Football. Manu Suriam sera comme à la maison

23 septembre 2017 Ecrit par 

Football. ASPTT Caen – Mondeville, 4ème tour de la Coupe de France (ce soir, 18h30). Le tirage au sort du quatrième tour de la Coupe de France a réservé un derby extrêmement prometteur entre l'ASPTT Caen et l'USON Mondeville. Une affiche particulière pour les joueurs passés par les deux clubs, dont le Mondevillais Manu Suriam.

 

Quelques mois après être parti sous d'autres cieux, Manu Suriam est (déjà) de retour à la maison ! Le joueur offensif, capable de jouer aux avants-postes ou sur une aile, retrouvera ce soir un stade qu'il connaît comme sa poche. « Revenir à la Hache avec un autre maillot, ça me fait bizarre », reconnaît-il. Après quatre riches années passées sous les ordres de Laurent Dufour, marquées par deux ascensions et une relégation, Manu Suriam a pris un nouveau virage cet été. Il a rejoint Mondeville, promu en National 3 après avoir survolé le championnat de DH où il évoluait la saison passée. « Mondeville m'a appelé assez tôt en fin de saison dernière via Laurent Glaize, raconte le sympathique étudiant en STAPS. Je n'étais pas du tout focalisé sur le fait d'aller là-bas, par contre je voulais voir autre chose. Laurent (Dufour) savait que je n'allais pas rester si on ne montait pas. Je voulais regoûter à l'ex-CFA 2 sans pour autant délaisser mes études. »

 

Dès lors, et malgré les contacts avec d'autres clubs de National 3, l'option Mondeville est apparu de loin comme la plus cohérente. La proximité géographique, « les six entraînements par semaine me permettant de progresser plus vite » et « le projet ambitieux » ont constitué autant d'arguments convaincants. « En plus, je connaissais la maison, pour avoir joué trois ans en U15, et je savais que Samuel Aubry et Tony (Rouillon) allaient pouvoir m'apporter quelque chose. » Titulaire à Gonfreville et Dives, remplaçant contre Pacy et Saint-Lô, Manu Suriam se sent monter en puissance dans un effectif ou qualité et quantité vont de pair. « Les premiers matchs en championnat ont été compliqués. J'ai dû digérer le changement d'environnement, d'entraîneur, etc. Il fallait que je retrouve une coordination avec mes nouveaux coéquipiers. Depuis Saint-Lô, je sens que mes aptitudes physiques sont revenues, et la confiance aussi. Je commence à être en forme ! »

 

« Une pression positive »

 

En signant à Mondeville, Manu Suriam n'a pas eu peur de la remise en question. Il se sait confronté à une concurrence plus importante. « Quand je suis arrivé aux PTT, c'était pareil, se souvient-il. Il y avait Teddy Gervais, Jordan Desclos, etc. J'avais envie d'être de nouveau confronté à cela ici. Cela motive pour travailler encore plus. On ne peut pas relâcher les efforts. C'est pareil pour tout le monde et cela se ressent dans l'intensité à l'entraînement. » En revanche, le feu-follet n'a pas retrouvé, jusqu'à présent, un niveau semblable à celui qu'il avait découvert il y a deux ans en CFA 2. « J'avais été blessé six mois, mais je pense que le championnat était plus fort. Le groupe était plus relevé, avec des équipes parisiennes aux gabarits très costauds. Ça allait encore plus vite. »

 

En ce début de saison, le championnat alterne avec la Coupe de France. Et les ambitions de l'USONM ne s'arrêtent pas au seul National 3. « On veut finir le plus haut possible en championnat mais la coupe fait aussi parti de nos ambitions. On espère pouvoir rencontrer un club professionnel. » Dès lors, le court déplacement aux PTT est pris très au sérieux. « Perdre là-bas serait une contre-performance. Mais on sait que c'est une équipe en forme, dont le nouveau projet démarre bien. Je connais bien Laurent (Dufour), je sais qu'il va motiver ses joueurs et qu'ils proposeront une opposition relevée. » Vainqueur 17-0 d'une équipe de district, Berd'huis, au tour précédent, Mondeville n'aura pas le droit de baisser la garde un seul instant ce soir. Manu Suriam, comme son camarade Maxime Roynel qui a suivi le même chemin cet été, sera particulièrement concerné. « Je n'ai pas envie de faire un mauvais match et qu'on me charrie derrière. J'ai une petite pression positive. »

 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr