Futsal : Hérouville n'était pas si loin...

15 mai 2016 Ecrit par 

Futsal. Hérouville 6 – 8 Garges, demi-finale de la Coupe de France. Hérouville en rêvait, mais c'est Garges qui l'a fait. Il n'y aura pas de finale pour le Petit Poucet de la Coupe de France au formidable parcours. Les Hérouvillais ont trébuché sur la dernière marche, battus par une équipe de Garges certes plus forte, mais pas imprenable.

 

Un sentiment étrange planait au-dessus du gymnase Allende, samedi soir. La fin de la grande aventure laissait une impression bizarre où s'entremêlaient fierté et regrets, « Je me voyais déjà à Belfort (lieu de la finale, ndlr), confiait un Abdou Alla touché à l'issue de la rencontre. On avait l'avantage d'évoluer à domicile, et j'ai un groupe de qualité. Pour moi, c'est vraiment une déception. Je pensais qu'on allait l'emporter. J'en reste pas moins fier des gars et de tout le staff. » Le public hérouvillais, de nouveau restreint à 200 spectateurs, croyait lui aussi en ses soldats. Comment aurait-il pu en être autrement, quand l'improbable se produisit ? Au cœur de la première mi-temps, Hérouville menait 4-1 devant un adversaire désarçonné. Garges, troisième de D1, était attendu comme un épouvantail avec sa cohorte d'internationaux et ses ambitions de titre national. Les Franciliens avaient d'ailleurs ouvert le score par Michael De Sa Andrade en exploitant une perte de balle hérouvillaise dès les premières minutes de jeu. HF avait bien dégainé le premier, via Samir Alla et Jonathan Tendron, mais l'équipe visiteuse affichait sa logique supériorité technique dans la maîtrise du ballon. Les coéquipiers du colossal Aboubakar Coulibaly ne s'attendaient sûrement pas à la réaction hérouvillaise. Anthony Boutamine, Tarik Baghit et même le gardien Eddy Franchet allumaient les premières mèches sans succès. La faute au poteau, pour le troisième nommé. Hérouville poussait, et c'est Anthony Boutamine qui allait égaliser d'une frappe sèche au ras du poteau (1-1). Logique. « On est dans une dynamique positive depuis un certain moment, et on a une équipe d'expérience, souligne Abdou Alla. On se sent forts. Ce n'est pas un but contre nous qui allait nous faire baisser les bras... »

 

tendron garges 1516

Jonathan Tendron

 

Oh que non ! Dans la foulée de leur égalisation, les Normands contrôlaient les débats d'une rencontre parfois décousue. Garges ne parvenait pas à mettre son jeu en place et tendait à s'agacer. Une faute de trop, sur Samir Alla, emmenait Jonathan Tendron sur le point de penalty. Le gaucher transformait en force et donnait un premier avantage aux siens (2-1). Hérouville ne s'arrêtait pas là, puisque Tarik Baghit enfonçait le clou d'une frappe en pleine lucarne deux minutes plus tard (3-1). Le jeune espoir local était relayé dans la foulée par Dylan Dumarais d'un tir en première intention (4-1). Hérouville était en fusion et ne semblait pas décidé à s'arrêter sur sa lancée, malgré le temps-mort posé par Garges. Les locaux bénéficiaient d'une balle de 5-1 en contre-attaque. Le tournant du match. « Si on mettait le but, on les tuait, estime Abdou Alla. C'était à quitte ou double. En fait, ça nous a tué. » Sur la récupération, Garges s'offrait à son tour une supériorité numérique, et Daniel Mendy ne se faisait pas prier pour réduire la marque (4-2). Hérouville accusait le coup. Les Franciliens insistaient et profitaient du gros coup de mou local. Samir Alla déviait bien malgré lui une frappe presque anodine au fond de ses propres filets (4-3), tandis que Daniel Mendy signait un doublé en profitant d'une certaine passivité défensive (4-4). Hérouville redressait la barre avant la pause, mais avait laissé passer sa chance. « Les plus gros regrets, on les a en première mi-temps », estiment de concert Abdou et Nabil Alla.

 

dumarais garges 1516

Dylan Dumarais après son but.

 

Hérouville manque le deuxième virage à cinq contre quatre

 

Le score était pourtant de parité à la reprise des débats. Pas pour longtemps cependant, puisque Souheil Mouhoudine devançait Anthony Boutamine pour tromper Eddy Franchet (5-6). Garges trouvait ensuite la barre transversale, et Hérouville peinait à trouver des solutions. L'activité de Tarik Baghit, à la patte gauche très intéressante, laissait pourtant espérer un retour. Parfaitement servi par Eddy Franchet d'une longue relance, l'ancien malherbiste plaçait une mine au fond des filets gargeois (5-5). HF tenait le bon bout, d'autant que son adversaire était momentanément réduit à quatre suite à un carton rouge. C'est pourtant en supériorité numérique qu'Hérouville allait craquer. Samir Alla, moins en jambes qu'à l'accoutumée, était dépossédé du ballon par l'immense Aboubakar Coulibaly, lequel s'échappait côté gauche pour servir son capitaine Samba Kébé au deuxième poteau (5-6). Le coup dur pour Hérouville, qui tentait le tout pour le tout en faisant entrer un Nabil Alla toujours blessé à cinq minutes du buzzer. En vain. Michael De Sa Andrade et son visage poupon (il a 20 ans) aggravait la marque (5-7), puis Riad Karouni scorait de son propre but (5-8). La réduction du score de Nabil Alla à la réception d'un service de son neveu Tarik Baghit n'y changeait rien (6-8). « Ça s'est joué sur des détails, avance l'habituel goleador hérouvillais. Ils ont plus d'expérience que nous. On a quand même fait le taf'. C'était une belle promotion du futsal. »

 

herouville equipe garges 1516

 

La fête aurait pu être plus belle encore si tout avait été réuni en ce sens. « Le groupe était au complet, mais il y avait beaucoup de bobos, précise Abdou Alla. Tout le monde n'était pas à 100 %. Quatre joueurs sont grippés depuis jeudi. » Les cadres, si brillants devant Béthune, ont été moins en vue face à Garges. Ils sont désormais tournés vers les barrages d'accession en D2, qui verront Hérouville affronter Le Mans. « Les gars ont de la bouteille. Dès lundi, c'est bouclé. La page sera tournée. Depuis qu'on est descendus de Ligue 1, on a une seule chose en tête, c'est d'y retourner. Toute l'euphorie de la saison, on va la mettre de côté pour redescendre sur terre. On s'attend à un gros match contre Le Mans. » Ce sera dès samedi 21 mai, avant un deuxième match contre Clermont-Ferrand ou Furiani.

 

Hérouville : Eddy Franchet, Amin Charef, Dylan Dumarais, Jonathan Tendron, Anthony Boutamine, Abdessamad Laghzali, Nabil Alla, Tarik Baghit, Samir Alla, Mohammed Nhari.
Entraîneur : Abdou Alla.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr