craf2s sportacaen4

Les Vikings toujours embourbés

08 avril 2017 Ecrit par 

Handball. Nancy 32 – 30 Caen, 21ème journée de Proligue. Caen n’a pas réussi à relever la tête vendredi soir devant Nancy. Supérieurs en première mi-temps, qu’ils ont menée quasiment d’un bout à l’autre, les Caennais ont baissé la garde en deuxième période. Valence ne faisait guère mieux qu’eux, ils confortent leur maintien bientôt mathématique.

 

Le Caen Handball continue son surplace dans le bas de tableau de la Proligue. Vendredi, les Vikings ont concédé leur sixième défaite des sept dernières rencontres à Nancy. Un rapide coup d’œil au classement laisse pourtant à penser qu’il y avait la place pour ramener tout autre chose. Les Nancéens ne comptaient que deux longueurs de plus que Caen avant la rencontre. L’évolution du score inspire la même sensation, puisque les Normands ont mené pendant une bonne partie de la première mi-temps. Pourtant, à l’arrivée, Nancy s’est imposé sans vraiment trembler. « C’est difficile de gagner à l’extérieur, reconnaît Stanko Abadzic. Nous n’avons battu que Valence et Saint-Gratien chez eux, et c’était il y a longtemps. On a du mal à trouver les solutions. » Pour le Serbe, les facteurs sont multiples et puisent une partie de leurs origines dans le calendrier. « En première partie de saison, on a joué chez nous contre des équipes au niveau proche du nôtre. Ça signifie qu’on les a affrontées chez elles au retour. » Besançon, Cherbourg et Nancy en font partie. Caen avait pris trois points (une victoire, un nul, une défaite) contre eux à l’aller. Au retour, son compteur n’a pas bougé.

 

Les causes existent aussi à une autre échelle, celles du terrain à proprement parler. Caen n’a jamais obtenu de résultat positif cette saison en encaissant plus de 25 buts. À Cherbourg, la barre des 30 buts avait été atteinte. À Nancy, elle a été dépassée. Les Caennais auraient pu s’en tirer à meilleur compte malgré tout, mais la raison première de leur défaite n’est pas à aller chercher plus loin. « On ne peut gagner qu’en défendant bien, or on ne retrouve plus notre défense, regrette Stanko Abadzic. Contre Nancy, on a eu beaucoup de problèmes avec leur pivot. On a encaissé trop de buts. » Les bases offensives observées dès le début de match (3-3 après cinq minutes, 5-8 au bout de onze minutes) n’ont jamais été démenties. Seulement, Nancy a su resserrer sa défense en seconde période pour faire basculer la rencontre. Les Lorrains avaient pourtant couru après le score pendant la quasi-totalité du premier acte, Caen comptaient régulièrement deux à trois buts d’avance. L’efficacité de Maxime Langevin n’y était pas étrangère. Revenu peu avant la pause (16-16 à la mi-temps), Nancy a accéléré progressivement au retour des vestiaires. « J’ai fait des erreurs en première période, confesse humblement Stanko Abadzic. On a aussi raté certaines choses en attaque, si bien que notre avance s’est trouvée gâchée. »

 

Pas loin de la folle remontée

 

L’effet du coup d’accélérateur lorrain n’a pas été immédiat. Nancy a eu besoin de dix minutes pour prendre deux buts d’avance (23-21, 40’). Caen n’allait plus jamais revenir. « On a mal commencé la première mi-temps. Derrière, c’est difficile de courir après le score contre une équipe expérimentée. » Les Nancéens se sont offerts un 3-0 au cœur de la deuxième mi-temps, réduisant déjà fortement les chances de victoire caennaises. La tendance n’a fait que se confirmer à l’approche du money time. À sept minutes de la fin, Caen avait six buts de retard (30-24) et l’affaire semblait entendue. Alexandre Aguilar par deux fois, Christo Tsatso et Charly Sossou se sont pourtant accrochés (31-28, 56’). Le CHB pouvait y croire à nouveau, surtout que Nancy écopait de deux minutes et que Florian Dessertenne convertissait un penalty à 2’40 du buzzer. La nouvelle pénalité infligée à Simon Mayoyo dans la foulée augmentait encore l’espoir, d’autant que Caen se procurait ensuite un autre jet de sept mètres. Cette fois, Vincent Lagrange gagnait son duel face à Florian Dessertenne. Nancy marquait quarante secondes plus tard et les jeux étaient faits pour de bon.

 

« À -6, on s’est dit qu’il ne fallait rien lâché, malheureusement on a raté quelques tirs. C’est impossible ne gagner si on ne met pas les tirs ouverts, et malheureusement ça nous arrive souvent. Mais le problème de ce match n’est pas en attaque. C’est plutôt la défense qui a échoué, moi et Denis (Serdarevic) en premier. On est ensemble dans cette mission. » Ensemble, les Caennais ? C’est peut-être là que le bât blesse. Caen peut indéniablement faire mieux en la matière. Mais la fin de saison et les problématiques qu’elle induit a forcément son mot à dire. « Je ne pense pas que ce soit lié à ça, estime Stanko Abadzic. Tous les joueurs ont envie de gagner et de finir le plus haut possible pour soit rester ici, soit trouver un autre club. Chacun de nous veut donner son maximum et se mettre en évidence. » Caen enchaînera vendredi prochain contre Tremblay, solide leader de Proligue.

 

Nancy : Blanc 2, Horak, Ogando, Poignant 1, Trifkovic, Ducreux 3, Ballet 2, Pavade 4, Mayayo 3, Ramond 5, Soltane 5, Dieme 7, Douchet, Pethe. GB : Ivezic 5/26, Lagrange 5/14.

 

Caen : Nivore, Lagevin 5, Tsatso 3, Roopinia 2, Sossou 4, Rosales Pousada 4, Renaud David 2, Mizouni, Aguilar 4, Dessertenne 5, Rossi 1. GB : Abadzic 5/21, Serdarevic 6/22.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés. Retrouvez bientôt le trombinoscope. 

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr