Football. Des progrès encore insuffisants

13 août 2017 Ecrit par 

En progrès mais pas encore totalement au point, la faute à quelques approximations lourdes de conséquences, le Stade Malherbe s’est de nouveau incliné sur la plus petite des marges, hier soir (0-1). Après ce second revers de rang contre Saint-Étienne, le compteur des Malherbistes reste bloqué à zéro.  

 

 

Un résultat frustrant

 

« Je pense qu'on méritait mieux. » C’est par ces mots que Patrice Garande a ouvert sa conférence de presse d’après-match, hier soir. L’entraîneur caennais a pris soin de ne pas placer les fameuses « bonnes choses » qu’il a coutume de mettre en avant, mais le fond allait bien dans ce sens.

 

« Je suis surtout déçu pour mes joueurs parce que je pense qu'ils ont fait ce qu'il fallait. J’ai vu beaucoup de dynamisme, d'entrain. On a pressé et gêné cette équipe de Saint-Etienne en première mi-temps, en se créant aussi des occasions. Il y avait du rythme. J'ai vu une équipe qui avait beaucoup d'envie, beaucoup de volonté, pas mal de qualité dans le jeu. On a retrouvé sur le terrain un peu de ce qu'on a travaillé depuis le début. Techniquement, il y a eu moins de déchet. »

 

Les Caennais ont très tôt démontré leurs intentions de défendre haut et d’aller chercher l’adversaire jusqu’aux abords de sa surface. Surpris, les Stéphanois se sont fait bousculer, même si ce sont eux qui ont obtenu la plus belle situation de la première période. Rémy Vercoutre a évité par deux fois consécutives l’ouverture du score. Caen a montré cet allant qui lui avait manqué dans l’Hérault, mais pas encore suffisamment de justesse dans le jeu ou la finition pour passer le cap exigé.

 

1C9A3020

 

Des manques fatals au milieu

 

Les Caennais ont été punis sur la seule réelle opportunité stéphanoise en seconde période. Comme à Montpellier, c’est sur une perte de balle dans l’axe du milieu de terrain que Caen a rompu. Durel Avounou, volontaire mais pas encore prêt pour la Ligue 1, s’est emmêlé les pinceaux, Julien Féret n’est pas parvenu à rétablir la situation, et l’ASSE a passé la surmultipliée en contre-attaque. Jaillissant d’un côté gauche déserté par Frédéric Guilbert, lequel était parti apporter le surnombre devant, Romain Hamouma a fait parler sa vitesse et son sang froid devant le but pour tromper Rémy Vercoutre d’un extérieur pied droit.  

À nouveau disposé dans un 4-1-2-3, Caen a souffert une fois de plus au milieu de terrain. Le trio Avounou, Féret et Delaplace est loin d’apporter toute satisfaction. « On manque de poids et d’agressivité, reconnaît Patrice Garande. On a été punis. On perd une première fois un duel, puis un deuxième. Il y a une situation de contre, et le but. » L’unique but de la rencontre est symptomatique des manques caennais au milieu, y compris en terme de qualité technique. Le recrutement d’un joueur est bel et bien une nécessité. « Il nous manque ce qu'on sait depuis le début, un joueur au milieu, d'expérience, à la fois récupérateur et technique. Ça s'est vu aujourd'hui. »

 

1C9A3111

 

Un compteur à débloquer devant

 

« La première victoire est la plus difficile à obtenir », estimait Alexander Djiku avant la réception de Saint-Étienne. Visiblement, le premier but est aussi le plus difficile à marquer. Comme trois autres équipes de Ligue 1, Malherbe n’est pas parvenu à débloquer son compteur "buts" lors des deux premières journées de championnat. La cause ? Très peu d’occasions franches à Montpellier, trop peu de réalisme contre Saint-Étienne. Face aux Verts, les Caennais ont su se montrer légèrement plus dangereux sans toutefois tromper la vigilance de Stéphane Ruffier. « J'ai trouvé que mes attaquants avaient été plutôt performants, retient Patrice Garande. Quand on ne marque pas de but, on peut toujours parler de l'efficacité. C'est ce qui nous a fait défaut. »

 

Sur le plan des performances individuelles, Hervé Bazile a de nouveau été le plus remuant des trois hommes d’attaque. Le Franco-Haïtien réalise une entame de saison très prometteuse. Ronny Rodelin, pour sa part, est encore un ton en-dessous même s’il est « en progrès » (P. Garande) au regard de sa terne prestation montpelliéraine. Ivan Santini, quant à lui, n’a touché que 21 ballons mais s’est fait davantage remarquer qu’au stade de la Mosson. Il a même été tout près de marquer, sa tête échouant sur le poteau. « Je l’ai trouvé bien meilleur qu’à Montpellier, juge son entraîneur. Au niveau de sa qualité technique, de ses contrôles et remises, c'était plutôt réussi. Or dans notre jeu, il sert à ça. C'est un point d'appui. Il a eu des situations devant le but. » Enfin, Christian Kouakou a effectué une bonne rentrée par son activité incessante.

 

1C9A3464

 

Une défense solide malgré tout

 

Deux buts, deux défaites. Un but encaissé est synonyme d’aucun point marqué pour le Stade Malherbe en ce début de saison. Une sanction très lourde au regard des prestations fournies par la ligne de défense et, plus largement, le bloc défensif. S’il fallait trouver une seule satisfaction en ce tout début de saison compliqué, ce serait cette solidité défensive. Caen a rarement été pris à défaut en attaque placée.

 

« Je nous sens plus costauds, les joueurs le sentent aussi, témoigne Patrice Garande. Alex (Djiku) et Damien (Da Silva), c'est costaud, ça va vite, bon dans les duels et pas mal techniquement. Fred (Guilbert) nous apporte beaucoup, Vincent (Bessat) est dans la continuité de la saison dernière même si je le trouve un petit peu en-dedans. Mais la solidité d'une équipe n'est pas simplement due aux quatre défenseurs. Quand vous avancez ensemble sur le porteur, c'est compliqué pour n'importe quel adversaire. »

 

1C9A2999

 

Très souvent en difficulté sur le plan défensif la saison passée, Caen est manifestement mieux armé pour faire front cette année. L’arrivée d’Alexander Djiku est une vraie plus-value. À gauche, où Vincent Bessat sort d’une bonne saison mais peine à rentrer dans la nouvelle, les alternatives existent. Hier soir, Emmanuel Imorou et Adama Mbengue ont rongé leur frein pendant une bonne partie de la deuxième mi-temps, s’échauffant en vain sur le bord du terrain. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr