Léo Hamel, la tête et les jambes

08 décembre 2016 Ecrit par  ASPTT Caen Football

Un enfant du club, comme tant d’autres, né avec le cœur jaune et noir, et le maillot qui va avec. Un amoureux du foot évidemment, de l’ASPTT Caen encore davantage. Une carcasse longiligne qui ratisse, qui distribue, qui rameute, qui marque (des fois !), qui aime son club et tout ce qui tourne autour, tout simplement...

 

Léo Hamel représente une symbolique forte à la Hache : l’attachement viscéral à des couleurs. Et pour cause, le fils de la trésorière Fanfan a débuté tout petit (oui, Léo a été petit un jour !) et est venu arpenter les terrains des PTT dès son plus jeune âge. « J’ai commencé à l’ASPTT en débutants jusqu’en U18. En 1ère année, en cours de saison, Jeff Péron a fait appel à moi en équipe A, se souvient-il. C’était assez rare à l’époque. Lors de ma deuxième année U18, j’ai signé à Malherbe, sans contrat, en U19 Nat’ et quelques matchs de CFA avec Philippe Tranchant. » Le Stade, une étape de deux saisons supplémentaires qui lui ont permis de « connaître le CFA et connaître le fonctionnement d’un centre de formation. Une période bénéfique qui m’a permis de progresser. » Celui en qui Philippe Tranchant accordait une grande confiance se voit malgré tout prié de faire son baluchon au moment de la création du pôle élite qui a vu pas mal de ses camarades de promotion dire au-revoir à Venoix. Pour Léo, la destination est toute trouvée. Quelques encablures de Mini plus loin, Laurent Dufour lui tend les bras à une période où la remontée en DH était le pain quotidien. « Je n’ai pas plus de mérite que ça, avoue Léo. Kach, Papane, Teddy et P’tit Max s’étaient engagés. J’ai suivi le mouvement et l’aventure était en route ... » Avec au final une double accession jusqu’en CFA2, avec le seul regret de ne pas s’y être maintenu.

 

Le ballon rond oui, mais pas que. « Anima Sana In Corpore Sano » comme le met en avant un célèbre équipementier sportif (activez vos méninges !). Une maxime qui sied à ravir au grand numéro 4 des jaunes et noirs. Bac S en poche et après une fausse route de quelques mois en Ecole de Commerce au lycée Jeanne d’Arc, celui qui a empoché le titre honorifique de meilleur joueur de DH il y a deux saisons s’est orienté vers l’ESITC (Ecole d’Ingénierie des Travaux de Construction) pour un cycle de cinq ans qu’il vient de conclure il y a un mois, diplôme en poche et emploi à la clé. Chapeau bas ! Une reconnaissance tout en modestie chez l’intéressé : « je ne suis pas le seul à avoir réussi mes études. P’tit Max est également ingénieur, Thibaut Le Masson est banquier, entre autres. » Quoi qu’il en soit le jeune ingénieur des métiers du bâtiment, qui tient à associer dans sa réussite le club et plus particulièrement Laurent Dufour « pour les arrangements horaires », ses potes « avec qui je n’ai pas toujours été agréable à vivre à certains moments » et « mes parents et Yasmine ma copine qui m’ont toujours soutenu, notamment la dernière année qui a été compliquée », est un exemple pour beaucoup de par sa capacité à concilier études et activité sportive.

 

« Important de mettre l'accent sur les études »

Une forme de modèle que Léo tend à relativiser. « C’est vrai que ce n’est pas évident de concilier les deux, notamment lors des périodes de rush, avoue-t-il. Mais c’est plus facile quand ça plait, ce qui est mon cas. » Un exemple qu’il n’avait lui-même eu aucun mal à trouver, son frère Hugo ayant lui aussi marié études supérieures et pratique du football en National à Cassis-Carnoux. « Si je peux à mon tour être un exemple pour les jeunes des PTT, c’est avec plaisir. C’est également une grande fierté que de parrainer l’équipe U15 A. Ce rôle me tient à cœur, et même si j’ai été moins présent ces dernières semaines du fait de mes études, je suis attentivement les résultats des jeunes du club. D’ailleurs ceux que je croise me le rendent bien et apprécient que je vienne. »

 

L’occasion de glisser un message aux jeunes pousses qui suivent la trace du grand Léo. « Le football c’est compliqué d’en vivre, c’est donc important de mettre l’accent sur les études. Ca doit rester la priorité. Je vois des éducateurs au club qui sont vigilants sur le suivi scolaire et c’est très bien. » La théorie de la tête bien remplie pour devenir un bon footeux prend tout son sens dans les propos de la sentinelle de l’équipe première.

 

Une équipe fanion qui traverse actuellement une zone de turbulences, ponctuée de six défaites de rang. Une situation rare et indigeste. « Le football me permet habituellement d’évacuer la pression des études ou du travail. Mais en ce moment c’est plus compliqué », admet-il. Sans pour autant verser dans la sinistrose maladive. « Ce n’est pas une catastrophe non plus et je garde espoir, sans vraiment me préoccuper du classement. » La force tranquille, ce Léo ...

   

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés. Retrouvez bientôt le trombinoscope. 

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr