Football - Coupe de France. Bretteville, PTT Caen et Vire, tiercé gagnant

23 octobre 2017 Ecrit par  Bernard Guyonnet

Pas d’exploit retentissant, pas de véritable surprise non plus, une seule rencontre où la hiérarchie a été prise à contre-pied (aux tirs au but qui plus est), ce dernier tour régional de la coupe de France a fait dans le conformisme. Il  n’aura pas constitué pour autant, un long fleuve tranquille pour tous les heureux qualifiés.

 

Avant ce 6ème tour, on avait classé les huit rencontres  en deux catégories : d’un côté, quatre matches équilibrés où les chances de  qualification étaient partagées,  et de l’autre quatre matches dont l’issue ne faisait pas l’ombre d’un doute. À l’arrivée, on peut dire que les faits nous ont donné presque raison. Seule faute de goût de notre part, avec cette formidable équipe de Troarn que l’on ne pensait pas capable de tenir tête au FC St Lô. Les joueurs de Florent Cordray, soutenus par tout un village, ont tenu leur rôle de trouble-fête à merveille et n’ont capitulé que dans les dernières minutes des prolongations. Bien sûr, s’ils avaient concrétisé leurs multiples occasions (entre autres, trois poteaux et un pénalty), les Saint-Lois auraient rejoint le clan des qualifiés faciles mais avec des « si », c’est bien connu, on mettrait Paris en bouteille ou vainqueur de la Ligue des Champions… Tout simplement, les Troarnais ont bénéficié de cette chance qui ne se donne qu’aux audacieux. Audacieux dans le jeu, intelligents dans le replacement défensif et bouillants de vaillance, les « verts » ont fait honneur à leur couleur. Place maintenant au championnat où ils pourront laisser libre cours à toute cette expérience acquise lors de cette aventure en coupe. Lire ou relire notre compte-rendu et les réactions.

 

Passons vite sur les résultats attendus de ce week-end. Comme convenu, Vernon, qui présentait la plus grosse cote, n’a pas fait le poids face à Avranches. Puissent les hommes de Damien Ott piocher dans cette large victoire des raisons de rebondir en championnat. De son côté, Évreux n’a pas raté sa première sortie en tant que leader de N3. Le 4-0 infligé à St Nicolas d’Aliermont est net et ne souffre d’aucune contestation. Il faut préciser que les hommes de Dramane Dillain, en ouvrant le score dés la quatrième minute, se sont grandement facilité la tâche. De même, la qualification des postiers caennais face au petit poucet normand n’a fait aucun doute dés lors que la machine jaune s’est mise en route. L’ouverture du score en début de match par Alizay a fait l’effet d’une piqûre de rappel pour Clément Pannier et ses équipiers qui se sont vite remobilisés vers l’objectif de la qualification. Sans Dorian Le Gall, son goleador suspendu, mais avec le retour de Camillo entré à la pause et auteur d’un doublé, l’ASPTT a fait le boulot, comme on dit dans le jargon sportif. On peut même oser affirmer que les hommes de Laurent Dufour sont passés comme une lettre à la poste…

 

Après les rencontres dites faciles, place à celles qui, par leur incertitude, ont vraiment mérité ce week-end le label « Coupe de France »… Deux d’entre elles, Rouen-Gonfreville et Bretteville sur Odon-Oissel se sont achevés aux tirs au but. Entre les deux formations de Seine-Maritime qui sont à égalité au classement de National 3, on avait pressenti  que la victoire se jouerait sur des détails et que peut-être l’avantage du terrain serait déterminant. C’est exactement ce qui s’est passé… les retrouvailles avec Robert Diochon et l’inspiration d’Issa Coulibaly le portier rouennais au moment des tirs au but ont été déterminants.

 

Pour les joueurs du LCBO, qui sont en train d’écrire les plus belles pages de l’histoire du club, la qualification a été encore plus ardue. Réduits à 10 et menés 1-0 depuis le premier quart d’heure, ils ont arraché les prolongations grâce à Thomas Savaroc quelques secondes avant le coup de sifflet final puis ont résisté pendant la demi-heure supplémentaire avant la délivrance lors de l’épreuve des tirs au but. Pour les Osseliens, qui restaient sur une série de quatre succès de suite, cette élimination fait mal car le déroulement de la partie leur semblait favorable. Le paradoxe pour eux, c’est de perdre ce match aux tirs au but alors qu’ils venaient de remporter leurs deux précédents 1-0 sur pénalty… (Sport à Caen reviendra dans la soirée sur cette remarquable performance de la troupe de Romain Hengbart.)

 

Autre équipe calvadosienne à l’honneur, l’AF vire est allée chercher sa qualification au forceps sur le petit terrain de St-Marcel, formation invaincue de R2. En effet, quand les locaux ont ouvert le score, il ne restait plus que vingt minutes  à jouer et les Virois ont alors senti le vent du boulet et une élimination peu glorieuse se profiler à l’horizon. C’est Adrien Roger en capitaine exemplaire qui a sonné la rébellion et porté l’estocade finale en inscrivant deux buts en cinq minutes. St-Marcel ne s’est jamais remis de ce retournement de situation express et n’a jamais pu reprendre le fil du match. Le club du président Lécuyer renoue ainsi avec un passé glorieux qui l’avait vu entre autres recevoir l’équipe professionnelle du Havre en 32èmes de finale. C’était en février 1992 et les Havrais coachés à l’époque par Pierre Mankowski et emmenés par un certain Thierry Moreau, l’avaient emporté 3-0. Et si un quart de siècle plus tard, le tirage ramenait le HAC à Pierre Compte…

 

Dernier match de ce 6ème tour, le face à face qui opposait sur la pelouse d’Henry Jeanne l’US Granville à leurs hôtes du Bayeux FC. De par son potentiel plus que grâce à son rang actuel, la formation manchoise était légèrement favorite. Le résultat final donne raison aux pronostiqueurs mais pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’assister à cette confrontation, il faut préciser que le score aurait très bien pu passer du 2-0 au 0-2. Les Bayeusains pourront en effet regretter longtemps ces nombreuses occasions galvaudées en route ou maudire cet invincible Clément Daoudou qui, dans la cage adverse, effectua quelques arrêts décisifs. C’est assez rare à l’issue d’un match de coupe pour ne pas le signaler : il y avait beaucoup moins de sourires dans le camp des vainqueurs que de tristesse dans celui des perdants. Bayeux est éliminé après avoir réalisé une belle prestation  tandis que Granville est qualifiée en ayant joué « petits bras ». C’est  la coupe, parfois injuste, parfois  magique !… et jeudi c’est bien Granville qui aura les honneurs du tirage au sort.

 

 

Les résultats

 

 

Vernon (R2) – Avranches (N1)     0-7

Bayeux (N3) – Granville (N2)     0-2

Rouen (N3) – Gonfreville (N3)     0-0 (4-2 tab)

St Nicolas d’Aliermont (R2) – Evreux (N3)     0-4

Bretteville sur Odon – Oissel     1-1 (5-4 tab)

Troarn (R3) – St Lô (N3)     1-4 (AP)

St Marcel (R2) – Vire (R1)     1-2

 

Alizay (D1) – ASPTT Caen (R1)      1-4

 

 

Les réactions

 

Christophe Vingtrois (entraîneur Bayeux FC)

«  Nous avons tenu la dragée haute à Granville mais la dragée est restée coincée dans la gorge avec toutes ces occasions nettes ratées ou arrêtées par le gardien. Le score ne reflète pas du tout la physionomie du match ; c’est vraiment dommage d’être éliminé ainsi mais j’espère que cela nous servira de leçon pour le championnat. »

 

Cédric Hoarau (entraîneur AF Vire)

«  Match très moyen de notre part, sans doute le moins abouti de nos matches officiels cette saison. On a eu malgré tout quelques opportunités en première mi-temps que l’on a gâchées par manque d’efficacité. Notre début de seconde période a encore été moins bon et l’on a cédé logiquement après avoir subi quelques assauts adverses. Être menés au score nous a réveillés et notre réaction a fait mal puisque l’on marque coup sur coup deux buts décisifs. L’essentiel était fait. Quinze ans que le club n’avait plus connu un tel parcours en coupe. On remercie les gens de St-Marcel pour leur accueil et l’ambiance qu’ils ont mis dans les tribunes, et également nos supporters qui ont effectué ce long déplacement. Pour le prochain tour tout le monde rêve d’une Ligue 2 à Vire… mais pourquoi pas un tour de plus ? »

 

Laurent Dufour (entraîneur ASPTT Caen)

« Nous entamons très mal ce match en concédant un pénalty mais l’équipe a eu ensuite une belle réaction et a parfaitement maitrisé son sujet en inscrivant 4 buts. Bravo à Alizay pour son parcours et son accueil ! Maintenant, place au 7ème tour en espérant tomber sur la plus petite équipe possible afin de tenter de continuer cette aventure. »

 

 

Le 7ème tour

 

Le tirage au sort des matches du 7ème tour programmés le week-end du 11 Novembre, aura lieu le jeudi 26 Octobre au siège du CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français) dans l’enceinte du stade Charléty à Paris. Ce 7ème tour verra l’entrée en lice des clubs professionnels de Ligue 2. Ils sont donc 10 clubs normands concernés par ce tirage :

 

L2 : Le Havre, Quevilly R.M.

N1 : Avranches

N2 : Granville

N3 : Evreux, St Lô, Rouen

R1 : ASPTT Caen, Vire, Bretteville sur Odon

 

On constate que la Manche maintient ses trois clubs phare dans la compétition, que le Calvados est représenté par trois clubs de R1 (les trois premiers du classement) et que l’Eure et la Seine Maritime ne comptent plus qu’un seul représentant du monde amateur.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr