Football. Quevilly qui rit, Avranches qui pleure…

28 août 2017 Ecrit par  Bernard Guyonnet
Rouen a lancé sa saison avec une première victoire contre Avranches.

Dans notre présentation de cette deuxième journée, nous avions prédit qu’une nouvelle victoire pour les quatre équipes de tête était peu probable. Mais nous étions loin d’envisager que trois d’entre elles chuteraient ce week-end. C’est donc Quevilly R.M., seul rescapé du week-end après l’hécatombe subie au sein du groupe des co-leaders, qui se retrouve seul à la première place.

 

 

Avec l’accession de son équipe A dans le monde professionnel de la Ligue 2 et après une saison où le maintien à ce niveau n’a été arraché qu’à la dernière journée, QRM est parti idéalement et va vivre  à coup sûr, une saison moins stressante. Une preuve du potentiel de cette formation et de la richesse de son effectif : 5 joueurs seulement du match initial contre Avranches étaient alignés contre Evreux. En plus d’avoir bénéficié d’un calendrier favorable avec deux rencontres à domicile pour entamer la saison, la réussite et le scénario des matches tournent pour l’heure à l’avantage des hommes d’André Auzoux . Ce n’est pas Dramane Dillain, le coach Ebroïcien qui nous démentira, lui qui a cru plusieurs fois,  alors que le score était nul, que la balance allait pencher de son côté. Hélas comme bien souvent, les occasions manquées ne se rattrapent pas et c’est son équipe qui s’est fait crucifier dans le money time.

 

Derrière Quevilly RM qui trône dans son fauteuil de leader avec 6 points,  c’est maintenant un duo imprévu pour ne pas dire improbable qui mène la poursuite. Dieppe et St-Lô tombeurs à domicile d’adversaires redoutables, positivent ainsi leur nul méritoire de la première journée. Dans une rencontre haute en couleurs et spectaculaire à souhait, les joueurs de Jean Guy Wallemme sont finalement venus à bout d’une formation d’Oissel qui n’est pas passée loin du partage des points. La troupe de Romain Djouri produit du jeu mais n’a pas encore trouvé la juste récompense de son implication. Patience ! Quant aux harengs, ils ont justifié leurs légitimes ambitions de viser  le haut du classement.

 

Scénario complètement différent à Villemer, où les locaux ont surtout bien défendu avec un esprit de corps et une solidarité remarquables. Le SM Caen a eu la possession, a eu les situations chaudes mais à l’arrivée, une seule occasion avant la mi-temps a suffi pour que Yannis Fleury, jeune transfuge de Cherbourg, donne la victoire aux siens. Greg Proment, qui était un gagneur invétéré dés qu’il pénétrait sur un terrain, ne cachait pas son irritation face à une certaine forme de désinvolture et de suffisance. On verra Vendredi à Dives, si les jeunes Malherbistes ont retenu la leçon…

 

Si la défaite de Malherbe provoque de l’énervement, ce n’est pas tout à fait le sentiment partagé par joueurs et staff de Mondeville après leurs déboires à Gonfreville. En l’occurrence on parlerait plutôt de déception et de frustration car aux yeux de tous les spectateurs présents, les banlieusards caennais ont produit une belle prestation. Là aussi, le déroulement de la partie n’a pas été favorable avec un but encaissé très vite puis un second juste avant la pause alors que globalement les partenaires de Benjamin Morel avaient maitrisé le jeu. Malgré un nouveau fait de jeu contraire avec l’expulsion d’Ould Jawar, les « ouvriers » étaient revenus dans la partie (2-2). Mais la soif de victoire des locaux allait être plus forte et Gonfreville scorait à deux reprises dans les ultimes minutes.

 

A Pacy où Bayeux se déplaçait en leader, même score pour les locaux (4-2).  Mais étrangement, les 6 buts ont été inscrits en première période et n’ont pas fait de petits après la pause. Bayeux a montré une facette de son jeu défensif, un peu trop laxiste et à ce niveau, cela ne pardonne pas. En l’absence de Christophe Vingtrois, Thierry Moreau s’est chargé de le rappeler vertement à ses troupes.  Pacy Ménilles, auteur d’une première sortie convenable à Mondeville, a montré qu’à domicile, sa détermination et son enthousiasme constituaient encore de solides arguments pour bien vivre dans ce National 3.

 

Attendu avec beaucoup d’attention mais avec  aussi  un peu d’anxiété et quelques interrogations sur le véritable degré de forme des deux équipes, le classico Dives-Alençon, rassurez-vous,  n’a pas, tel un haut sommet, accouché d’une souris. Bien au contraire, la rencontre qui ne fut certes pas d’un niveau technique exceptionnel a été riche en émotion, car riche en faits de jeu. Les deux équipes pouvaient gagner mais  pouvaient perdre et donc le match nul apparait comme un résultat équitable. Pour Philippe Clément, le constat est simple, l’équipe est en retard par rapport à sa devancière. Quant à Vincent Laigneau, il admet volontiers que sortir indemne d’Heurtematte n’est pas une mince affaire et que dans ces conditions, le point du nul est un moindre mal. A noter que les deux équipes ont également fait jeu égal au nombre des cartons rouges puisqu’elles ont fini la rencontre à 10.

D’ailleurs, en règle générale cette journée a été marquée par une recrudescence des expulsions (4) et des pénalties (11). Est-ce un signe de nervosité des acteurs de jeu, ou un signe d’autoritarisme du corps arbitral, l’avenir nous le dira…

 

La dernière rencontre de la journée n’a pas permis à Avranches de sortir la tête de l’eau. Bien au contraire, la défaite sans appel concédée à face à Rouen est de celles qui interpellent et inquiètent quelque peu… comme cette propension à prendre des buts dans les dernières minutes : deux à Quevilly dans le dernier quart d’heure et trois dans les 20 dernières minutes contre Rouen. «Travailler, travailler, il y aura forcément la récompense au bout » c’est sans doute le credo de Christophe Duboscq. En attendant, il serait bon d’engranger quelques points sans trop tarder… Pour leur part, les Rouennais n’ont pas ce souci car après leur défaite surprise du premier jour, ils ont montré à Fenouillère l’étendue de leur potentiel technique et de leur impact physique. Le FCR a démarré ce championnat en mode diesel, le poursuivra t’il en mode formule 1 ? A suivre ! En tout cas, les hommes de Manuel Abreu peuvent compter sur leur cohorte de supporters… la plus chaude et la plus fidèle du groupe J.

 

Les résultats :

 

Dives- Cabourg / Alençon… 1-1 (Mt : 0-0)

Buts : Dives : Hardoin (51è sp); Alençon: Tessier (61è)

 

St-Lô / SM Caen … 1-0 (MT: 1-0)

But: Fleury (41è)

 

Dieppe / Oissel… 4-2 (MT: 1-0)

Buts: Dieppe: Branger (23è sp), Salvador (61è, 64è), Pallier (88è); Oissel: Sene (60è), Odumosu (90è)

 

Pacy- Menilles / Bayeux… 4-2 (MT : 4-2)

Buts : Pacy : Sihel (18è), Awolaja (23è), Yandza (28è et 45è) ; Bayeux : Zami (26è), Million (39è sp)

 

Quevilly RM / Evreux… 3-2 (MT : 2-1)

Buts : Quevilly : Caddy (16è sp), Boujedra (38è), Basque (82è sp) ; Evreux : Vincent (44è sp et 64è sp)

 

Gonfreville / Mondeville… 4-2 (MT : 2-0)

Buts : Gonfreville : Chabbi (10è et 45è), Annab (87è sp), Bourey (92è) ; Mondeville : Gaudiche (60è sp), Roynel (65è sp)

 

Avranches / Rouen… 0-3 (MT : 0-0)

Buts: Mendy (68è), Ouadah (71è), Gibon (90è)

 

 

Le classement :

 

n3 j2 1718

 

Statistiques:

 Avec 29 buts, cette deuxième journée a été particulièrement prolifique. Sur ces 29 buts, notons que 22 ont été l’œuvre des clubs hauts Normands. Le score du jour : 4-2 réalisé sur 3 terrains, Dieppe, Gonfreville et Pacy. Autre chiffre record, plus du tiers, 10 exactement ont été inscrits sur pénalty. Dans ce domaine la palme revient à la rencontre QRM- Evreux avec 4 pénalties.

Au classement des buteurs, Millon grâce à son pénalty réussi en fin de match à Pacy, conserve la tête des buteurs mais Yandza, Vincent, Salvador et Chabbi, auteurs d’un doublé se rapprochent.

Au niveau des attaques, Quevilly, avec 7 buteurs différents conserve la 1ère place tandis que St Lô demeure l’unique équipe avec aucun but encaissé.

 

Buteurs :

3 buts : Millon (Bayeux)

2 buts : Gaudiche (Mondeville) ; Salvador (Dieppe) ; Chabbi (Gonfreville) ; Sene (Oissel) ; Vincent (Evreux) ; Yandza (Pacy)

1 but : Tessier (Alençon) ; Larriere (Avranches) ; Zami (Bayeux) ; Nkololo et Maes (SM Caen);Plisson, Branger, Pallier (Dieppe) ; Prevost, khoualed, Hardoin (Dives) ; Petitjean (Evreux); Annab, Bourey (Gonfreviile) ; Suzanne, Roynel

Mondeville) ; Ouadah, Odumosu (Oissel) ; Sihel, Awolaja (Pacy), Irié Bi, Loppy, Berrezkami, Gomis, Caddy, Boujedra Basque (QRM) ; Sidibé, Mendy, Ouadah, Gibon (Rouen)/ Fleury (St Lô).

 

Attaques :

QRM (7 buts) ; Dieppe (5 buts), Rouen, Gonfreville, Mondeville, Pacy, Bayeux, Oissel (4 buts)…

 

Défenses :

St Lô (0 but), Alençon, SM Caen (1 but), Rouen (2 buts), Dives, QRM, Dieppe (3 buts)…

 

Réactions :

 

Philippe Clément (entraineur  SU Dives-Cabourg) :

« Du mieux par rapport à notre match à Oissel, mieux structurés et plus déterminés mais encore beaucoup de déchets dans les transmissions ; nous faisons actuellement le dos rond en attendant des jours meilleurs… et peut-être dès vendredi pour le match de gala contre le Stade Malherbe que nous recevons à 20h30.»

 

Vincent Laigneau (entraineur US Alençon) :

« Match toujours difficile à Dives. Une première mi-temps pas dans nos principes de jeu avec trop de ballons directs et du retard dans le pressing. Une deuxième période plus dans notre projet de jeu. L’équipe a su rester debout après le 1-0 et Louis Deschateaux a effectué un arrêt décisif sur le deuxième pénalty. Ensuite après l’égalisation, nous aurions dû gagner ce match sur deux occasions franches et des situations trop précipitées. Bravo à notre bloc défensif qui a su supporter la bonne pression divaise. »

 

Nicolas Fautrat (entraineur FC St-Lô) :

«  C’est une grande satisfaction tant l’implication de mes joueurs a été totale. Nous n’avons pas eu beaucoup d’occasions mais nous avons été solidaires et efficaces. »

 

Grégory Proment (entraineur SM Caen) :

« On a une grosse occasion facile à mettre au fond dés la 1ère minute et on arrive quand même à la mettre à côté. On a ensuite quelques situations que l’on rate également. On veut faire du compliqué au lieu du simple. Conséquence : on perd un ballon et derrière, on défend à 20 mètres les uns des autres ce qui permet à St-Lô de marquer. Ensuite, menant au score, St-Lô a fait le nécessaire pour garder le score. »

 

André Auzoux (entraineur US Quevilly R.M.) :

« On est allé chercher une deuxième victoire en fin de match face à une valeureuse équipe d’Evreux qui est revenue au score après avoir été menée 2-0. Ce nouveau succès nous permet d’engranger de la confiance pour la suite du championnat. »

 

Dramane Dillain (entraineur Evreux FC 27) :

« On est tous déçus car contre 11 joueurs du groupe Ligue 2, on est revenu de l’enfer, étant menés 2-0 après 30 minutes de jeu. En deuxième période, nous avons eu une bonne maitrise et après notre égalisation, nous avons plusieurs balles de 3-2. On craque sur un détail. Nous sommes trop naïfs pour prendre le match… C’est la seule chose que je peux reprocher à mes joueurs. »

 

Manu Huet (entraineur RC Pacy Menilles) :

« Une entame de match plutôt à l’avantage de Bayeux durant 15 minutes. Puis les Pacéens ont pris la mesure. Un match finalement assez maitrisé dans l’ensemble. Dommage de prendre deux buts sur deux grosses erreurs d’arbitrage. Il nous manque encore la capacité à gérer nos temps faibles du match. »

 

Thierry Moreau (co-entraineur Bayeux FC) :

« On avait bien le match en main puis peu à peu, on abandonne notre rigueur défensive et on offre la possibilité à l’adversaire de faire la différence. A ce niveau-là, l’approximation et le manque de caractère coûtent cher. Le championnat va être acharné. A nous de mettre les bons ingrédients. Dès la prochaine journée, il nous faudra gommer les imperfections défensives de ce week-end et s’inspirer de ce qu’on a fait de bien contre Rouen. »

 

Jean Guy Wallemme (entraineur FC Dieppe) :

« Victoire importante pour cette première à domicile même si le score est un peu sévère pour nos adversaires du jour. »

 

Romain Djoubri (entraineur CSM Oissel) :

« Très bonne entame avec une maitrise du jeu qui met Dieppe en difficulté. Toutefois sur un temps fort nous concédons un pénalty et l’ouverture du score ce qui remet notre adversaire en selle. Après la pause, nous croyons faire le plus dur en égalisant mais aussitôt nous concédons deux buts en  trois minutes sur deux coups de pied arrêtés à cause de fautes d’inattention et de concentration. La fin du match est anecdotique et comme pour le match contre Dives, nous sortons avec de la frustration. J’espère que la roue va tourner… »

 

Rachid Hamzaoui (entraineur ESM Gonfreville) :

« Face à une équipe qui possédait une meilleure maitrise et qui s’est procurée quelques occasions sur de bons décalages, nous avons connu une première période difficile. Mais  notre réalisme nous a permis d’atteindre la pause avec 2 buts d’avance. D’entrée de deuxième mi-temps nous avons l’occasion de mettre le 3-0 mais le défenseur adverse fait une grosse faute et se fait expulser sans que l’on profite de l’occasion pour marquer. Au contraire, nous concédons deux pénaltys et Mondeville à 10, égalise. Dans les dernières minutes, on jette toutes nos forces dans la bataille et la réussite nous sourit avec deux nouveaux buts. C’est une belle victoire car obtenue contre une belle équipe. »

 

Tony Rouillon (entraineur USO Mondeville) :

« C’est un match qui laissera beaucoup de regrets, autant sur le score qui ne reflète pas la physionomie du match que sur certaines erreurs individuelles qui nous coûtent le match ; ceci étant, mon équipe a été dominatrice dans le jeu et il manque cette ouverture du score qui aurait changé la tournure du match. Menée 2-0 à la pause et réduite à 10 à la 50ème, l’équipe est restée performante dans la maitrise du ballon et a trouvé les ressources pour aller égaliser. C’est très frustrant de ne pas ramener de point de ce déplacement. »

 

Christophe Duboscq (entraineur US Avranches) :

« Nous devons tout reconstruire avec beaucoup de joueurs nouveaux et très jeunes pour la plupart. Contre Rouen, nous sommes battus logiquement 0-3 par plus fort que nous. Nous n’avons jamais pu exister dans le jeu à cause d’un adversaire qui nous a étouffés et qui nous a imposé un énorme combat athlétique. »

 

Manuel Abreu (entraineur FC Rouen 1899) :

« Je pense que notre victoire est totalement méritée même si l’on a dû attendre la deuxième période pour marquer trois fois. Nous avons parfois manqué de justesse technique surtout dans la dernière passe mais je suis heureux pour mes joueurs qui sont ainsi récompensés de leurs efforts… Pour nos supporters également qui ont vraiment été notre douzième homme sans oublier notre président qui a organisé ce déplacement à merveille afin que nos joueurs soient mis dans les meilleures conditions. »

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr