craf2s sportacaen4

Le Caen Handball tombe contre (beaucoup) trop fort

14 avril 2017 Ecrit par 

Handball. Caen 23 – 33 Tremblay, 22ème journée de Proligue. Le Caen Handball n’a rien pu faire face à une grande équipe de Tremblay, ce vendredi soir. Très vite menés au score, très peu inspirés en première mi-temps, les Caennais ont compté jusqu’à quinze buts de retard dans ce match. Ils ont bien terminé les débats, limitant les dégâts. Les Honrubia et Annonay étaient néanmoins bien trop forts.

 

 

Il y a des défaites moins douloureuses que d’autres. Le Caen Handball est tombé sur meilleur, vendredi soir. Opposé à une superbe formation tremblaysienne, il n’a tout simplement rien pu faire. Plus grands, plus puissants, beaucoup plus forts, les leaders de Proligue ont tenu leur rang devant le douzième du classement. « Ils ne sont pas premiers pour rien, rappelle Florian Dessertenne. Ils ont trois ou quatre fois le budget qu’on a. Tous leurs joueurs ont joué en D1. C’est vraiment compliqué de rivaliser. La marche est très haute. » Conscients de l’ampleur de la tâche qui les attendait, les Vikings s’étaient fixés des objectifs réalistes : « prendre du plaisir et ne pas les regarder jouer ». Ils ont mis du temps à mener leur mission à bien, donnant le bâton pour se faire battre en première période avant de prendre la foule en début de deuxième période, mais ont terminé de belle manière.

 

tsatso tremblay 1617

 

Avec un grand Patrice Annonay (16 arrêts), un grand Samuel Honrubia (11/13 au tir), un tout aussi grand Alexandre Tomas (8/8) sur l’autre aile, Tremblay a pu s’appuyer sur ces hommes forts pour faire la différence. Le gardien visiteur a été le premier à donner le ton, fermant la boutique dès les premières minutes de jeu. Les Caennais, pourtant, démontraient alors de bonnes intentions. Elles n’étaient pas toujours récompensées, à l’image du tir d’Adrian Rosales Pousada sur le poteau, transformé en contre-attaque immédiate (4-7, 13’). La défense caennaise était pourtant là, et Denis Serdarevic commençait à sortir de sa boîte. Malgré la supériorité attendue des Franciliens, Caen était dans le vrai après le premier but de Maxime Langevin (5-8, 14’).

 

Quand Tremblay accélère…

 

Le premier basculement n’allait pourtant pas tarder. Les Vikings perdaient plusieurs ballons coup sur coup, et leurs adversaires les convertissaient aussi vite. La passe de Christo Tsatso interceptée plein axe permettait à Marius Sadoveac de conclure un 3-0 en cage vide (5-11, 18’). « À ce niveau-là, ça va trop vite quand on perd un ballon », constate Florian Dessertenne. La montée en puissance tremblaysienne était interrompue par Léo Renaud-David, buteur au sortir d’un bel arrêt signé Denis Serdarevic. Caen ne guérissait pas pour autant sa maladie balles perdues, si bien que Samuel Honrubia s’en donnait à cœur joie et poursuivait son festival. Puissants, mobiles, précis, techniques, les Parisiens développaient une partie de leur panel pour faire gonfler l’écart. À l’aile comme au centre, la foudre s’abattait de partout (6-14, 25’). À l’image du but d’Hamdi Mizouni, chaque réalisation caennaise accouchait dans la douleur. En face, Denis Serdarevic pouvait jeter un regard de dépit sur l’abandon dont il était victime : 8-16 à la mi-temps. « Je trouve qu’en première mi-temps on les a regardés jouer », reconnaît Florian Dessertenne.

 

mizouni tremblay 1617

 

À la pause, le discours du capitaine était lourd de sens : « On n’a plus rien à perdre. Soit on essaie de faire mieux en deuxième mi-temps, soit on fait pareil, chacun boude de son côté, et on en prend quinze. » Quatre arrêts de Patrice Annonay plus tard, en 3’30, Caen avait pris quatre buts essentiellement en contre-attaque (8-20, 34’). « On a pris cher en début de deuxième mi-temps… » Aux abonnés absents en défense, trop légers en attaque, les Vikings coulaient et voyaient l’écart prendre une dimension punitive. La légende Mladen Bojinovic contribuait à alimenter le compteur, comme l’insatiable Samuel Honrubia dans un tout autre registre. À l’aile droite, Alexandre Tomas, auteur d’une superbe roucoulette un peu plus tôt, était tout aussi gourmand (11-26, 42’). Caen stoppait l’hémorragie au milieu de cette deuxième période dans un match devenu "champagne". Les buts spectaculaires allaient s’enchaîner de part et d’autre. Le superbe décalage de Florian Dessertenne pour Christo Tsatso, très bon en deuxième mi-temps, faisait mouche. Le capitaine répondait ensuite au lob de Samuel Honrubia par une nouvelle roucoulette (17-30, 52’).

 

dessertenne2 tremblay 1617

 

« Heureusement qu’on a fait le taf contre Valence… »

 

Malgré son bon match, Denis Serdarevic en prenait plein la vue et le public caennais aussi. Les joueurs caennais lâchaient pourtant les chevaux. « Il y avait un peu plus d’envie. Si on avait continué sur les bases de la première mi-temps, on aurait pu prendre 16, 17, 18 buts. On a essayé de monter les ballons. Eux étaient un peu cuits, ils ne repliaient plus. On a montré qu’on savait faire des choses, même s’ils ont un peu lâché aussi. Il fallait profiter de leurs erreurs, celles qu’on avait faites en première mi-temps. Ça a permis au petit Alex Moran de marquer, et de montrer aux supporters qu’on a joué jusqu’au bout. » Alex Moran, pour ses grands débuts en Proligue, n’a pas tremblé en contre devant Nils Dressrüsse, entré à la place de Patrice Annonay en fin de match. Caen a évité le pire et a même montré une belle image dans le dernier quart d’heure de jeu. « Il y a encore du monde qui vient, on se devait chez nous de ne pas prendre une grosse tôle. » Valence ayant gagné contre Saint-Gratien, la zone rouge se rapproche toutefois à quatre points. Il reste quatre rencontres. « On va se remettre au boulot pour essayer d’aller battre Pontault et Saint-Gratien. Valence va s’arracher pour continuer de croire en leur petite chance. Heureusement qu’on a fait le taf contre eux, même si on ne gagne que d’un but… » La menace reste lointaine pour Caen. Il faudrait que Valence gagne trois matchs de plus pour que le coup de théâtre d’une descente normande se produise.

 

aguilar tremblay 1617

 

Caen 23 – 33 Tremblay (MT : 8-16)

 

Caen : Moran 1, Nivore, Langevin 3, Réchal, Tsatso 7, Roopinia 1, Sossou, Rosales Pousada 1, Renaud David 3, Mizouni 1, Aguilar 2, Dessertenne 3, Rossi 1. GB : Serdarevic (13/31 + 1/5 s.p.) et Abadzic (0/6 + 0/3 s.p.).

 

Tremblay : Vranic 1, Tomas 8, Sako, Courtois 3, Bojinovic 3, Sadoveac 3, Azizi, Siakam 3, Pyshkin, Batinovic 1, Honrubia 10, Slassi, Pitre 1. GB : Annonay (15/31 + 1/3 s.p.) et Dressrüsse (0/5).

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés. Retrouvez bientôt le trombinoscope. 

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr