Avranches sort la tête haute

05 avril 2017 Ecrit par 

L’aventure s’est achevée ce mercredi soir pour l’US Avranches. En quart de finale de la Coupe de France, les Avranchinais n’ont rien pu faire face au PSG, vainqueur 4-0 (0-1 à la mi-temps) dans un stade d’Ornano tout acquis à la cause bleue. Avranches a tenu 35 minutes avant de céder sous les coups de boutoir d’Hatem Ben Arfa (deux buts et une passe décisive) et de ses camarades. Lucas et Pastore ont également marqué. Les Manchois ont toutefois montré un visage séduisant dans l’état d’esprit, bien sûr, mais aussi dans la qualité du jeu produit. Les réactions de Damien Ott et Unai Emery.

 

Damien Ott, entraîneur d'Avranches : « On va retenir la fête. Quand tu sors à l'échauffement, ça remue. Après, tu es dans ton match. J'ai adoré que le public nous suive. On avait peur de prendre une grande déculottée, on ne l'a pas prise. On est très fiers d'avoir été autant courageux. Il faut relativiser. Le PSG n'a pas mis le même re rythme qu'en Ligue 1 ou en finale de la Coupe de la Ligue. Tant mieux pour nous. Je suis fier de mes joueurs, fier de notre parcours. Il fallait qu'en essaye de rester cohérents et volontaires. J'espère que c'est l'image qu'on a donnée. Il fallait se dégager du score.

 

Pour Paris, 4-0, le travail est bien fait. Ils ont été professionnels. On va retenir tout ce qu'on a fait avant, surtout l'immense plaisir d'avoir joué devant 20 000 normands. J'avais réellement peur d'un gros écart à la fin, il n'a pas eu lieu. L'infime regret, c'est qu'on pousse et qu'on prend le deuxième but sur une perte de balle au milieu de terrain, on se fait contrer. C'est quand même énorme de prendre un but sur un contre du PSG (sourire). Ça les a bien aidés à terminer le match posément et tranquillement. L'autre petit regret est de ne pas avoir marqué. On a pourtant essayé.

 

Faire une analyse footballistique serait prétentieux de ma part. Tout est à relativiser. On n'a pas vu des joueurs parisiens à 100% de leur détermination. Leur classe et leur talent suffisent pour en mettre quatre à Avranches. L'investissement d'Emery m'a séduit, il était chaud ! Je retiendrai ça. Il envoyait (sourire). Je suis satisfait du courage, relativement satisfait de l'organisation collective mise en place, mais ça ne suffit pas. J'espère que ça va suffire pour se maintenir.

 

Témoigner de ce genre d'abnégation, de courage et de détermination doit nous servir pour s'en sortir. Le National est un championnat immensément dur. Est-ce que ce match du PSG va nous aider ? Je n'en sais rien. Il faut profiter de ce moment-là pour se ressouder encore plus. »

 

Unai Emery, entraîneur du PSG : « Mes félicitations à Avranches, qui a fait un beau parcours dans cette Coupe de France. Le stade était plein, je pense que c'est une belle chose pour cette confrontation. Nous avions regardé les matchs d'Avranches. C'est une équipe offensive qui joue avec beaucoup d'envie. Ils ont poussé en première mi-temps. Ce n'était pas facile de jouer et de montrer notre supériorité. Le premier but nous a fait du bien. L'équipe a progressé au long des 90 minutes. »

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr