Malherbe au cœur de sa préparation

17 juillet 2017 Ecrit par 

La préparation bat son plein pour le Stade Malherbe. Au cœur de la pré-saison, puisque trois semaines d’entraînement se sont écoulées et que trois autres restent au programme, la série de matchs amicaux s’accélère et le recrutement se poursuit. On fait le point.

 

 

LE POINT SUR LE RECRUTEMENT

 

À trois semaines du premier match de championnat, le Stade Malherbe n’a pas encore son groupe au complet, mais s’en rapproche petit à petit. Des sept ou huit recrues initialement attendues, quatre ont posé leurs valises à Caen et une attend à la maison son autorisation administrative de les rejoindre en France. Pour l’heure, l’effectif caennais s’est enrichi sur trois fronts.

 

Au but, Brice Samba a des airs de titulaire en puissance à moyen terme (il reste une année de contrat à Rémy Vercoutre), à condition qu’il reprenne le fil prometteur de sa carrière d’avant l’OM. L’ancien grand espoir s’est perdu à Marseille, où il a donné raison à ceux qui pensaient qu’être là-bas la doublure de Steve Mandanda était une erreur stratégique, mais n’a probablement pas égaré très loin tout son talent. Avec un peu d’humilité, il a assurément les capacités de lancer pour de bon sa carrière.

 

En défense, secteur très souvent pointé du doigt la saison dernière (65 buts encaissés, 17ème défense de Ligue 1), Caen n’a pas fini ses emplettes puisqu’un arrière droit est toujours recherché. Les dirigeants malherbistes ont transmis une offre aux Girondins de Bordeaux en début de mercato pour Frédéric Guilbert, prêté six mois de manière très convaincante la saison dernière. « Depuis, plus aucune nouvelle », précise le président bordelais Stéphane Martin dans Sud Ouest. « Pour le moment, je suis 100 % girondin », a écrit pour sa part le joueur sur son compte Twitter.

 

Si aucune piste ne venait à aboutir à droite, où la porte semble barricadée pour Mouhamadou Dabo et plus encore Chaker Alhadur, Alexander Djiku pourrait dépanner. L’ancien bastiais est la dernière recrue en date du Stade Malherbe. Ce défenseur de bientôt 23 ans est un spécialiste de l’axe apprécié pour sa polyvalence. Caen s’est offert ses services pour deux millions d’euros, a priori le transfert le plus onéreux de l’été jusqu’à présent. Le jeune homme, natif de Montpellier et formé à Bastia, où il laisse manifestement une très belle image, a signé pour quatre ans. Dans L’Équipe, il s’est dit attiré par « le projet "Stade Malherbe 2020" » et a admis avoir refusé un salaire quatre fois plus important au club turc de Bursaspor. « Je n'ai pas privilégié cette piste car je suis un amoureux du football. J'ai conscience d'être un privilégié en faisant ce métier. J'aspire à construire ma carrière sur des considérations purement sportives et Caen était la destination idéale pour continuer ma progression. » Un bel état d’esprit. Alexander Djiku s’est engagé comme axial de prime abord.

 

djiku lehavre 1718

Alexander Djiku (photo Léa Quinio)

 

En défense centrale, Caen pourra aussi compter sur un autre petit nouveau : Baïssama Sankoh. Également polyvalent, puisqu’il peut jouer milieu défensif, l’ancien guingampais sort d’une année mitigée (17 matchs en Ligue 1). C’est toutefois celle où il a joué le plus de rencontres avec l’EAG, sa seule saison pleine ayant été réalisée en prêt à Brest il y a deux ans (32 matchs de Ligue 2 en 2015-2016). Barré en Bretagne, le Franco-Guinéen de 25 ans arrivera-t-il à faire sa place en Normandie ? Enfin, le troisième défenseur recruté par le SMC n’a pas encore montré le bout de son nez puisqu’il est bloqué au Sénégal pour des raisons administratives. Adama Mbengue, quatre ans de contrat comme Samba et Djiku, a l’air très prometteur sur le papier. Élu meilleur arrière gauche du Sénégal, où il jouait ces deux dernières années, il a aussi réalisé de bons débuts en sélection nationale. À 23 ans, celui qui a été formé aux États-Unis était semble-t-il très sollicité.

 

L’autre des cinq recrues caennaises du moment est en fait la première à avoir signé. Stef Peeters, milieu offensif plutôt axial, est attendu dans un rôle de distributeur. Il aura été le seul, parmi les nouveaux venus, à faire l’entièreté de la préparation. L’ancien de Genk, en D1 belge, est très attendu. Il l’est d’autant plus que c’est, pour le moment, la seule recrue offensive de l’effectif caennais. Certes, Yann Karamoh n’est pas encore parti, mais il ne fait aucun doute que le secteur doit être renforcé. La saison dernière, Caen n’avait pas non plus brillé offensivement. 36 buts inscrits en 38 matchs, c’est peu. Ivan Santini avait été l’auteur de 15 d’entre eux.

 

karamoh havre 1617

Yann Karamoh en amical la saison dernière.

 

Yann Karamoh est l’autre dossier majeur de l’actualité caennaise. Annoncé sur le départ depuis de longues semaines, il est encore là, et bien là à en croire le communiqué percutant publié par le club avant-hier. « La presse a fait écho ces dernières semaines de différentes rumeurs concernant Yann Karamoh. Pis, il est aujourd'hui fait état, via certains intermédiaires, d'accords de principe entre le joueur et certains clubs. Le Stade Malherbe Caen souhaite donc apporter les précisions suivantes :

-          Yann Karamoh, arrivé au sein du club à l'âge de treize ans, est sous contrat avec le SMC qui souhaite le conserver, comme en témoignent les nombreuses propositions de renouvellement de contrat qui lui ont été faites. 

-          Les manœuvres qui s'opèrent actuellement autour du joueur sont strictement interdites et sanctionnées par le règlement de la FIFA du statut et du transfert des joueurs (article 18, alinéas 1 et 3).

En conséquence, et en dépit de l'agitation de certains acteurs dans ce dossier, nous prendrons les mesures qui s'imposent contre toute personne ou institution qui manquerait à ce règlement. »

 

Manifestement, les dirigeants caennais ont décidé de durcir le jeu…

 

LE POINT SUR LA PRÉPARATION

 

Comme chaque année, 14 juillet est synonyme de Trophée des Normands pour Caennais et Havrais. Et comme presque chaque année, celui qui s’est déroulé il y a trois jours a tourné en faveur des Rouges et Bleus, vêtus d’orange pour l’occasion (on vous laissera juger de l’esthétique de cette tenue extérieure !). Caen, rapidement mené, ne s’est imposé que lors de la séance des tirs au but (4-3). Durant le temps réglementaire, les Caennais n’avaient pu qu’égaliser sur un joli but d’Hervé Bazile, bien servi par Ronny Rodelin. Après une saison 2016-2017 gâchée par les blessures, Hervé Bazile se motnre à son avantage en ce début de préparation. Prometteur. Pour le reste, avec une équipe par mi-temps, Caen n’a pas franchement impressionné. « C'était un match moyen de notre part même si cela restait cohérent, a confié Patrice Garande dans des propos repris sur smcaen.fr. J'attendais mieux, et notamment au niveau du pressing. Mais on n'avait plus les jambes et c’est plutôt normal après plusieurs jours de stage intensifs. »

 

peeters lehabre 1718

Stef Peeters (photo léa Quinio)

 

Ce match face au Havre marquait la fin d’un stage de quasiment deux semaines à Arzon, sur la presqu’île de Rhuys. Un stage au travail athlétique, bien sûr, mais aussi, voire surtout, tactique. Désireux de consolider d’ores et déjà son édifice défensif, Patrice Garande a insisté sur ce sujet dès le début de la préparation. Nul doute que les matchs à venir seront particulièrement scrutés dans ce domaine. Mercredi soir (18h30), Caen affrontera Lorient, relégué en Ligue 2, à Saint-Lô. Samedi, c’est Rennes qui se présentera face aux Malherbistes à Vire. Les Caennais commencent à entrer dans le vif du sujet à moins de trois semaines de leur premier match de championnat, samedi 6 août à Montpellier. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr