Victor Guerrier (AG Caen) : « On monte en puissance »

30 septembre 2017 Ecrit par 

L'Avant Garde Caennaise fait figure d'épouvantail, voire d'OVNI, en Régional 2 cette saison. Le très ambitieux club de Caen ne fait pas mystère de son ambition de montée. Avant que les Umans, ses futurs supporters-coachs, ne prennent le contrôle sur l'équipe dans quelques mois, le début de saison est parfait du point de vue des résultats. Victor Guerrier, capitaine de l'AGC, fait le point avec nous.

 

 

Victor, comment l'équipe aborde-t-elle le match qui vous attend à Ouistreham ce soir ?

On reste sur une bonne série. Même si on a été mis en difficulté la semaine dernière, on a quand même réussi à s'en sortir et à se qualifier (l'AGC s'est imposée 1-3 après prolongation à Sourdeval en Coupe de France, ndlr). On a aussi remporté nos deux premiers matchs de championnat. On sait que ça va être difficile là-bas, comme toujours. Ouistreham a récupéré un super joueur en la personne de Maxime Lelièvre. Mais on est prêts.

 

Vous réalisez un bon début de saison en terme de résultats, mais on sent que vous vous cherchez encore un peu dans le jeu.

C'est sûr qu'il y a encore de quoi faire, mais les résultats sont là et la progression aussi. Il y a quand même eu six recrues cet été, il faut que notre jeu se mette en place. On a un nouveau projet, on essaie pas mal de choses tactiquement. On monte en puissance. Cela va dans le bon sens.

 

Vous êtes la grosse équipe de ce championnat...

Même si c'est vrai qu'on est favoris de R2, qu'on est un gros prétendant à la montée, il ne faut pas qu'on s'attende à gagner 5-0 tous les week-ends. C'est à nous d'être calmes. On sera attendus tous les week-ends. Je suis vraiment satisfait du début de saison. Les recrues se sont super bien intégrées et le groupe vit très bien. Tout est mis à disposition. Les moyens sur lesquels on peut s'appuyer sont supérieurs à ce que les clubs de la région peuvent avoir. On a un staff super étoffé, des analyses vidéos tous les week-ends, énormément d'éléments statistiques... Cela nous permet de travailler dans le détail. On ne va pas survoler le championnat, mais l'équipe se met en place. Pour moi, notre évolution est logique.

 

Il y a, en prime, cette première qualification pour le cinquième tour de la Coupe de France. Cela devient un objectif ?

On a envie de faire un parcours. Les années précédentes, on tirait souvent des grosses équipes de la région sur les premiers tours. On a eu un peu plus de chance au tirage cette année. Il n'y a pas de réel objectif sur la Coupe de France. À vrai dire, on n'a pas envie de se faire sortir par une équipe de niveau régional, que ce soit R2 ou R1. L'application va sûrement être lancée en décembre (ce qui signifie que les Umans, les abonnés, prendront les commandes, ndlr), si on a la chance d'être encore en Coupe de France à ce moment-là, ça serait super pour eux. Mais il y a forcément la part de chance qui entre en jeu dans le tirage.

 

« On se demande tous comment cela va se passer... »

 

Vous semblez dans une phase de transition actuellement, tant que l'application n'est pas encore lancée...

Il faut reconnaître qu'on a tous les avantages du projet, par rapport à tout ce qui a été mis en place, mais on se pose naturellement la question autour de la prise de pouvoir des Umans. On se demande tous comment cela va se passer, l'exposition voire la surexposition qui en résultera. On est pressés de voir comment cela va se passer. On sent qu'il y a beaucoup de travail autour de ça, donc une attente importante qui suggère plus d'exigence. Mais ça ne crée pas de pression supplémentaire.

 

 

Sentez-vous un frémissement, vis-à-vis de l'extérieur, même si le système n'est pas encore en place ?

Oui, ça va dans le bon sens. Ce qui est fait sur les réseaux sociaux est pas mal suivi. Mais cela reste dans un cadre régional, auprès de nos connaissances surtout. United Managers fera sûrement beaucoup de com' avant le lancement de l'application. Nous n'avons que des retours positifs, auprès de notre entourage, sur ce qui est fait sur les réseaux sociaux.

 

Vous n'avez pas l'habitude d'être filmés, interviewés, etc.. C'est un côté sympa ?

Oui, c'est sympa, mais c'est en effet inhabituel pour nous. Du coup, on se chambre un peu là-dessus. N'importe quel niveau de régional n'a pas l'habitude d'être mis en avant de la sorte. C'est agréable.

 

« Ici, j'avais des assurances »

 

Une ambition a été annoncée à plus long terme. Comment l'envisages-tu ?

Il peut se passer tellement de choses dans le foot que le plus important est de se concentrer sur cette saison. On sait qu'ils ont un projet super ambitieux, de réaliser plusieurs montées et de donner une ampleur encore plus importante à ce qui est mis en place. Mais moi je ne me pose pas ces questions. On a une saison super excitante à vivre. Tout est fait pour qu'on puisse monter. C'est déjà énorme de pouvoir jouer une montée. Et il y a bien sûr aussi le lancement de United Manager.

 

Parmi les recrues de l'été, ton profil est un peu particulier dans la mesure où tu connais bien le club...

J'ai eu la chance de pouvoir revenir dans la région avec mon boulot. Je sortais d'une année compliquée sur le plan personnel puisque je devais faire beaucoup de route entre le travail et le foot. La saison a été compliquée au niveau footballistique aussi. Je suis très content d'avoir pu revenir travailler à Caen. Dès lors, c'était normal que je resigne à l'Avant Garde. Je suis vraiment attaché à ce club, mon club de cœur. Je serais revenu dans tous les cas, mais l'apport de United Manager et le projet ambitieux ont forcément constitué un plus.

 

Tu jouais en DH depuis deux ans, n'as-tu pas eu envie de rester dans l'élite régionale ?

Je suis quelqu'un qui fonctionne beaucoup à l'affectif. Ici, j'avais des assurances. Je retrouvais un club que je connaissais et je savais que le projet était ambitieux. J'ai aussi deux amis de Deauville qui m'ont rejoint ici (Boris Quettier et Alexandre Teissier, ndlr). Il n'y avait que des bons critères pour que je sois bien à l'Avant Garde.

 

« Influer plus sur le jeu »

 

Quel a été ton parcours avant de resigner à l'Avant Garde ?

J'ai commencé à Mondeville. Je suis parti à 14 ans à Malherbe et je suis resté sept ans là-bas. J'ai joué jusqu'en CFA. Mais sur mes deux dernières années à Malherbe, j'ai eu les croisés à droite, et les croisés à gauche. Je suis ensuite revenu à Mondeville et je me suis refait opérer des croisés. J'ai passé deux saisons à Mondeville mais je n'ai pas joué énormément. Je me suis cassé le ménisque en mars de la deuxième saison. J'ai repris en septembre avec les potes à Giberville. J'avais envie de couper. Sauf qu'en décembre, je me suis repété le genou. Je me suis refait opérer en juin.

 

Je pensais ne pas reprendre le foot, mais Julien (Le Pen, actuel entraîneur de l'Avant Garde, ndlr) venait alors de récupérer l'équipe première à l'Avant Garde. On en a discuté et j'ai signé ici. On était en PH, c'était il y a cinq ans. On est monté deux saisons de suite. L'année de la montée en DSR, je travaillais déjà au Havre. J'ai déménagé et j'ai rejoint Lillebonne en DH haut-normande. On est descendu et je suis revenu à l'Avant Garde. On s'est maintenu lors de la dernière journée. Derrière, je suis parti à Deauville pour me rapprocher de mon boulot. Si j'avais été sur Caen avant, je pense qu'il n'y aurait pas eu tous ces mouvements.

 

 

Que penses-tu de ton début de saison ?

Je ne suis pas super satisfait de moi. L'équipe se met en place. Je sais que j'ai un rôle important à jouer dans la cohésion. Sur le plan personnel, je suis à un but en championnat et trois en Coupe de France, j'aimerais influer plus sur le jeu, mais je ne m'inquiète pas plus que ça.

 

Tu es habitué à être capitaine à l'AG Caen. Le rôle varie-t-il cette saison ?

Pour l'instant, c'est un choix du coach, donc une reconnaissance de sa part. Le capitaine doit avoir une bonne relation avec le coach, que j'ai naturellement avec Julien (Le Pen), et doit être capable de faire passer les messages du coach aux joueurs. On a discuté de ce statut, d'autres joueurs pouvaient aussi y prétendre. J'avais peut-être l'avantage de connaître tout le monde, les anciens joueurs comme les recrues.

 

Une saison réussie, c'est la montée ? Garder ta place quand les Umans seront aux mannettes ? Un certain nombre de buts ?

J'espère bien rester dans l'équipe, oui (sourire). Le seul objectif de l'année, c'est la montée. D'un point de vue personnel, quand tu es attaquant, tu as forcément envie de marquer le plus de buts possible. J'ai été un peu frustré par rapport à ça l'année dernière. J'ai été blessé et j'ai un peu moins joué. Je n'ai pas connu une saison prolifique en termes de buts marqués. C'est une des rares saisons où j'ai marqué moins de dix buts. J'espère donc atteindre la barre des dix buts en championnat le plus rapidement possible. Mais je n'ai pas d'objectif particulier sur le nombre de buts marqués ou de passes décisives.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr