craf2s sportacaen4

Florian Dessertenne : « On est forcément abattus »

13 mars 2017 Ecrit par 

Le Caen Handball s’est incliné samedi soir devant Billère (24-26) après avoir mené pendant 57 minutes. Incapables de tuer leurs matchs, les Vikings retombent souvent dans leurs mêmes travers. Pour le capitaine Florian Dessertenne, la pilule est difficile à avaler.

 

Florian, on a senti l’équipe un peu abattue après le match.

(La voix lasse) Oui, on est forcément abattu quand on joue bien un match, qu’on est devant pendant 59 minutes, et qu’on perd à la fin. Bien sûr, c’est frustrant. Ça fait six ou sept matchs que ça se passe comme ça. On a les balles pour égaliser, ou pour gagner, et on ne les met pas. La semaine dernière on avait été nuls à ch… et le moins 8 était normal. Ce (samedi) soir, on a vraiment bien joué, du moins en première mi-temps. Et on n’arrive pas à gagner. En face, j’ai l’impression qu’ils ne montraient même pas d’envie, ils s’en foutaient un peu. Au final, ils gagnent d’un but (de deux, avec un penalty au buzzer, ndlr). Ils ont déroulé tranquillement. Ils ne se sont pas pris la tête. Au début de l’année, on se disait « c’est normal, on est promus, on doit prendre de l’expérience ». Sauf qu’à un moment donné, il faut apprendre de nos erreurs. Il n’y a toujours pas de réaction. C’est un peu gavant. On se demande ce qui ne va pas, pourquoi on fait toujours les mêmes erreurs. On en parle entre nous mais rien ne change.

 

Quelles sont les erreurs ?

En première mi-temps, quand on est à +5 et qu’on a les balles pour passer à +6, les enterrer et leur mettre la tête dans les baskets, on les laisse égaliser. Ça marque. Dès qu’ils commencent à revenir, tout le monde se regarde, tout le monde a peur de faire des bêtises, et plus personne ne joue. En première, on courait, en deuxième c’est « tiens, prends-la, comme ça c’est toi qui fais l’erreur et pas moi ». C’est dans la tête qu’on a du mal. Comment peut-on expliquer qu’en première mi-temps on est capables de faire de bonnes choses et qu’après, avec les mêmes joueurs, ça ne marche pas ? Je pense qu’on a le niveau pour être ici, mais on n’arrive pas à gagner les matchs. Est-ce que c’est la peur de gagner ? Je ne sais pas, mais ça commence à être ch… et frustrant.

 

La dernière possession est encore symptomatique.

Est-ce qu’il y a faute ou pas, je ne vais pas revenir là-dessus. C’est avant qu’on perd le match. En début de deuxième mi-temps on est à +3, on est un de plus, on a la balle pour passer à +4, on rate et ils marquent derrière. Ce sont plein de petits détails, tout au long du match, qui font que c’est vraiment frustrant.

 

Et ce ne sera pas plus simple contre Istres.

On en est à trois défaites de suite. Billère en avait cinq avant de venir chez nous, ça se voyait sur le terrain qu’ils étaient dans le dur. Ils n’y croyaient même pas… Istres est on fire en ce moment. On a pris un point contre eux à l’aller, ils vont être revanchards. Si on perd là-bas, on ne sera pas dans les meilleures conditions en terme de confiance au moment de recevoir Valence. Or Valence viendra avec les crocs, parce que s’ils perdent, ce sera fini pour eux.

 

Cette défaite contre Billère est à l’image de votre saison : vous n’arrivez pas à saisir les opportunités.

Tous nos concurrents directs avaient perdu la veille, on avait la place pour faire une belle opération, et encore une fois on ne la saisit pas. C’est frustrant. 

   

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés. Retrouvez bientôt le trombinoscope. 

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr