Football. Pour Malherbe, ça va se compliquer

02 novembre 2017 Ecrit par 

Marseille, Nice, Bordeaux, Lyon, Paris… Voilà quelques uns des adversaires qui se présenteront sur la route du Stade Malherbe d’ici le 20 décembre et la trêve hivernale. Caen, dont les victoires comptabilisées jusqu’à présent ont été obtenues devant six des huit derniers du classement, s’apprête à entrer dans une période a priori délicate.

 

Le déplacement au stade Vélodrome de Marseille, dimanche après-midi (17h00), marque le début de deux mois pour le moins redoutables pour le Stade Malherbe. Après avoir battu six équipes positionnées dans le dernier tiers du classement – aucune des victimes du SMC cette saison ne précède la treizième place, Caen s’apprête à rencontrer de tout autres morceaux. Sur les huit équipes que lui réserve son calendrier avant Noël, cinq sont positionnées comme lui dans la première moitié de tableau. Trois figurent même dans le top 4 en compagnie de Monaco, vainqueur 2-0 des Malherbistes il y a quelques semaines de cela.

 

Des adversaires de la même veine que Caen…

 

Incapable de performer contre des équipes mieux classées que lui jusqu’à présent, Caen va devoir a minima garder le rythme face aux autres. Nice, qu’il accueillera le dimanche 19 novembre (15h00), en fait partie. Au regard de l’effectif dont disposent les Azuréens, seulement dix-septièmes, on peut toutefois craindre que la rencontre appartienne à une catégorie quelque peu différente. Il n’empêche, Nice reste sur quatre défaites en championnat. Les Caennais recevront une seule autre équipe figurant quelques rangs en-dessous du leur. Ce sera Guingamp le samedi 16 décembre. Les Costarmoricains sont onzièmes.

 

À l’extérieur, le Stade Malherbe jouera des matchs importants contre Strasbourg, mardi 28 novembre (19h00), et Toulouse, samedi 9 décembre. Strasbourg est premier relégable avec l’une des défenses les plus perméables de Ligue 1 (20 buts encaissés en onze matchs). Toulouse, dixième, affiche un bilan beaucoup plus équilibré de quatre victoires, trois nuls et quatre défaites. À noter qu’aucune de ces deux équipes n’a perdu en octobre. Coupe de la Ligue comprise, elles restent sur cinq matchs sans défaite. Ça ne dit pas où elles en seront au moment de défier Caen…

 

… et d’autres plus inquiétants

 

Ces quatre matchs précités ne seront pas les plus prestigieux de cette fin d’année, mais ils vaudront cher. En parallèle, et même s’ils seront probablement préparés avec la même envie de gagner, les affiches contre les gros morceaux du football français promettent encore d’autres joutes. Dimanche (17h00), Malherbe ouvrira ces hostilités à Marseille. Les Marseillais ont souffert contre Lille dimanche dernier, mais la victoire qu’ils ont obtenue (0-1) leur a permis de remonter au quatrième rang. C’est une équipe en phase ascendante que Caen affrontera. Samedi 25 mai, les Normands recevront Bordeaux, dans une forme bien différente actuellement (trois défaites et un nul sur les quatre derniers matchs), mais qui reste pourvu de solides arguments.

 

En décembre, Caen ouvrira le mois par la réception de l’Olympique Lyonnais, emmené par un Nabil Fekir en grande forme. À lui seul, le milieu offensif des Gones a mis plus de buts que toute l’équipe caennaise (soit les trois buteurs que sont Ivan Santini, Ronny Rodelin et Damien Da Silva) cette saison en Ligue 1. Troisième avec une seule défaite, Lyon est en grande forme. Enfin, l’année 2017 se refermera au Parc des Princes. Nul besoin de présenter l’adversaire en question, Paris étant l’incontestable patron du football français. La chance de Caen ? Le match sera le dernier avant les vacances. Pas sûr que cela suffise, mais on sait depuis le nul du maintien en mai dernier que tout, absolument tout est possible dans le football.

 

Une malédiction automnale ?

 

Le calendrier s’annonce délicat, donc, et pour ne rien arranger, la légende veut que Caen coule quand la fin de l’année approche. Qu’en est-il vraiment ? La saison dernière, les Caennais avaient pris huit points en novembre et décembre. Un total correct, surtout en comparaison avec ce qui a été réalisé les années précédentes. Il y a deux ans, Caen n’avait ramené que quatre des quinze points de la phase aller dans ces deux mois de l’année. En 2015-2016, l’excellent début de saison s’était prolongé en novembre (deux victoires et un nul) mais avait commencé à s’étioler en décembre (deux nuls et deux défaites). L’année d’avant, Malherbe était au plus fort de la crise sportive à cette période (trois points, soit trois nuls, en deux mois). Le contre-exemple nous est livré par la saison 2007-2008. Il y a dix ans, Caen avait brillé à l’approche de l’hiver : six victoires, un nul et une seule défaite. Un bilan exceptionnel qu’il sera bien difficile de renouveler cette année…

 

 

Avec 18 points au compteur, le Stade Malherbe aborde toutefois sans pression particulière ces deux derniers mois de l’année. C’est ce que retenait Patrice Garande après la victoire étriquée contre Troyes. « Même quand on va traverser des périodes délicates, ce qu’on a déjà acquis nous permettra de rester sereins, de ne pas paniquer. Je voudrais surtout que ça donne envie aux joueurs d’être ambitieux, d’avoir une ambition raisonnable. »

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr