Bayeux dernier invité en Nationale 3

14 juin 2017 Ecrit par 
Photo Bayeux FC

Bayeux a décroché sa qualification en Nationale 3 après sa victoire 1-0 face à Grand Quevilly, dimanche après-midi. Auteurs d'un match nul à l'aller (0-0), les Bayeusains n'ont pas tremblé au retour.

 

Ce n'était pas la Ligue des Champions, mais avec sa formule aller/retour aux buts à l'extérieur valorisés, les barrages d'accession en Nationale 3 y ressemblaient presque ! « On n'a pas l'habitude de cette formule, reconnaît Christophe Vingtrois. C'était complexe à gérer. Après notre match nul à Grand Quevilly, on devait simplement gagner. Comme je l'avais dit aux gars, si on écrasait Grand Quevilly 1-0, ça m'allait tout à fait ! » Écraser Grand Quevilly 1-0, c'est ce qu'a réalisé Bayeux devant son public du stade Henry Jeanne. L'essentiel a été fait, à l'issue d'une rencontre bien maîtrisée. « On pensait que Grand Quevilly aller présenter un bloc bas pour nous contrer ensuite, poursuit l'entraîneur bayeusain. Au contraire, ils sont venus en prenant la possession du ballon dans le premier quart d'heure. » L'enjeu et la peur de ses possibles conséquences se sont ensuite invités aux débats. « On ne savait pas s’il fallait attaquer ou défendre… » Il a fallu « quelques situations sur des raids solitaires » pour que Bayeux « se réveille ». Dimitri Milon et Benjamin Renaux ont été les premiers à faire trembler le gardien grand-quevillais. Il n’a pas fallu attendre beaucoup plus longtemps pour que le premier nommé fasse ensuite trembler les filets eux-mêmes. L’ancien deauvillais a confirmé son statut d’arme majeure dans un match si attendu. « C’est avant tout un but collectif », précise Christophe Vingtrois. Un but intervenu à la 38ème minute de jeu, « logiquement », aux dires du patron bayeusain. « On a pris la mainmise sur le jeu. Il y avait un peu plus d’espace, et on a été plus dangereux. »

 

Toute la question était ensuite de savoir quelle attitude adopter. Pour Grand-Quevilly, l’ouverture du score bayeusaine ne changeait pas fondamentalement la donne. Il fallait toujours marquer un seul but pour obtenir le ticket vers la N3. Bayeux, de son côté, devait « trouver le juste milieu » dans ses intentions. « On a eu tendance à trop reculer en début de deuxième mi-temps. Pendant quinze-vingt minutes, on a eu du mal à ressortir le ballon. C’était mieux après. On était plus proche du 2-0 que du 1-1. Mais avec le jeu direct de notre adversaire, on n’était jamais à l’abri. » La seule frappe seinomarine de la deuxième mi-temps suffit toutefois à démontrer que les visiteurs n’ont pas réussi à se montrer inquiétants. La meilleure équipe sur ces matchs aller-retour est sortie vainqueur. « Le premier match avait été un combat pendant 95 minutes. [Dimanche], malgré notre jeunesse, on a su faire preuve de maturité. » Le BFC retrouvera donc le championnat de France la saison prochaine, probablement avec une équipe assez peu remaniée. « La première étape du recrutement est de conserver le groupe, précise Christophe Vingtrois. Hormis Nicolas Vrel (qui devient entraîneur à Versnon, ndlr), il n’y a pas de départ dans le groupe. On avait lancé quelques pistes (de recrutement) et on est au travail à ce sujet depuis plusieurs semaines. On va pouvoir accélérer désormais. » Bayeux espère se renforcer au moyen de « quatre-cinq éléments d’expérience » dont l’état d’esprit sera scruté. « Les valeurs humaines, c’est important. » Nul doute qu’elles sont précieuses pour monter, comme pour se maintenir !

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr