Football – N3. St Lô en danger, Oissel à l’affût…

24 novembre 2017 Ecrit par  Bernard Guyonnet
Thomas Vauvy (St-Lô)

Que nous réserve cette nouvelle journée de National 3 ? Cette question, on se la pose chaque week-end avec toujours la même appréhension… l’appréhension du chroniqueur qui sait que ses propos du vendredi risquent d’être bafoués le week-end quand tomberont les résultats des rencontres. Dans ce championnat un peu loufoque où les prétendus favoris  se cachent dans l’anonymat du classement pendant qu’une formation issue de DH mène la danse, pas facile en effet, de prévoir… l’imprévisible.

 

 

Dieppe / St Lô

Voilà sans contestation possible l’affiche de la journée. Entre le FC Dieppe aux ambitions d’accession jamais démenties et le FC St Lô qui, tel Richard Virenque fait dorénavant partie des favoris à l’insu de son plein gré, la partie risque d’être chaude et peut-être déterminante pour la suite du championnat. A vrai dire, ce sont les locaux qui courent le plus grand risque. Une défaite signifierait pratiquement la fin des  espoirs de revoir le N2 en fin de saison. Seule une victoire serait bénéfique pour les joueurs de Jean-Guy Wallemme qui verraient alors fondre leur retard sur les Manchois. Une victoire redonnerait également une nouvelle dynamique à leur campagne 2017/2018 plutôt chaotique à ce jour. Voilà pour les perspectives du côté des « Harengs », mais est-ce de nature à troubler  la sérénité des Saint-Lois ? Même si  le stade Jean Dasnias représente sans doute le plus dangereux écueil depuis l’ouverture du championnat pour l’équipage manchois, cela ne semble pas de nature à altérer sa confiance. La troupe de Nicolas Fautrat aimerait bien perpétuer son invincibilité encore quelque temps et pour cela, elle comptera à nouveau sur la solidité de son bloc défensif. Dieppe-St Lô, à coup sûr un grand match et peut-être un tournant dans la compétition.

 

L’avis d’Arnaud Hédouin :

« Celui-là vaudra son pesant de cacahuètes (qui est plus, à l’heure de l’apéro !). Dieppe ronronne, déçoit même. Incapables d’enchaîner deux succès (une seule fois en 9 journées). le bilan comptable est en deçà de ce qu’on pouvait attendre des  hommes de Wallemme. Face à des Manchots qui marchent sur l’eau et qui jouent surtout très bien au football sur l’herbe (c’est quand même plus important !), avec de loin la meilleure défense du championnat (3 petits buts encaissés), les maritimes ne partiront pas avec les faveurs des pronostics. De là à les voir rendre les armes. Je prends l’option sécurité : match nul. »

 

 

Oissel / Rouen

Petit à petit, Oissel fait son nid… Auteurs de cinq victoires consécutives, les hommes de Romain Djoubri ont trouvé la bonne carburation et se sont retrouvés projetés à la deuxième place du classement. En cas de victoire contre le grand voisin rouennais, c’est même le fauteuil de leader qu’occuperont les Osseliens. Peut-être pour quelques heures et le temps que s’achève la rencontre Dieppe-St Lô (décalage des deux matches) mais ce serait une belle récompense pour un club à qui beaucoup promettaient un maintien compliqué. Les Rouennais, coincés entre l’envie de réaliser un parcours retentissant en coupe et l’envie de rester dans le coup pour jouer la montée, savent qu’ils seront attendus de pied ferme à Marcel Billard. Ce derby, c’est un peu le défi de David contre Goliath quand on compare les villes et que l’on plonge dans l’historique des deux clubs. Mais samedi à Oissel, pas sûr que ce soient les Rouennais qui aient envie d’endosser la tenue de Goliath…  

 

L’avis d’Arnaud Hédouin :

« Une chose est sûre, le voyage retour du vaincu ne sera pas bien long pour ruminer la défaite. Un derby qui peut voir les cartes se redistribuer en haut de tableau si l’on prend en compte le match en retard  des Rouennais contre Evreux. Des Diables peu habitués depuis cet été à cracher le feu et plutôt enclins à proposer une courbe de performance à géométrie variable. Tout l’inverse de leur voisin et hôte du week-end, lancé à fond les ballons sur une série de 5 succès de rang. Avantage à la forme du moment, conjuguée à celui du terrain. »

 

 

Quevilly R.M. / Gonfreville

Gonfreville reste sur deux succès de rang tandis que Quevilly sort d’un non-match à Pacy logiquement perdu. Est-ce à dire que les Gonfrevillais vont réussir la passe de trois et renvoyer les Quevillais à leurs études ? C’est aller un peu vite en besogne et faire peu de cas des capacités de réaction de QRM. A domicile les hommes d’André Auzoux sont souvent intraitables (une seule défaite contre Mondeville). Dernièrement, Rouen, pourtant venu avec beaucoup d’atouts et soutenu par une bruyante cohorte de supporters a dû s’avouer vaincu. Dans le sillage de Jérémy Balmy, un des tous meilleurs meneurs de N3, les Gonfrevillais ont toutefois quelques arguments à faire valoir et notamment un mental à toute épreuve. On l’a constaté par exemple à Dives où menés 2-0 ils ont renversé la situation malgré une infériorité numérique dès la mi-temps. Les Gonfrevillais présentent la particularité d’être la seule formation parmi les huit premiers du classement à afficher un goal average négatif. La faute à une défense pas toujours rigoureuse… les Quevillais le savent. Mais en profiteront-ils ?

 

L’avis d’Arnaud Hédoin :

« L’état de santé quevillais n’a vraiment rien d’inquiétant, la défaite à Pacy, un peu plus. Pas évident de lancer les paris tête baissée avec cette équipe qui souffle le chaud et le froid. Gonfreville, hors de ses bases, un coup ça passe, un coup ça casse. Bien malin celui qui présenter des certitudes sur cette rencontre. 1-N-2 ? Il faut bien se mouiller… Allez, les banlieusards havrais pour confirmer le succès face à Dieppe et faire la passe de trois. »

 

 

Evreux / Pacy Menilles

Les deux villes ne sont séparées que d’une petite vingtaine de kilomètres et les deux clubs sont les seuls représentants de l’Eure à ce niveau. C’est donc un vrai derby qui nous est offert ce week-end, un derby en championnat qui avait presque disparu de nos mémoires. Après leur mémorable exploit contre les pros du Havre réussi dans le stade de… Ménilles, gentiment prêté au club ébroïcien, les hommes de Dramane Dillain ont été contraints au repos lors de la dernière journée. Ce premier week-end de (semi) repos depuis la reprise en Juillet aura-t-il coupé leur élan ou au contraire régénéré les organismes ? Les joueurs de Pacy espèrent secrètement que leurs adversaires soient plus préoccupés  par le prochain tour de coupe contre les pros de Valenciennes. C’est de bonne guerre… Comme le léger frémissement ressenti dans les rangs pacéens lors de leurs matchs contre Dives et Dieppe s’est transformé en un bel aboutissement lors de la défaite infligée au leader quevillais, l’optimisme plane à nouveau au dessus de Manuel Huet et de ses hommes. On attend donc une rencontre disputée, logique pour un derby, mais également plus serrée que le classement respectif des deux équipes ne pourrait le laisser croire. 

 

L’avis d’Arnaud Hédouin :

«  Les habitués des mains courantes de N3 s’accordent pour voir Evreux à même de damer le pion à une majorité de la concurrence. Et c’est ce qu’ils ne se gênent pas pour faire depuis le début de l’exercice, en championnat comme en coupe (un Havrais averti en vaut deux… normalement !). Si Pacy a eu la bonne idée de renvoyer QRM à ses études et éviter une dégringolade malencontreuse, il serait de bon ton de ne pas rentrer bredouille de chez le voisin. Est-ce que Evreux saura récompenser les hommes de Manu Huet pour leur hospitalité en Coupe de France ? Peu de chance. Le haut du panier est en ligne de mire pour les hommes de Dillain. Difficile de les voir mordre la poussière deux fois de suite à la maison. Et que je sache, Bazire n’a pas été transféré à Pacy. »

 

 

SM Caen / Mondeville

Le Stade Malherbe traverse une passe difficile. Quand Greg Proment, son coach, se félicite du point arraché contre la modeste équipe d’Avranches, on se dit que vraiment, le foot marche sur la tête. Après coup, on mesure également le désarroi dans lequel baignaient les rouges et bleus après trois échecs consécutifs. Trop de carences aussi bien individuelles que collectives nuisent au rendement de l’équipe. La fluidité dans le jeu si admirable contre QRM (5-0) a disparu et la confiance avec. Certes, la série noire a été stoppée contre Avranches et c’est bon pour le moral des troupes. Néanmoins, au vu de la prestation caennaise, difficile d’échafauder des plans sur la comète. L’équipe ne va pas chasser ses démons d’un claquement de doigt et a besoin d’une bonne thérapie… Dans ce sens, la venue dimanche à Venoix du voisin mondevillais, en tant que grosse équipe de N3 et dans le contexte d’un derby, peut redonner motivation et allant aux Malherbistes.  Du côté des Ouvriers, ils sont quelques uns à attendre ce rendez-vous avec délectation. Benjamin Morel, Thomas Bosmel, Medhi Lecreux, Maxime Roynel, entre autres, qui ont brillé autrefois sous les couleurs malherbistes voudront montrer à la nouvelle génération qu’ils ne sont pas devenus des  « has been ». Stade Malherbe-Mondeville, sans doute encore un match très ouvert… à ne pas rater !

 

L’avis d’Arnaud Hédouin :

« 3 défaites, 1  match nul (même si satisfaisant pour certains) plus que tiré par les cheveux, le bilan caennais sur les 4 dernières rencontres est médiocre, tout comme la copie rendue par les hommes de Proment face à la réserve avranchinaise. Bien loin des objectifs de début de saison. Place à un savoureux derby pour relancer la mécanique. Les arguments de la bande à Rouillon sont tels que la mauvaise série malherbiste pourrait bien se prolonger. On y va pour un succès mondevillais. »

 

 

Alençon / Bayeux

Cette rencontre entre Bas-Normands, c’est un peu une dédicace à Vincent Laigneau qui a œuvré pendant cinq saisons de 2002 à 2007 à la tête du BFC. Samedi il retrouvera dans le camp adverse deux anciens « grognards » de son époque, Jérémy Bazire et Yannick Leclerc qui ne seront pas les derniers à tenter de lui jouer un tour de cochon. Pour nourrir ces desseins et ramener quelque chose de Jacques Fould, les Bayeusains devront s’inspirer de leur dernière sortie à Evreux plein d’hardiesse et de détermination plutôt que de leur dernière production intermittente  face à Oissel. Sinon, gare à cette équipe de l’US Alençon qui reverdit avec l’automne et qui a trouvé, semble-t-il, la bonne carburation. Avec deux victoires dont l’une très nette contre Malherbe et un nul à Mondeville, les Ornais ont obtenu des derniers résultats significatifs de leur renouveau. La situation des deux clubs  au classement demeure précaire mais deviendrait carrément alarmante pour l’éventuel perdant de ce face à face. Leur dernière confrontation à ce niveau (en CFA2, Avril 2006) s’était soldée par un partage des points (0-0). L’histoire se répètera-t-elle ?

 

L’avis d’Arnaud Hédoin :

«  Bayeux sait voyager (nul à Dieppe, victoire à Evreux) mais sait aussi ouvrir les vannes comme à St Lô ou Pacy. Avant-dernière défense du groupe devant Dives-Cabourg malgré le Bazire que l’on connait (les Ebroïciens aussi ont appris à le connaître !), il faudra cette fois faire face aux Khadrejnane, Tessier, El Hamdaoui et consorts. Pas aisé avant-coup, les hommes de Laigneau ayant trouvé une bonne dose de confiance ces dernières semaines. A voté… Alençon ! »

 

 

Avranches / Dives-Cabourg

Derrière cette troisième confrontation entre Bas-Normands, c’est bien le maintien qui apparaitra en filigrane. Comment peut-il en être autrement quand le dernier du classement affronte l’avant-dernier ? Longtemps distancés dans le bas de tableau, les jeunes joueurs de Christophe Duboscq ont opéré un joli redressement mais ils restent néanmoins en mauvaise posture sur un siège éjectable vers la R1. La situation de Dives-Cabourg est encore moins enviable car les hommes de Philippe Clément sont toujours à la recherche d’une première victoire. Et quoiqu’il arrive samedi sur la pelouse de Fenouillère, ils resteront scotchés à la dernière place à l’issue de la rencontre mais un succès leur entrouvrirait une petite fenêtre vers des perspectives plus réjouissantes. L’horizon ne serait pas dégagé pour autant mais l’espoir pourrait renaitre et chasser l’angoisse et les traumatismes nés d’un début de saison calamiteux. Quelle composition d’équipe alignera Christophe Duboscq ? Aura-t-il à sa disposition des gars motivés comme lors des derniers matches ou devra-t-il subir la présence de « boulets » venus de la A et peu concernés par le devenir de la B ? Poser la question, c’est forcément apporter un début de réponse. Un souhait pour finir : que l’enjeu de cette partie ne tue pas le jeu… 

 

L’avis d’Arnaud Hédouin :

« Que l’éminent chanteur Thierry Hazard (rien à voir avec le feu follet belge !) soit né en terre divaise, rien de moins sûr. Qu’il ait chanté « les temps sont durs » sonne comme une certitude (date de sortie 1990 !). De là à se projeter 27 ans plus tard, chapeau l’artiste ! Les hommes de Philippe Clément s’en seraient bien passés, tout comme de l’enchaînement de contre-performances depuis 9 matches. Reste à inverser la tendance chez son ami Christophe Duboscq qui aimerait bien récupérer les deux points bêtement abandonnés à Venoix samedi dernier. Un Divais averti en vaut deux. Si un petit point ramené du Sud Manche ne fera pas beaucoup avancer le schmilblic, il pourra toujours servir à nettoyer la pente savonneuse. »

 

 

Le programme de la 10ème journée

 

Samedi 25 Novembre

14h30   Oissel / Rouen

18h00   Dieppe / St Lô

18h00   Quevilly R.M. / Gonfreville

18h00   Evreux / Pacy Menilles

18h00   Alençon / Bayeux

18h00   Avranches / Dives-Cabourg

Dimanche 26 Novembre

14h30   SM Caen / Mondeville

 

 

 

Le classement

 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr