Florian Chotin (Deauville) : « Voir le club dans cette situation, ça fait mal »

28 octobre 2017 Ecrit par 

L’AS Trouville-Deauville a connu une semaine agitée avec l’éviction de son entraîneur Anthony Guyard, arrivé l’été dernier, et la nomination d’un trio interne pour réaliser l’intérim. Dernier de R1 avec quatre défaites en quatre matchs, deux buts inscrits et treize encaissés, l’ASTD est au fond du trou. Son capitaine et gardien Florian Chotin se confie.

 

Florian, ce changement d’entraîneur était-il prévisible au vu du début de saison que vous avez connu ?

C’est une situation que je n’ai jamais connue. Depuis que je suis arrivé ici, c’est la première fois qu’un coach est viré. Au bout de quatre matchs, c’est peu. Ça ne laisse pas beaucoup de temps au coach de se retourner pour trouver des solutions. Mais c’est vrai que quand on a zéro victoire en quatre matchs, ça devient un peu urgent de réagir.

 

C’est forcément délicat de s’exprimer à ce sujet quand on est joueur, mais était-ce la meilleure manière de retrouver un nouvel élan à tes yeux ?

C’est compliqué à dire. Il n’y a que l’avenir qui donnera la réponse. On verra si on aura un sursaut d’orgueil, ou si cette décision fera l’effet d’un déclic. Après, le coach avait l’air de dire qu’il n’avait pas trop de solutions. Est-ce que c’est ça qui a poussé le bureau à l’évincer ? Je ne sais pas.

 

Comment vivez-vous cette situation en interne ?

Même si on a perdu nos quatre premiers matchs, on ne s’y attendait pas forcément. On a été un peu surpris. Francky (Franck Lorin, ancien adjoint, ndlr), Thomas (Leclerc, entraîneur des U18, ndlr) et Christopohe (Leroux, entraîneur de la B, ndlr) sont trois très bonnes personnes. Je suis sûr qu’on va très bien travailler avec eux. Je pense que cela va bien se passer. Je ne sais pas du tout quelle sera la suite.

 

Le match contre la MOS (ce soir, 18h00), qui n’a pas non plus connu un très bon début de saison, semble déjà être extrêmement important.

C’est sûr. En plus, la MOS est une équipe qui ne nous réussit pas trop. Sur les deux dernières saisons, on a toujours perdu contre eux. Ce sera encore plus compliqué du fait que l’on n’ait plus de coach. Il va falloir le préparer comme un match de coupe. C’est un peu tôt pour le dire, mais on n’a presque pas le droit à l’erreur. Il va falloir gagner.

 

« On a pris beaucoup de retard »

 

Vous avez déjà presque le couteau sous la gorge alors que seuls quatre matchs ont été joués ?

Le problème, c’est que si on ne gagne pas [ce soir], on va encore prendre des points de retard sur les autres. C’est compliqué à rattraper, d’autant plus avec un championnat aussi homogène.

 

Comment expliques-tu que vous soyez si loin du compte pour le moment ?

On n’a joué que quatre matchs en deux mois. Il y a eu la Coupe de France en parallèle. Ça n’aide pas non plus. Ce qui est dur, c’est de se dire que les seuls matchs officiels qu’on a gagnés étaient contre des équipes de R3. Il va falloir cravacher pour prendre des points.

 

Le retard est aussi dans le jeu ?

Oui. On a perdu huit ou neuf joueurs cet été. Autant sont arrivés. On ne se connaissait pas du tout. Certes, il y a eu la prépa, mais il y a eu beaucoup d’absents pour des problèmes de logement, de vacances, de blessures, etc. On a pris beaucoup de retard. Dans le jeu, on sent que c’est compliqué. On n’arrive pas très bien à se trouver.  

 

C’est une question de patience, ou bien la saison s’annonce-t-elle très compliquée jusqu’au bout ?

Je sais que la saison va être compliquée. Quand on a autant de départs à l’intersaison, on ne peut pas espérer jouer les premiers rôles ensuite, même si on a fait une bonne saison l’année dernière. Certes, il faut être patient, mais notre situation comptable nous presse. Il faut prendre des points. Si on ne veut pas être dans la charrette en fin de saison, il faut prendre des points dès maintenant.

 

« Que ça fasse un électrochoc »

 

La défaite contre Cherbourg (0-4) le week-end dernier en match de rattrapage a dû faire mal…

Oui, elle a fait mal. Elle m’a fait mal à moi le premier. À 3-0, j’avais la tête sous l’eau. On prend des tôles depuis le début de la saison, c’est compliqué mentalement. On n’a pas fait une mauvaise entame contre Cherbourg. On a fait trente premières minutes très correctes. Le premier but nous a fait mal. Malheureusement, on ne tient pas le marquage sur les coups de pied arrêtés… Les deux premiers buts sont encaissés de cette manière. À 2-0, dans notre situation, tout le monde avait la tête dans les godasses. On a essayé de relever la tête à la mi-temps, mais on a pris un troisième but juste derrière. À 3-0, il n’y avait plus grand-monde sur le terrain…

 

Tu es un des rares cadres à être resté cet été à Deauville. C’est douloureux de vivre ces moments-là ?

Oui, d’autant plus que je suis là depuis neuf ans. Quand on donne autant pendant neuf ans et qu’on voit le club dans cette situation, ça fait mal. Même si je n’ai pas été formé ici, c’est mon club depuis que j’ai 16 ans. Après, il faut se battre, parce qu’il n’y a que quatre matchs joués et que la saison est encore longue. Mais il faut redresser la barre tout de suite.


L’essentiel, c’est l’aspect mental ?

 

Bien sûr. Ce que j’espère, c’est que ce qui s’est passé cette semaine nous unisse encore plus, que ça fasse un électrochoc. Je reproche depuis le début de la saison qu’on n’a pas assez d’envie et de détermination. J’espère que les événements de la semaine auront été un mal pour un bien. Il y a une bonne ambiance dans le groupe, mais on n’est pas aussi soudés qu’on l’était les années précédentes. C’est normal vu le nombre de recrues qui sont arrivées. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr