craf2s sportacaen v2 4

L'AG Caen a des raisons d'y croire

17 mai 2017 Ecrit par 

L’Avant Garde Caennaise a perdu deux points sur Lorient dimanche dernier suite au match nul concédé devant Reims (1-1). Désormais, la qualification pour les barrages de maintien en D2 passe par une victoire à Rouen dimanche 28 mai couplée à une défaite de Lorient dans le même temps. Caen a pourtant des raisons d’y croire. 

 

Il y a deux manières d’analyser les résultats de l’avant-dernière journée de Division 2 féminine. Le constat brut, froid, est sans appel. L’AG Caen a réalisé une mauvaise opération en concédant le match nul devant Reims dans les dix dernières minutes tandis que Lorient obtenait dans le même temps sa première victoire depuis le mois de septembre. Caen se retrouve à deux points de Lorient, sans le goal average, alors qu’une seule journée reste à disputer. Julien Alvarez a fait le calcul : son équipe a 11,11 % de chances d’accéder aux barrages. « Il y a neuf scénarios possibles, un seul nous est favorable. » Les chiffres ont beau être impitoyables et incontestables, l’autre analyse possible des résultats de dimanche se veut nettement plus optimiste. Pour avoir le droit d’une seconde chance à l’issue de cette saison, Caen doit battre Rouen le dimanche 28 mai et compter en parallèle sur une défaite de Lorient à Saint-Maur. C’est bien là que réside sa chance.

 

Rouen, le voisin de Haute-Normandie, est huitième de D2, reste sur six défaites et n’a plus gagné depuis le 15 janvier. C’était sur le plus petit des scores chez la lanterne rouge Boulogne. Sur l’année civile 2017, Caen affiche des résultats bien plus probants. Les chances de succès caennaises là-bas, entre une équipe qui joue sa survie et un adversaire qui n’a plus rien à craindre de longue date, sont bien sûr réelles. On peut même imaginer que l’AGC, qui vient de tenir en échec une des meilleures dynamiques actuelles de D2, n’est pas loin de partir favorite. À l’inverse, Lorient se rendra chez le cinquième du classement, contraint de s’imposer pour finir dans le top 5 et ne pas voir Reims fondre sur lui. La VGA Saint-Maur, reléguée de D1 à l’issue de la saison passée, reste sur deux victoires contre Rouen et Le Mans, sans toutefois afficher des résultats spectaculaires en phase retour. Son fait d’arme ? Le… 9-2 infligé à Caen début février.

 

Caen premier supporter de Saint-Maur

 

Julien Alvarez en est toutefois persuadé : les Franciliennes ne baisseront pas la garde face à Lorient. « Ce n’est pas le genre du club, surtout sur un dernier match à domicile. Elles auront à cœur de bien finir et de préparer au mieux la saison prochaine. » L’entraîneur caennais compte tout particulièrement sur une personne : Mélissa Gomes. En lutte pour la place de meilleure buteuse de D2, l’internationale portugaise a un but de retard à rattraper sur la lilloise Jana Coryn. Voilà qui peut ajouter une petite motivation supplémentaire du côté de la VGA. « De toute façon, notre seule nécessité est de se concentrer sur le terrain. Si on gagne contre Rouen et que Lorient fait quelque chose à Saint-Maur, il n’y aura pas de regret. Ce n’est pas à nous de stresser, c’est à Lorient. Il faut voir ces deux dernières semaines (avant la dernière journée) comme une opportunité. »

 

L’Avant Garde Caennaise échappera-t-elle aux regrets ? Si elle n’accroche pas les barrages, programmés tout au long du mois de juin, probablement pas. Et pas seulement pour son début de saison raté. Contre Reims, dimanche dernier, Caen a perdu deux points en se faisant rejoindre sur « un but bizarre » à l’entame des dix dernières minutes. À l’ouverture du score de Cindy Lefèvre sur corner, d’une volée consécutive à un léger cafouillage (70’), a répondu l’égalisation d’Evanna Soyeux après une touche et « un petit manque de concentration » côté normand. « Il y a à la fois des regrets et des motifs de satisfaction sur ce match. Je n’ai rien à reprocher aux filles. Il a manqué un but de plus en notre faveur pour ce que ce soit parfait. Dans l’impact, dans les duels, dans le nombre d’occasions procurées, c’était très bien. Mais on a manqué de réalisme… » Du réalisme et de la solidité, c’est ce dont aura besoin l’AGC dans un peu plus de dix jours à Rouen. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés. Retrouvez bientôt le trombinoscope. 

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr