le plus haut niveau. Il faut avoir l’envie, la gnac, ne pas s’arrêter au premier obstacle. J’ai été obligé d’être le caméléon pour ne pas qu’on voie que je venais d’un plus petit niveau. Le travail a payé. » Il l’a mené dans un rôle de titulaire inattendu cette saison, en lieu et place d’un Charly Sossou au temps de jeu limité. « On est heureux qu’il ait suivi l’évolution du club, souligne Thomas Lamora. Il a grandi avec nous. » Avec des pointes à quatre buts par match, et pas contre les cancres de Proligue (ce fut face à Istres et Billère), Teiva Roopinia a bien rendu la confiance accordée. « Il sort d’une très belle saison », affirme le dirigeant caennais. Une saison qui aura été la dernière avant le point de départ d’un nouveau projet loin des gymnases. Teiva Roopinia va s’engager dans l’armée. Il passera le concours cet automne et intégrera probablement la Marine en décembre ou janvier.

 

roopinia paris 1617

Teiva Roopinia aura marqué un but à Thierry Omeyer dans sa carrière. Ce n'est pas donné à n'importe qui !

 

Pas d’accord trouvé pour prolonger

 

Cette réflexion, le natif d’Île de France la nourrit de longue date. Sa concrétisation s’est dessinée très progressivement. « En Nationale 1, j’avais déjà le projet de quitter le club pour m’engager. Et puis, suite à la montée, j’ai eu l’occasion de signer mon premier contrat pro. Comme il me restait une année de marge avant l’âge limite, j’ai accepté cette proposition. En cours de saison, je me suis renseigné et j’ai appris que je pouvais finalement continuer le hand un peu plus longtemps. Je l’ai annoncé à Thomas Lamora. Je m’étais dit que j’allais faire encore un an. » Le club y était plutôt favorable, conscient que son ailier gauche « [lui] apportait des garanties », dixit Thomas Lamora. « Avec nos finances et le projet du club, l’idéal est d’avoir aux ailes un joueur professionnel et un jeu issu de la formation (ce qui est le cas sur l’aile droite, ndlr), précise le vice-président. Teiva est issu de notre formation, mais il ne peut jouer que sous statut professionnel compte tenu de son âge. On souhaitait tout de même le conserver aux mêmes conditions que la saison précédente. » Teiva Roopinia espérait pour sa part « quelque chose de plus intéressant ». Sans amertume mais le cœur lourd, il a décidé de prendre le virage qu’il avait imaginé plusieurs années plus tôt.

 

Pour le futur ex-Viking, une page se tourne. Elle soulève avec elle un peu de nostalgie et une vraie dose de fierté. « Caen était un objectif pour moi. J’ai d’abord réussi à intégrer le club puis à atteindre la Proligue. La plupart des jeunes joueurs sont obligés de partir pour valoriser leur CV. J’ai vécu de belles années ici sur le terrain comme en-dehors. Cela me manquera. C’est une grosse page que j’ai écrite ici. » Un autre chapitre s’ouvre et s’annonce tout aussi prometteur. « Je pense pouvoir m’épanouir à nouveau dans l’armée et retrouver l’esprit de cohésion qui m’est cher dans le sport. C’est un métier d’action, qui t’amène à voyager et à voir du pays. Depuis tout petit, je suis aussi attiré par la rigueur de l’armée, le dépassement de soi aussi. J’ai un bac +3, j’ai travaillé dans un bureau pendant mon année d’alternance, mais il me fallait quelque chose qui bouge plus. Si je peux mettre à profit mes qualités physiques au service de mon pays, c’est super. »

 

roopinia selestat 1617

 

Une demi-saison avant le grand départ ?

 

Mais à l’heure du départ, après l’assemblée générale du club vendredi dernier, les yeux étaient humides chez certains bénévoles. « Ils me voient comme le bébé du club qui a grandi. Je les remercie de m’avoir soutenu et de tout ce qu’ils font pour nous. Je remercie aussi mes amis, mes collègues, ma famille. Petit clin d’œil à mes grands-parents, supporters assidus, qui m’auraient suivi partout ! » Le sourire et la bonne humeur du plus grand danseur du Caen Handball laisseront un vide, mais le hand ne sera peut-être pas si loin dans les mois à venir. Avant le début de sa nouvelle vie, Teiva Roopinia a quelques mois devant lui. « C’est possible que je fasse une demi-saison pour rendre service en attendant que j’entame ma formation. » Et comme les nouvelles vont vite, le téléphone a déjà sonné.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr