Football. Bretteville (R1) veut rester sur sa lancée

07 septembre 2017 Ecrit par 

Dernier invité en Régional 1, grâce à la victoire de Bayeux en barrage d’accession à l’échelon supérieur, Bretteville-sur-Odon fait figure de Petit Poucet au sein de l’élite régionale. Une étiquette qui n’a pas empêché les hommes de Romain Hengbart de créer une première surprise dimanche dernier face à Deauville.

 

 

Le festin a failli ne jamais se présenter, alors le LCBO croque dedans à pleines dents. Cinquième de DSR la saison passée, le club de la très proche agglomération caennaise a attendu que Bayeux se défasse de Grand-Quevilly en barrage pour pousser la porte du meilleur niveau régional. « On venait de monter de DHR, précise Romain Hengbart. L’objectif n’était pas forcément de remonter aussitôt. Mais on a fait un bon recrutement et une très bonne première partie de saison… » Deuxième à la trêve, avec seulement deux défaites concédées en douze journées, Bretteville a rapidement compris que rien n’était impossible. La refonte des championnats lui offrait une opportunité inespérée de franchir un palier supplémentaire. « Malheureusement, on a connu un frein vis-à-vis des mutations ensuite. Mais on s’est pris au jeu… » Bretteville-sur-Odon, en dépit d’une deuxième partie de saison plus compliquée, n’a pas lâché l’espoir né quelques mois plus tôt. Grand bien lui en a pris !

 

Quand il a pris les rênes du LBCO, succédant à Tony Rouillon au sortir d’une relégation en DHR, Romain Hengbart était loin d’imaginer ce scénario. « Le but était de reconstruire lors de la première année, puis de recruter des joueurs d’expérience pour remonter en DSR, le niveau qui correspond à la valeur du club. Avec du travail et de l’investissement, on a réussi à faire mieux. » Bretteville a même poussé le "mieux" en question jusqu’à une entame tonitruante face à un candidat déclaré à la montée. Deauville, secoué par une intersaison très mouvementée, s’est incliné 3-1 contre le promu. « Il y a de la fierté parce que c’était notre premier match à ce niveau dans l’histoire du club. On ne savait pas trop où on mettait les pieds. La satisfaction est d’autant plus forte que cette victoire est méritée. »

 

 

« Beaucoup de ressources mentales »

 

Pour lancer sa saison sur ces bases, à la faveur d’un doublé d’Yvert et d’un but de Leblanc, Bretteville-sur-Odon n’a rien révolutionné. Les coéquipiers de Thomas Savaroc, arrivé cet été en provenance d’Ifs, ont avant tout optimisé leurs forces. « On a su jouer avec nos valeurs, apprécie Romain Hengbart. On a montré beaucoup de ressources mentales, de solidarité. Les gars sont allés chercher cette victoire au mental, c’est ce qui la rend encore plus belle. » Plus petit budget de R1 selon son entraîneur, le LBCO récolte peut-être les premiers fruits de la stabilité prônée ces derniers mois. « On a un groupe assez jeune, précise Romain Hengbart. On a misé sur quelques éléments d’expérience pour les encadrer et apporter de la maturité. Mais par rapport aux autres équipes, on en a très peu. Quatre-cinq ont fait des apparitions en DH dans le passé, même pas des années complètes. »

 

 

Dès lors, Bretteville s’emploie à garder la tête sur les épaules, à défaut de savoir exactement « où [il] met les pieds ». « On fait preuve d’humilité. On ne veut pas faire de plan sur la comète. Notre objectif est de nous maintenir et montrer qu’on a le niveau. On espère avoir le meilleur classement possible, mais on sait que ce sera très difficile. » Avant de s’attaquer à la deuxième journée de R1 contre Vire, peut-être le favori numéro 1 au titre, Bretteville disputera le troisième tour de la Coupe de France dimanche à Houlgate. Et Romain Hengbart ne s’en cache pas, « la coupe est un objectif. Nous avions perdu sur tapis vers au cinquième tour la saison dernière, alors cela aurait dû être la première fois que le club accédait au sixième tour. On va essayer d’aller le plus loin possible et de se servir de cette compétition pour garder notre dynamique. » Les Brettevillais, en tout cas, n’entendent pas se départir de leur principale force. Elle a pour nom le collectif.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr