Football - R1. Comment les éliminés de la Coupe vont-ils réagir ?

16 novembre 2017 Ecrit par 

Après la qualification pour le septième tour de la Coupe de France, aucune des trois équipes concernée n’était parvenue à remporter le match suivant en Régional 1. L’ASPTT Caen, Vire et Bretteville-sur-Odon feront-ils mieux après leur élimination de la compétition ? Réponse ce week-end…

 

Le Régional 1 bas-normand n’a plus de représentant en Coupe de France. Les trois derniers qualifiés se sont fait éliminer sur le même score de 1-0 au septième tour. L’ASPTT Caen, Vire et Bretteville-sur-Odon, qui ont réalisé un bon début de saison, n’ont eu qu’une semaine pour digérer la défaite et se recentrer sur le championnat. Comment réussir la transition ? C’est la question, parmi d’autres, que nous avons posée à Clément Pannier (ASPTT Caen), Thibaut Crétien (Bretteville-sur-Odon) et Adrien Roger (Vire).

 

 

« On se demande encore comment on l’a fait pour perdre », Adrien Roger (Vire)

 

 

Ce septième tour a laissé des sentiments assez variés dans les rangs calvadosiens. Malgré le même score, aucun scénario n’a été le même entre le match des PTT contre Le Mans (N2), celui de Vire face à Chambly (National) et enfin le déplacement de Bretteville-sur-Odon à Houilles (R3).

 

Clément Pannier (ASPTT Caen) : « La déception d’avoir été éliminé est réelle, mais il n’y a pas forcément de regrets. On aurait aimé aller jusqu’en janvier, prolonger cette aventure, toutefois on n’était pas favoris dans ce match face au Mans. On n’a pas à rougir de la prestation qu’on a produite. La déception, finalement, a plutôt été de lire certaines choses après le match, comme quoi on ne l’avait pas vraiment joué. Il ne faut pas oublier qu’on a affronté une équipe qui fait en National 2 la même chose que nous en Régional 1. Il y a deux divisions d’écart, et on a pourtant été peu mis en danger, même si on a eu une seule véritable occasion. On a essayé de jouer avec nos armes. »

 

Thibaut Crétien (Bretteville-sur-Odon) : « On n’avait pas sauté au plafond lors du tirage au sort malgré les deux divisions d’écart en notre faveur parce que ce match avait tout du traquenard. Ça s’est confirmé. On est tombé sur une très bonne équipe. On est passé au travers de notre première mi-temps. On a été tactiquement surpris et on n’a pas su s’adapter. On a corrigé le tir en deuxième mi-temps et notre adversaire avait aussi dépensé beaucoup d’énergie. Mais il faut reconnaître que sans la performance de notre gardien, le score aurait pu être de 4-0 au lieu de 1-0. On avait enchaîné trois matchs la semaine d’avant, on est aussi arrivé tard au stade ce qui nous a privés de notre routine habituelle, mais on ne veut pas se chercher d’excuse. »

 

Adrien Roger (Vire) : « La déception est grande parce qu’on a beaucoup de regrets sur ce match. On a fait un super match. On a dominé une équipe de Chambly pourtant trois divisions au-dessus de nous. Ils ont eu deux occasions, nous en en a au moins cinq ou six. On marque un but limite hors-jeu dans le temps additionnel. On était à onze contre dix… On avait ce match en main et on se demande encore comment on a fait pour le perdre. »

 

 

« Se remobiliser sans se prendre la tête », Thibaut Crétien

 

 

Sorties de l’aventure que représente la Coupe de France, les trois équipes doivent désormais passer exclusivement au pain quotidien un peu plus sec du championnat. Fini les grandes affiches et les émotions décuplées. Le retour aux affaires courantes passe par deux équipes du bas de tableau pour Vire, qui accueille samedi soir Pointe-Hague, et l’ASPTT Caen, qui a rendez-vous à Coutances dimanche. Bretteville-sur-Odon aura droit à un match beaucoup plus équilibré, sur le papier, contre un autre promu qui réussit, Douvres.

 

Clément Pannier (ASPTT Caen) : « Je n’ai pas l’impression qu’on soit resté sur le match du Mans. J’espère en tout cas qu’on est passé à autre chose et que la déception a été évacuée. Je ne pense pas non plus que la notion de première défaite cette saison soit impactante. On voulait prolonger cette série le plus longtemps possible mais on n’en avait pas fait un objectif. On sait que ce ne sera pas un match facile contre Coutances, une équipe qui ne nous réussit pas depuis deux ans. On aspire à continuer notre marche en avant dans ce championnat. Notre début de saison est plus que positif et ce n’est pas la coupe qui va nous plomber. On va jouer avant tout contre nous dimanche. »

 

Thibaut Crétien (Bretteville-sur-Odon) : «Bien sûr que ça fait ch… Il nous a fallu quelques jours pour digérer. Quand tu tombes, la déception est à la hauteur de l’engouement. Par contre, on sait d’où on vient, et je pense que ça nous a permis de ne pas nous enflammer. On a toujours été concentré sur le championnat. On joue chaque match avec la même envie et le même état d’esprit. La déception vécue en Coupe de France nous oblige à une remobilisation expresse contre Douvres, sans se prendre la tête pour autant. On reste à un niveau amateur. Il faut qu’on conserve ce qu’on sait faire, en particulier de la rigueur défensive et de la rigueur dans les efforts. L’élimination nous fera peut-être cogiter encore dans le vestiaire, mais une fois sur le terrain, on n’y pensera plus. Et la pression, c’est après le match qu’on l’aura… ou qu’on la buvra (rire). Si on ressasse trop, on n’avance pas. On a fait un beau parcours, on peut être fiers de nous. On peut toujours dire "et si", mais ça ne changera rien. L’aventure humaine était chouette. »

 

Adrien Roger (Vire) : « C’est dur de passer à autre chose et d’accepter cette élimination. On a vécu une belle aventure. Il faut s’appuyer sur le gros match qu’on a fait contre Chambly pour relever la tête. Contre Pointe-Hague, ce sera clairement un match piège vu le contexte. Il faut se remettre la tête à l’endroit. Ce match va se jouer au mental. Est-ce que les têtes vont être là ? On a essayé de se tourner très vite vers les quatre derniers matchs qui restent à jouer avant la trêve. Je pense qu’on est assez fort mentalement pour passer au-dessus. Il faut vite rebondir ! Si on a encore la tête à la coupe, ce sera difficile. On espère qu’après les plus de mille personnes venues contre Chambly, il y aura encore un peu de monde pour nous encourager samedi soir. »

 

 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr