Football. En forme physiquement, Hervé Bazile revit

29 septembre 2017 Ecrit par 

A droite comme à gauche, où il reste plus à l'aise dans son registre de détonateur, Hervé Bazile s'éclate en ce début de saison. Le Franco-Haïtien, qui reste sur deux saisons ternies par les blessures, a mis toutes les chances de son côté pour ne pas se faire rattraper par sa fragilité.

 

« Pour moi, je suis une recrue. » Après une saison ternie, voire  même gâchée, par d’incessants pépins physiques, Hervé Bazile revit en ce début d’exercice ! Passeur décisif à une reprise, à défaut d’avoir trouvé le chemin des filets, l’attaquant caennais ne boude pas son bonheur. « Retrouver les terrains, enchaîner les entraînements, c’est un réel plaisir. Je savoure ces moments. Quand tu regardes les matchs à la télé ou en tribune, ça fait très mal. »

 

La saison dernière, Hervé Bazile n’avait été titularisé qu’à sept reprises en Ligue 1. Son dernier match s’était achevé au bout de neuf minutes contre Lille. Ce 18 février 2017, le Franco-Haïtien avait achevé sa saison sur une sévère blessure aux adducteurs. Une rechute l’avait condamné à prendre son mal en patience. Joueur fragile, ce dont il a conscience, Hervé Bazile a mis toutes les chances de son côté pour limiter les risques. « On a mis en place un travail individuel pour que je puisse perdurer, explique-t-il. Je me sens mieux, plus fort. C’est un travail complet – renforcement, nutrition, etc., ce qui me manquait certainement. »

 

La sélection attendra (encore)

 

En sept journées de championnat, Hervé Bazile compte déjà plus de la moitié des titularisations obtenues la saison dernière. Son corps ne l’a pas totalement épargné, puisqu’il a été contraint de renoncer aux victoires contre Metz et Dijon en raison d’ischios douloureux, mais le gaucher est dans une bonne phase. Le remaniement tactique effectué par Patrice Garande et le départ de Yann Karamoh, qui a libéré une place sur le front offensif, ont permis de concrétiser son retour aux affaires.

 

Cette pente ascendante a connu une autre manifestation ces derniers jours. Le staff haïtien a choisi de convoquer le natif de Créteil, ancien international U17 français, pour un match amical contre le Japon. Hervé Bazile a décliné. « J’ai cette envie de faire des choses pour la sélection, mais il y a des réalités, justifie-t-il. C’est un match très loin, ce qui intègre un décalage horaire important, et amical. Le choix le plus judicieux était de faire abstraction de cette sélection pour me concentrer sur le club. C’est le choix de la raison. J’ai des antécédents lors des deux dernières saisons un peu bancales du fait de mes blessures. Quand mon corps me laisse tranquille, j’arrive à faire de bonnes choses. Ce serait bête de perturber cela. »

 

« On s’éclate tous ensemble »

 

Hervé Bazile ne veut pas prendre le risque de quitter le couloir gauche, qu’il préfère, ou le droit quand Patrice Garande privilégie le recentrage de ses ailiers au profit du débordement de ses latéraux. « C’est un peu une mode de mettre des faux pieds (gauchers à droite et droitiers à gauche, ndlr), reconnaît Hervé Bazile. Dans ce système-là, on arrive à faire de bonnes choses. Pour moi, ça ne change pas tellement du couloir gauche. C’est intéressant de pouvoir rentrer à l’intérieur et d’amener des incertitudes. C’est une variante de plus dans notre jeu. » Très à l’aise des deux pieds, le percutant joueur croque à pleines dents dans ce début de saison réussi. « Les résultats amènent de la confiance et favorisent la bonne ambiance. On s’éclate tous ensemble, sur le terrain comme en-dehors. »

 

 

La bande à Bazile tentera de confirmer ces bons indicateurs ce soir à Rennes, dans un match que le milieu offensif imagine « ouvert ». La force de frappe caennaise sera de nouveau observée, elle qui reste peu prolifique depuis le début de la saison. Avec une frappe cadrée sur six tentatives, en cinq matchs joués, Hervé Bazile n’échappe pas au constat. « On aimerait marquer plus de buts, concède-t-il. C’est un aspect de notre jeu qu’on travaille. Mais une équipe qui se créer des occasions n’est pas malade. »

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr