Football. Bretteville, la sensation

23 octobre 2017 Ecrit par 

Football. Bretteville-sur-Odon (R1) – Oissel (N3) 1-1 (5-4 tab), 6ème tour de la Coupe de France. Belle surprise du début de saison en Régional 1, dont il était l’invité de dernière minute, Bretteville-sur-Odon a fait encore mieux dimanche après-midi. Les Brettevillais ont créé la sensation en éliminant Oissel de la Coupe de France avec brio.

 

Il paraît que la Coupe de France révèle la vraie valeur d’un groupe, plus sur l’aspect humain, si précieux en pareilles circonstances, que sur le seul plan du jeu. Joueurs et staff de Bretteville-sur-Odon ne diront probablement pas le contraire après la performance qu’ils ont réalisée devant Oissel. Pensionnaire de l’étage inférieur, le LCBO ne s’est pas contenté de faire tomber plus fort que lui. Il y a ajouté un scénario hors-norme. « Ce qu’on a réalisé est un véritable exploit au regard de la physionomie du match », estime Romain Hengbart. Difficile de lui donner tort.

 

Bretteville égalise à 10 contre 11 à deux minutes de la fin

 

Menés dès la 13ème minute de jeu à la suite d’une erreur individuelle, les Brettevillais étaient encore derrière au panneau d’affichage quand Lucas Connan a été prié de quitter la pelouse. Réduit à dix alors qu’il ne restait que cinq minutes à jouer, Bretteville voyait ses chances de qualification diminuer proportionnellement. Les Calvadosiens, qui avaient frôlé l’égalisation juste avant quand Jonathan Burek avait trouvé la barre transversale, ne se sont pourtant pas résignés. « Comme on répondait présent dans le jeu, on savait qu’on aurait l’opportunité d’égaliser, expose l’entraîneur local. On y a toujours cru, même à 10 contre 11. Ils avaient un peu plus le monopole du ballon, mais on a avait plus d’occasions franches qu’eux. On sentait qu’on pouvait renverser le match à tout moment. »

 

 

Rarement mis en danger, Bretteville devait faire le plus dur, marquer pour rester en vie dans cette Coupe de France. C’est Thomas Savaroc, sur un coup-franc de Thibaut Crétien, qui s’est chargé de délivrer les siens à la 88ème minute. Les représentants de Régional 1, division qui n’a pas connu de perte au sixième tour concernant le Calvados (Vire et l’ASPTT Caen sont aussi passés), ont ensuite bataillé ferme pour s’offrir une séance de tirs au but. Le périlleux exercice a fini par leur sourire. « Le sixième tour était déjà historique pour le club, alors le septième l’est encore plus, salue Romain Hengbart. Cette qualification résume notre état d’esprit. On a gagné grâce à des valeurs. On monte en puissance parce qu’on a des misé sur des joueurs ayant un super état d’esprit, qui jouent pour l’amour d’un maillot.  Il y a une équipe extraordinaire. »

 

Un gros morceau espéré

 

Extraordinaire, et extraordinairement motivée au moment d’aborder la Coupe de France cette saison. Éliminés sur tapis vers la saison dernière alors qu’ils avaient réussi à franchir l’obstacle du cinquième tour, les Brettevillais avaient soif de revanche cette année. « Dès notre premier match, au deuxième tour, on s’était donné l’objectif de jouer ce sixième tour qu’on n’avait pas pu jouer l’année dernière pour des problèmes administratifs. On n’a pris aucun match à la légère. » Désormais, le quatrième de Régional 1 rêve de rencontrer un gros, à savoir une équipe de Ligue 2. Le tirage au sort aura lieu jeudi 26 octobre à Paris.

 

Bretteville ne devra pas chômer en attendant ce rendez-vous. Dimanche, les Brettevillais disputeront un match de championnat important contre Tourlaville. Ils devront ensuite rejouer le match de la quatrième journée face à Pointe-Hague, puis ils iront à Flers le 4 novembre. « On va avoir trois matchs en dix jours. Il va falloir très vite se reconcentrer. Le risque de relâchement existe, mais j’ai des garçons intelligents. Ils savent que ce sont leurs prestations en championnat qui conditionneront leur participation au septième tour de la Coupe de France. On va très vite se remettre dans notre quotidien. La priorité reste le championnat. » Le septième tour de la Coupe de France, qui marque l’entrée en lice des clubs de Ligue 2 et la fin des tirages régionaux, est programmé le week-end des 11 et 12 novembre. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr