Thomas Vauvy (FC St-Lô) : « J’ai encore les crocs »

19 septembre 2017 Ecrit par  Bernard Guyonnet

Thomas Vauvy est un pur manchois né un 11 Septembre (on ne dira pas l’année) à Coutances, ville dans laquelle il effectua ses premiers pas de footballeur. À l’aube de ses 18 ans, il signe au FC St-Lô où pendant quatre saisons, il va faire des ravages dans les défenses adverses.

 

Il attire l’attention de Laval en National puis après deux saisons dans la Mayenne, rejoint le club de Beauvais également en National. Mais après une saison dans l’Oise, l’air pur des pâturages normands lui manque et il signe à l’AS Cherbourg. Dans le Cotentin, il ne demeure qu’une saison car à la surprise générale il émigre vers le sud du département chez le grand rival, l’US Avranches. Deux saisons plus tard, c’est à Vannes qu’on le retrouve pour une année-galère ponctuée par un dépôt de bilan. Il rebondit ensuite à Granville qu’il quitte au bout de deux saisons et une aventure mémorable en coupe de France. Depuis 2016/2017 il est revenu à ses premiers amours  du côté de Villemer où il fait profiter à ses jeunes équipiers, de son talent et de sa joie de vivre tout en conservant son côté un peu « déjanté ».

 

B.G. : Depuis le début de saison on attendait (surtout tes fans) ton premier but et là tu en mets 3 dans un seul match…Est-ce le réveil du buteur ?

T.V. : Une blessure lors du premier match à Alençon où je suis sorti après 20 minutes de jeu m’a handicapé. J’ai la chance d’avoir bénéficié d’un staff médical  efficace et là je reviens progressivement à 100% de mes moyens.

 

B.G. : N’est-ce pas plutôt le brassard qui t’a donné des ailes ?               

T.V. : Non c’est dans la lignée de la préparation. Il fallait juste être patient après ce contre coup.  

 

B.G. : Capitaine c’est nouveau … Thomas Vauvy serait-il devenu un mec sage et exemplaire ?                

T.V. : Je ne crois pas mais le brassard c’est exceptionnel car je n’ai fait que suppléer William (Coulibaly) qui était suspendu. Et je dois dire que ce fut une surprise  du chef car Nico (Nicolas Fautrat) ne m’en avait pas parlé

 

B.G. : Parle- nous de cette équipe de St-Lô qui surprend tout le monde…sauf toi peut-être ?

T.V. : Dans mon esprit c’est clair mais je ne vais pas en dire trop…              

 

B.G. : Mais là tu n’as rien dit…

T.V. : Disons que nous sommes dans une bonne dynamique de groupe. Le staff a recruté intelligent : Yanis (Fleury) a planté la moitié des buts de l’équipe, Kael (Montout) est au-dessus du niveau et Flo (Depraute) en plus d’être un bon joueur possède un cœur gros comme ça…

 

B.G. : Dans ton plan de vol, avais-tu imaginé finir ta carrière dans le club qui t’avais révélé ?

T.V. : C’était dans un petit coin de ma tête mais ça ne suffisait pas. La nomination de Nico (Nicolas Fautrat) au poste de coach a été déterminante et notre envie de faire des choses ensemble fait qu’aujourd’hui on continue à avancer fiers de porter nos couleurs…

 

B.G. : Au fait, la retraite, tu n’en parles pas…

T.V. : Je ne sais pas. C’est souvent la tête qui est fatiguée avant les jambes…Pour l’instant j’ai encore les crocs et j’ai la chance de garder le sourire. Quand il n’y aura plus le plaisir, ça signifiera qu’il faut raccrocher les crampons.

 

B.G. : Dans tout ton périple à travers tes différents clubs, tu as croisé pas mal d’entraineurs. Avec lequel tu te sentais le plus en phase ?              

T.V. : Je ne vais pas tous les citer car chacun à sa façon m’a apporté quelque chose Mais Philippe Hinschberger, le coach actuel de Metz en Ligue 1 m’a vraiment marqué. Sa franchise, son honnêteté son efficacité étaient remarquables. J’ai toujours en tête sa citation préférée : « Quand on a du cœur, on a du cul ». 

 

B.G. : Avec d’autres coaches (on ne citera pas de noms) les relations ont été parfois conflictuelles. Serais-tu un garçon difficile à gérer ou carrément un insoumis ?

T.V. : C’est vrai que j’ai toujours eu du mal avec la hiérarchie. Mon papa peut te le confirmer car j’ai commencé de bonne heure.

 

B.G. Tu es sans doute le seul footballeur Manchois à avoir porté les couleurs des 4 plus grands clubs du département, St-Lô, Cherbourg, Avranches et Granville… C’est beau ?

T.V. : Oui avec du recul je me dis que c’est beau mais y a un p’tit bémol pour Avranches. C’est le seul des 4 clubs avec lequel je ne suis pas monté !!!

 

B.G. : C’est vrai, ils ont attendu que tu partes pour monter…

T.V. : Richard (Déziré) a fait un travail extraordinaire…après mon départ.

 

B.G. : Tu veux dire que ce n’était pas possible de travailler avec toi ou tu fais de l’humour ?

T.V. : Non je suis sérieux, c’est la réalité. C’était vraiment tendu entre nous lors de sa première saison et pourtant je lui trouve beaucoup de qualités et il est évident qu’il va remettre ça avec  Le Mans.

 

B.G. : Tu veux dire une nouvelle montée avec Le Mans ?

T.V. : Oui, d’ailleurs j’ai une anecdote à son sujet : Il citait souvent Coluche : « on n’est pas responsable de la tête qu’on a mais on est responsable de la tête que l’on fait » ça me faisait sourire mais je faisais quand même la gueule un jour sur deux.

 

B.G. : Pour conclure, dis-moi ce que tu attends de cette saison qui est quand même ta 15ème depuis ta première signature à St-Lô… 

T.V. : Je n’attends rien du tout, c’est plus facile d’aller se servir… (rires)

 

 

Thomas Vauvy vu par…

 

Olivier Joba, son 1er entraineur à St-Lô 2003/2007)

« J’ai plein d’anecdotes au sujet de Thomas. Il a toujours été un garçon imprévisible. Quand il est arrivé au club, il habitait la campagne et élevait des génisses qu’il revendait. C’était une occupation incongrue n’est-ce pas ? Je peux parler aussi de sa phobie des avions. C’était notre Berkamp à nous. Quand on a joué en Coupe de France à Montpellier, il a fallu qu’un dirigeant prenne sa voiture pour le descendre dans le sud !!! Le joueur ? Un rouleau compresseur toujours en ébullition… »

 

Baptiste Guyonnet, équipier à Avranches puis à Granville

 

« Ah Thomas !!! Un mec avec de vraies valeurs, parfois compliqué à suivre surtout pour les gens qui le connaissent peu…Mais un mec profondément gentil et bienveillant, quelqu’un de vrai !!! »

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr