Football. MOS – Vire, choc sur fond de retrouvailles

04 novembre 2017 Ecrit par 
Mehdi Hocianat est passé de Vire à la MOS cet été. Cédric Hoarau a fait l'inverse.

Football. Maladrerie – Vire, 6ème journée de Régional 1 (ce soir, 18h00). C'est une affiche alléchante qui se prépare au stade Joseph Déterville. La MOS, sur une pente très ascendante après son entame de saison ratée, reçoit des Virois invaincus toutes compétitions confondues. Pour Mehdi Hocianat et Cédric Hoarau, cette sixième journée est aussi celle des retrouvailles...

 

À l'heure des grandes migrations de l'intersaison, leur trajectoire s'est croisée sur les routes du Calvados. Cédric Hoarau a refermé une page de neuf ans à La Maladrerie en retrouvant le club de Vire qu'il avait fréquenté plus jeune. Mehdi Hocianat a fait le chemin inverse, quittant le Bocage après deux ans de bons et loyaux services pour embrasser le nouveau projet maladien. Ce soir, les deux hommes auront sûrement une appréhension particulière au coup d’envoi du choc de la sixième journée de Régional 1. « Je suis impatient, confie Cédric Hoarau, mais j’ai du mal à me situer. Je suis concentré sur mon match car c’est un gros match. J’ai un peu coupé les ponts avec la MOS pour laisser les gens travailler là-bas. J’y ai quand même encore des amis et on s’est un peu chambré cette semaine. » L’entraîneur virois sait qu’il entendrait parler du pays en cas de défaite. C’est le jeu… De son côté, Mehdi Hocianat évoque un « match particulier » dont il ne fait « pas une montagne » pour autant. Les Virois, dit-il, il les connaît tous. « Ce sont des amis, des collègues de foot et, demain (ce soir), des adversaires. Je n’ai pas de pression supplémentaire. Ce n’est qu’un jeu, et que du plaisir. Mais ça reste particulier parce que j’ai vécu deux ans formidables auprès d’un club familial. »

 

Au-delà des retrouvailles pour l’un et l’autre, ce MOS – Vire ressemble à un choc au sommet. S’il ne fait qu’y ressembler, c’est parce que La Maladrerie ne pointe qu’en milieu de tableau en raison d’un début de saison raté. L’unique point pris au cours des trois premières journées n’est pas sans conséquence quelques semaines plus tard côté caennais. « Quand tu chamboules certaines choses, il y a un temps d’adaptation nécessaire, estime Mehdi Hocianat. Franck (Dechaume, le nouvel entraîneur de la MOS, ndlr) a mis en place une façon de jouer que cette équipe ne connaissait pas. » Les défaites contre l’ASPTT Caen (3-0) et Bretteville-sur-Odon (2-1), entrecoupées d’un nul à domicile devant Coutances (1-1), ont provoqué une remise en question manifestement salutaire. Depuis, la MOS a battu successivement Cherbourg (3-1) et Deauville (1-3). « On a de l’orgueil. Après nos mauvais résultats, on s’est parlé sans jamais paniquer. On n’a rien changé. On est resté sur nos principes. » Les Maladiens, désormais septièmes à quatre points de Vire, remontent la pente même si « ce n’est pas à encore à 100 % de ce qu’on voudrait dans le jeu ».

 

Pour Mehdi Hocianat, « Vire est favori »

 

En revanche, Vire démontre une jolie régularité jusqu’à présent. Le match nul concédé à Ducey a certes ralenti le rythme des Virois, mais il n’a en rien perturbé une mécanique plutôt bien huilée. Qualifié pour le septième tour de la Coupe de France, deuxième de Régional 1 sans la moindre défaite à son passif, l’AFV est quasi-irréprochable pour le moment. « J’ai hâte de voir comment mon équipe va réagir après le match contre Ducey, où on a été absent pendant trente minutes, et comment elle va préparer en même temps la réception de Chambly en Coupe de France. On n’a pas plus de pression que ça », assure Cédric Hoarau. Le technicien va pouvoir bénéficier des retours de suspension de Stanley Boucaud et Gurami Enukidze. Ils ne seront pas de trop face à une équipe de la MOS que Cédric Hoarau connaît quasiment par cœur. « Je connais les anciens mais aussi les nouveaux, de réputation et de statut. La MOS va être un concurrent, c’est sûr. Il y a de la qualité chez eux. L’essentiel est de garder au moins l’écart de points, voire d’un mettre trop de plus. »

 


En dépit d’un début de saison contrasté de part et d’autre, La Maladrerie peut revenir à un point de Vire ce soir en cas de succès. Elle a aussi l’opportunité d’envoyer un signal fort au reste de la poule. « Le foot, c’est une image, expose Mehdi Hocianat. Les résultats sont observés par tous. On a tous envie de montrer qu’on est capables de les battre. » Pour autant, l’ex-Virois considère son futur adversaire comme le favori des débats qui se profilent. En cela, la MOS va pouvoir « s’étalonner » et juger de sa progression au regard du premier choc perdu 3-0 devant les PTT. Mais l’essentiel, en cette période, est de rester placé. « Les championnats se jouent au printemps », rappelle Mehdi Hocianat. Pour qu’ils ne se perdent pas avant, les droits à l’erreur sont toutefois limités. La Maladrerie a déjà grillé quelques jokers. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr