Football. Une première finale pour l'AG Caen

29 octobre 2017 Ecrit par 

L’Avant Garde Caennaise dispute cet après-midi (15h00) le premier choc de la saison en Régional 1 féminin. Les Caennaises ont rendez-vous chez l’un des deux autres co-leaders du classement, Le Havre. Très attendue, l’affiche livrera de nouveaux enseignements.

 

L’AG Caen et Le Havre en sauront bientôt plus. Les deux équipes phares de Régional 1 féminin, en compagnie d’une formation de Rouen Plateau Est elle aussi intraitable, s’affrontent dans le cadre prestigieux du stade Océane. Jusqu’à présent, Caennaises et Havraises ont réalisé une razzia. Les chiffres le révèlent amplement : cinq victoires en cinq matchs des deux côtés, 28 buts inscrits pour un seul encaissé dans les rangs haut-normands, 27 buts pour et seulement trois contre dans les rangs bas-normands. Le HAC a toutefois surpris il y a deux semaines en ne s’imposant que 1-0 à Beaumont, avant-dernier du classement. La cause ? Les joueuses américaines, qui composent l’ossature de l’équipe, avaient dû rentrer au pays pour des raisons administratives. Leurs partenaires s’étaient alors contentées du service minimum.

 

Le made in USA, c’est la particularité de ce HAC dont le propriétaire est américain. Les Havraises doivent leurs excellentes performances à une colonie d’universitaires venues d’outre-Atlantique. « Ça donne un piment supplémentaire, reconnaît Vincent Hié, l’entraîneur caennais. Quand on voyait les premiers résultats du Havre, on pouvait penser qu’elles étaient injouables. J’ai vu certains de leurs matchs, elles sont très fortes, mais pas injouables. Elles ont les qualités et les défauts des équipes américaines. Ce sont des athlètes avant d’être des footballeuses. Ça court, c’est puissant, ça tape fort. Notre jeu n’est pas basé sur le physique. Elles ont leur projet, on a le nôtre. Le Havre nous attend comme on les attend. Les filles sont prêtes. C’est une finale, mais la saison sera encore longue derrière. »

 

Un groupe resté stable

 

L’Avant Garde, qui a axé sa préparation sur ce premier rendez-vous, se languit aussi de pouvoir se jauger. Son début de saison a certes été parfait sur le plan comptable, mais il a également laissé apparaître une vraie marge dans la qualité du jeu produit. « Dans la manière, ce n’est pas conforme aux attentes. Il manque un peu plus de constance. J’ai changé la façon dont je veux que mon équipe joue, et il faut encore qu’elle l’intègre. Par contre, j’ai un groupe capable de trouver les solutions face à certaines difficultés. Mais la manière n’est peut-être pas aussi fluide que je l’aimerais. »

 

Pourtant, Caen peut se prévaloir d’avoir conservé un groupe très peu modifié durant l’intersaison, en dépit d’une descente toujours douloureuse. « 90 à 95 % des filles sont restées, se réjouit Vincent Hié. C’est plus facile de repartir avec un groupe qui se connaît, qui a accepté la descente et qui est reparti de l’avant. C’est aussi plus agréable de travailler cette année que l’année dernière. Le groupe est plus joyeux du fait des victoires. On n’a pas l’épée de Damoclès au-dessus de la tête. Les filles sont plus libérées. » Le statut d’ancienne équipe de D2, couplé aux faibles remaniements de l’été, fait de l’AGC un candidat naturel aux tout premiers rôles.

 

« Pas l’organisation pour monter »

 

À en croire son coach, qui se réfère lui-même à l’expérience de l’an passé, Caen n’est pourtant « pas structuré pour monter ». « Tous les paramètres autour de l’équipe ne sont pas propices à une montée. Le fait d’avoir gardé 90  de l’effectif senior n’a pas permis au club de nous accompagner de manière extra-sportive. » La section féminine de l’AGC apprend à cohabiter avec le très ambitieux projet du secteur masculin monté par United Managers. « Je ne dis pas que le club n’a pas envie que nous  remontions, mais nous n’avons pas l’organisation pour », insiste Vincent Hié. Néanmoins, l’ambition interne du staff et de ses joueuses ne fait pas l’ombre d’un doute. Pour participer de nouveau aux barrages de montée, l’Avant Garde devra terminer première ou deuxième, dans certaines conditions, du groupe normand. « On en est capable. »

 

 

La première des quatre finales de la saison régulière – les matchs allers-retours contre Le Havre et Rouen Plateau Est – est donc programmée cet après-midi. Dans ce championnat « à trois vitesses », ce sont sûrement ces rencontres qui décideront de la hiérarchie du trio de tête. Un trio qui, lui, semble indéboulonnable. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr