Sébastien Rossi, jeunesse et promesses au Caen Handball

01 février 2017 Ecrit par 

2m01, 115 kilos, c’est un beau bébé de bientôt 22 ans que le Caen Handball vient d’accueillir dans ses rangs. Sébastien Rossi ne va pas aussi vite que Valentino et n’est pas aussi célèbre que Tino, mais il entend bien se faire un nom au Caen Handball. Le pivot formé à Aix-en-Provence (Lidl Starligue), où il était barré par une très solide concurrence, prend un nouveau départ en Normandie.

 

Comme en 2015 avec Maxime Langevin puis en 2016 avec Léo Renaud-David, le Caen Handball met à profit la période hivernale pour se renforcer ! Carl Ekberg mal rétabli de sa blessure au pied, ce qui lui a valu de ne jouer que quelques dizaines de minutes depuis son retour automnal, les dirigeants caennais ont fait le choix de recruter un joker médical à son poste. Il a pour nom Sébastien Rossi, 22 ans demain. « On cherchait un autre pivot capable de défendre, explique Thomas Lamora. Avec Sébastien, on s’inscrit toujours dans une logique de jeunes joueurs, motivés et à potentiel. Il va progresser avec nous et il peut exploser chez nous. »  Sébastien Rossi et le Caen Handball se sont bien trouvés. En fin d’année 2016, pendant que le staff caennais commençait à chercher un remplaçant à son grand suédois, le Varois apprenait qu’il n’allait pas être conservé par Aix-en-Provence à l’issue de la saison en cours. « Le directeur sportif m’a annoncé qu’il n’envisageait pas de me faire signer un contrat et m’incitait dès lors à ouvrir d’autres portes, témoigne Sébastien Rossi. Mon objectif était alors de signer quelque part, mais je ne pensais pas que cela se ferait en cours de saison. C’est assez rare que cela se produise. Néanmoins, je n’y voyais aucun inconvénient. » Barré par une forte concurrence étrangère à Aix, Sébastien Rossi savait que ses chances d’évoluer en Lidl Starligue oscillaient entre minimes et inexistantes. Il n’a donc « pas hésité » quand Dragan Mihailovic, qui avait eu vent de sa situation, et Thomas Lamora l’ont tour à tour appelé. « Le projet sportif était intéressant, et arriver à la mi-saison me permettait d’être mieux intégré l’année prochaine. »

 

Restait toutefois à convaincre l’entraîneur caennais pendant une semaine d’essai et deux matchs amicaux, mi-janvier. Le test s’est révélé concluant. « On savait qu’il allait grandir notre défense, mais il nous a aussi surpris offensivement, révèle Thomas Lamora, vice-président du club. Il a réalisé un 4/5 au tir contre Chartres. Les attitudes sont bonnes, le travail est là. Il correspond à notre façon de s’entraîner et au discours de Dragan. » S’il n’est jamais aisé d’intégrer un groupe déjà construit, qui ferraille ensemble depuis de longs mois, Sébastien Rossi semble avoir passé le cap sans difficulté majeure. « Les mecs m’ont super bien accueilli et mis à l’aise. J’avais une pression de plus pendant les entraînements, parce que j’étais là pour me montrer, mais ça s’est bien passé. Il n’y a pas de raison que ça ne dure pas. Maintenant, il faut que je trouve des affinités sur le terrain. » Habitué à défendre et à attaquer avec l’équipe réserve d’Aix, en Nationale 2, Sébastien Rossi aspire à un rôle similaire à Caen, même si ses responsabilités seront forcément moindres derrière Alex Aguilar et Rudy Nivore. « Tout dépendra aussi des besoins de l’équipe au fil des matchs, précise-t-il. Ce qui est important, c’est d’être toujours à 200 % et d’avoir une âme de guerrier. Je pense l’avoir. » 

 

« Progresser tous les jours »

 

À Caen, Sébastien Rossi s’offre un nouveau départ et un premier envol. Il n’avait jamais quitté son sud natal. Après des débuts dans le foot (« j’avais deux pieds gauches malheureusement… et je suis droitier »), il a rejoint son premier club de hand à l’âge de 11 ans. Le potentiel du garçon a été rapidement détecté. Les sélections comité et ligue se sont succédées, jusqu’à l’entrée au pôle en troisième. « J’ai ensuite intégré le centre de formation d’Aix en 2013. Quand on entrouvre la porte, on s’y engouffre… » Avec Aix, Sébastien Rossi a découvert la D1, rebaptisée Lidl Starligue cette saison, mais n’a que rarement participé aux débats. Son CV affiche toutefois quatre buts inscrits la saison dernière, pour six tirs pris, au travers des huit matchs disputés. Cette saison, le jeune homme avait fait six apparitions en élite avant de quitter le club. Il a toutefois fréquenté bien plus souvent le banc que le terrain. C’est pourquoi son arrivée en Proligue n’a rien, à ses yeux, d’une descente de niveau. « J’ai l’impression de passer d’un centre de formation à la Proligue, pas de la D1 à la D2. Je ne ressens aucune frustration, loin de là. C’était bouché à Aix. J’écris une nouvelle page de ma jeune carrière. Le centre de formation est l’aboutissement des années de pôle, et un premier contrat pro est l’aboutissement d’un centre de formation. Je suis très content de commencer enfin. Le plus dur était de décrocher ce premier contrat. J’ai signé pour deux ans et demi, ce qui m’offre plus de stabilité, mais je n’ai pas l’intention de me reposer là-dessus. Je veux progresser tous les jours, montrer au club, à ma famille et aux supporters qu’ils ont eu raison de croire en moi et de me faire confiance. »

 

Si Sébastien Rossi a traversé la France, ce n’est pas pour se « tourner les pouces » en Normandie. « Si quitte ma famille et une région où tout le monde veut aller, c’est pour bosser d’arrache-pied. J’ai 21 ans, je ne prétends pas tout savoir, bien au contraire. J’ai beaucoup progressé à Aix, mais il me manquait du temps de jeu pour appréhender le haut niveau. Je sais où je suis et je sais où je veux aller. Je veux aller au maximum de mes capacités. » Des capacités qui promettent, d’abord en raison d’un gabarit assez hors normes, mais pas seulement. Sébastien Rossi fera ses débuts en Proligue vendredi soir contre Dijon. « J’ai suivi les résultats de Caen de loin. Maintenant, je suis acteur de tout ça, en espérant gagner à Dijon pour fêter au mieux mon arrivée ici. »

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr