Football. Septembre, un mois charnière pour Malherbe ?

07 septembre 2017 Ecrit par 

Auteur d’un mois d’août convaincant, bien que débuté par deux défaites, le Stade Malherbe reprendra la compétition ce week-end à d’Ornano. La réception de Dijon lancera un mois de septembre qui pourrait s’avérer de la plus haute importance.

 

 

Septembre serait-il un mois charnière pour le Stade Malherbe ?

En 2014-2015, fraîchement promu en Ligue 1, Caen n’avait obtenu que deux petits points en ce neuvième mois de l’année, après une session aoûtienne au parfait équilibre (deux victoires et deux défaites). Fin-décembre, Caen était dernier et en très grande difficulté.

L’année d’après, celle du parcours remarquable, Malherbe avait remporté trois des quatre matchs disputés dans ce mois de grande rentrée, obtenant un nul en parallèle. En décembre, le peuple rouge et bleu se prenait à rêver d’Europe en observant la Ligue 1 depuis le podium.

Nouveau changement de décor la saison dernière. Après avoir empoché deux succès en août, une constante depuis 2014, les Caennais s’étaient inclinés à trois reprises au long du mois de septembre, sans qu’une seule victoire ne vienne égayer le tableau. Le 21 décembre, après une dixième défaite à Monaco, ils étaient avant-derniers.

 

Quatre prochains adversaires dans le dernier quart du classement

 

Un rapide coup d’œil dans le rétroviseur tend à accorder au mois de septembre un rôle particulier et une vraie répercussion sur la suite des événements. Au regard du calendrier, septembre 2017 apparaît d’autant plus central pour Caen. « C’est un mois important, il ne faut pas se le cacher, reconnaît Patrice Garande. Notre objectif est de gagner un maximum de matchs sur les trois qui arrivent pour se mettre dans une configuration très positive. » L’entraîneur caennais aurait même pu étendre sa réflexion jusqu’au quatrième match, programmé à Rennes.

 

C’est simple : après quatre journées (seulement), les quatre prochains adversaires du Stade Malherbe sont tous positionnés dans le dernier quart du classement. Dijon est quinzième, Nantes seizième, Amiens dix-huitième et Rennes avant-dernier. Caen sort par ailleurs d’une victoire sur la lanterne rouge Metz, seule équipe affichant zéro point à son compteur. C’est dire si la période actuelle ressemble déjà à un petit virage. « On n’a qu’une envie, c’est enchaîner », prévient un Patrice Garande gourmand.

 

Mal classés mais pas largués

 

Dijon, en dépit de sa position instable, semble avoir retrouvé un début de dynamique positive. Les Bourguignons ont beau avoir encaissé cinq fois plus de buts que les Normands cette saison, ils se présenteront samedi à d’Ornano avec un petit surplus de confiance obtenu deux semaines plus tôt contre Montpellier. Après deux lourdes défaites initiales (3-0 à Marseille et 1-4 contre Monaco), le DFCO a redressé la barre. « C’est une équipe très dangereuse sur le plan offensif et qui ne lâche rien. »

 

Nantes a aussi débuté la saison par deux défaites (3-0 à Lille et 0-1 contre Marseille) avant de redresser la barre. Les Canaris de Claudio Ranieri ont battu Troyes (0-1) puis tenu en échec Lyon (0-0). Avec un seul but marqué, ils sont toutefois en souffrance sur le plan offensif. Un problème qu’Amiens a corrigé en un seul match, passant de trois défaites sans but inscrit et avec sept pions encaissés (2-0 à Paris, 0-2 contre Angers, 3-0 à Saint-Étienne) à une victoire éclatante sur Nice (3-0). Finalement, seul Rennes, parmi les équipes que Caen affrontera en septembre, a abordé la trêve internationale sur une défaite. Les Bretons n’ont pris que deux points en août, contre Dijon (2-2) et Troyes (1-1).

 

« S’installer dans la première partie de tableau »

 

Caen a donc un vrai coup à jouer au cours de ce mois qui donne souvent de réelles orientations sur les perspectives possibles. « Au mois de septembre, si on met la même qualité que celle qu’on a mise lors de nos précédents matchs, on peut prétendre prendre des points, estime Damien Da Silva. Ce sera l’objectif. On a envie de se mettre le plus à l’abri le plus vite possible. C’est important de s’installer dans la première partie de tableau, et ça serait bien d’y rester le plus longtemps possible pour se rassurer. » Peu performant la saison dernière contre ses adversaires directs, Caen a montré contre Metz que la donne avait peut-être changé cette saison. Les matchs à venir devront le confirmer. « On est capable, dans le jeu, de dominer nos adversaires directs. On garde beaucoup mieux le ballon. » Mais le Stade Malherbe n’a qu’une envie : que les équipes qu’il s’apprête à affronter ne soient plus, dans quelques semaines, des adversaires trop directs.

 

 

Le calendrier de Caen en septembre :

9 septembre : Caen - Dijon

16 septembre : Nantes - Caen

23 septembre : Caen - Amiens

30 septembre : Rennes - Caen

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr