L'inconstance des Vikings sanctionnée à Istres

19 mars 2017 Ecrit par 

Handball. Istres 28 – 21 Caen, 18ème journée de Proligue. Le Caen Handball n’a pas créé la surprise devant Istres, ou du moins pas jusqu’au bout. Auteur d’une très bonne première mi-temps qui lui a valu de mener à la pause, il s’est ensuite écroulé. Valence revient à quatre longueurs avant le choc pour le maintien vendredi soir au Palais des Sports.

 

Il est décidément bien délicat pour le Caen Handball de maintenir un haut niveau de jeu pendant soixante minutes. Capable du meilleur comme quasiment du pire, il a trop souvent démontré ses lacunes à conclure ces derniers temps. À Istres, ses deux visages se sont succédé de manière plutôt équilibrée. Une mi-temps pour l’aspect séduisant, qui lui a valu de rejoindre son vestiaire pourvu de deux buts d’avance, une mi-temps pour la facette beaucoup moins reluisante. À l’arrivée, c’est bien celle-ci qui l’a emporté. Elle a aussi laissé son lot d’interrogations. « Je ne peux pas expliquer ces deux visages si différents, reconnaît Denis Serdarevic. C’est assez incompréhensible. »

 

Une première mi-temps convaincante

 

Pendant trente minutes, Caen a été au coude à coude avec son adversaire. Un coup à toi, un coup à moi, et jamais plus de deux buts d’écart. Ils ont d’abord été à l’avantage d’Istres (5-3, 7-5, 8-6), puis favorables à Caen progressivement. Teiva Roopinia et Adrian Rosales Pousada ont su sanctionner les Provençaux (9-11, 21’). Les locaux ont eu beau revenir, ce sont bien les visiteurs qui ont bouclé cette période avec deux buts d’avance et déjà quinze réalisations inscrites (13-15, 30’). « On a surpris Istres en allant les chercher haut, précise Denis Serdarevic. On était agressif en défense et on trouvait des solutions en attaque. On jouait bien ensemble. » La pause est arrivée au mauvais moment. Elle a en tout cas déréglé la belle mécanique.

 

Quinze buts marqués en première mi-temps, six buts en deuxième : difficile de ne pas y voir quelque chose de l’ordre du jour et de la nuit. Les Vikings ont perdu leurs moyens au retour des vestiaires, subissant de plein fouets les armes qu’ils avaient employées contre leurs adversaires lors du précédent acte. « Istres s’est montré beaucoup plus agressif. Ils sont allés nous chercher haut et nous ont empêchés de jouer notre jeu. » Si la défense caennaise est restée cohérente – « on a pris beaucoup de buts en montées de balle », l’attaque a pour sa part sombré. Pertes de balle, mauvais tirs, mauvais choix, le Caen Handball s’est enfermé dans un cercle vicieux. « On a été un peu trop individualistes, avance son gardien. Si on avait été plus solidaires, ça aurait été plus jouable. Chacun a voulu sauver l’équipe lui-même, mais ce n’était pas la bonne solution. » Les Normands ont marqué un petit but dans les dix premières minutes de la deuxième mi-temps (21-16, 41’), puis deux dans les treize minutes suivantes (25-18, 54’). Istres n’a pas eu besoin de forcer pour prolonger sa belle série de victoires.

 

Manque d’efficacité au tir

 

À l’arrivée, quelques statistiques mettent en lumière les carences caennaises, qu’il s’agisse de l’inefficacité des arrières (2/11 pour Christo Tsatso, agrémenté de trois ballons perdus, 0/5 pour Léo Renaud-David et 3/9 pour Adrian Rosales Pousada) ou de la difficulté tenace à trouver les décalages à l’aile (1/3 pour Maxime Langevin). Parti à dix joueurs de champ, sans Amir Cakic, Charly Sossou, Hamdi Mizouni jeune papa d’un petit Yannis, et Carl Ekberg, le Caen Handball n’ont pas réussi à chanter la messe à Capella et ses petits camarades. À leur décharge, les Caennais affrontaient une formation au budget bien plus important que le leur et à l’ambition de Starligue bien affirmée. Istres, désormais deuxième, reste à la poursuite du leader Tremblay. Son bouillant état de forme n’a pas empêché Florian Dessertenne de claquer sept buts ni Denis Serdarevic de faire une rentrée à 40 % (six arrêts sur quinze tirs), succédant à un Stanko Abadzic moins inspiré (17 % à 4/23).

 

Vendredi prochain, le Caen Handball jouera très gros contre Valence, actuel premier relégable. Le match nul des Drômois face à Nancy les a ramenés à quatre longueurs de Caen. Le danger reste diffus, mais il demande à être définitivement écarté. « Si on gagne, on prendra une option sur le maintien. Si on perd, on aura toujours les cartes en main. Mais la victoire serait le meilleur remède pour relâcher la pression qui commence à monter. » Une chose est sûre, les Vikings auront besoin de leur public vendredi pour refermer une série de quatre défaites consécutives et se donner un grand bol d’air.

 

Istres : Pinchot, Tricaud 1, Auguste, Cismondo 5, Ruiz 3, Perronneau 1, Claire, Boschi 9, Capella, Goncalves, Jonsson 5, Grosas, Massot-Pellet 4, Daoud. GB : Cappelle (17/37) et Herbaoui (2/3).

 

Caen : Nivore, Langevin 1, Tsatso 2, Roopinia 3, Renaud-David, Rossi 1, Aguilar 3, Dessertenne 7 (3/3 aux penaltys). GB : Abadzic 4/23 et Serdarevic 6/15. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr