Denis Serdarevic : « Aller au charbon »

18 avril 2017 Ecrit par 

Ses douze arrêts n’ont pas empêché le Caen Handball de s’incliner lourdement contre Tremblay (23-33), mais Denis Serdarevic a retrouvé des couleurs vendredi. Le gardien caennais en a profité pour ce rassurer en cette fin de saison difficile pour les Vikings. « Il ne va pas falloir se cacher », prévient-il dans l’optique des quatre matchs restant à disputer.

 

 

On a l’impression qu’il n’y avait pas grand-chose à faire face à Tremblay. C’était beaucoup trop fort pour vous ?

Oui, c’était beaucoup trop fort. C’est maintenant officiel, ils montent en Lidl Starligue. Ils avaient l’équipe pour cela. J’espérais les accrocher peut-être un peu plus longtemps, comme on l’avait fait chez eux. Il y a eu beaucoup trop de pertes de balle. Il faudra simplement retenir l’envie qu’on a eue de jouer ensemble et la combativité qu’on a pu mettre. Même à -12 ou 13, on a continué de monter les ballons. Sur ce match, le but était juste de repartir sur des bases plus saines au niveau collectif pour bien finir la saison, retrouver le plaisir qu’on a peut-être perdu.

 

On a vu beaucoup de déchet en première mi-temps, pourquoi ?

Ils sont venus nous agresser assez haut. Ils avaient le pied au moins aux neuf mètres. Cela nous a perturbés dans les relations à deux. C’est une grosse équipe, une grosse défense. Ils font quasiment tous deux mètres et ont beaucoup de volume défensif. C’est difficile de manipuler la balle devant leurs bras. Il y avait aussi peut-être de la précipitation, mais il n’y a pas grand-chose à dire. C’est plus fort en face. Quand on voit Samuel Honrubia, il est largement au-dessus du niveau de la D2. Et il n’y a pas que lui.

 

C’était un beau défi pour un gardien de jouer contre ces joueurs-là !

Quand je joue contre des équipes comme celle-là, ou Paris et Nantes avant, j’y vais sans aucune pression. J’essaye de prendre le maximum de plaisir. Même s’il y a eu la défaite, ce n’était presque que du plaisir. Je suis globalement content de mon match. Ça faisait un petit moment que je n’avais pas fait de perf’ intéressante. Je suis content d’avoir fait des arrêts et de pouvoir reprendre confiance en moi.

 

Comment expliques-tu cette baisse de performance, à l’image de l’équipe, alors que tu étais dans une bonne dynamique fin 2016 ?

C’est à l’image de l’équipe, en effet. Quand la défense ne va pas, le gardien ne va pas. Et quand le gardien ne va pas, la défense ne va pas. Il y a une relation de cause à effet. L’important, ce seront les quatre derniers matchs. Il faudra retrouver la défense qu’on a eue en début de saison. Si on y arrive, il n’y aura pas de souci pour le maintien.

 

La victoire de Valence sur Saint-Gratien change-t-elle quelque chose ?

C’était prévisible. Il ne faut pas attendre de Valence qu’ils perdent leurs matchs. Il faut que ça vienne de nous. C’est à nous de gagner nos matchs. Il reste deux jokers avant qu’ils reviennent à égalité. Il ne va pas falloir tergiverser ni trop se regarder. Il va falloir aller au charbon.

 

Florian Dessertenne nous confiait qu’il était plus difficile de trouver une motivation commune actuellement. As-tu le sentiment que la fin de saison est poussive et qu’il vous manque cet élan collectif ?

L’élan collectif, on l’a perdu parce qu’il y a eu des défaites d’un ou deux buts qu’on aurait dû gagner. Ça a dû jouer sur le moral. Les mecs, je les connais, ils ne vont pas lâcher. Même s’il y a des objectifs différents, on a un boulot à finir et il va falloir y aller jusqu’au bout. Sur les quatre matchs qui restent, il y en a au moins un à gagner. Deux seraient mieux. Il ne va pas falloir se cacher.

 

Un dernier mot sur l’arrêt face à Bojenovic sur penalty…

Bojenovic, c’est la légende. J’ai l’impression de le voir sur les terrains depuis que j’ai commencé, et c’est certainement vrai. C’est un joueur qui a marqué mon apprentissage et ma vision du handball. Ce n’est pas un arrêt plus important qu’un autre, mais c’est particulier contre un joueur de cette classe. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr