craf2s sportacaen4

Morgan Hardoin : « Bien sûr que j’y crois ! »

05 janvier 2017 Ecrit par 

À la suite d’une longue procédure administrative, le SU Dives-Cabourg avait finalement gagné son combat dans les bureaux de la Fédération française de football afin d’accéder au CFA2. Quelques mois plus tard, quel bilan peut-on faire de cette première partie de saison ? Pour nous éclairer, Morgan Hardoin, défenseur au sein de l’écurie calvadosienne.

 

Ogre du football régional pendant plusieurs saisons, le « SUD », comme on l’appelle, était devenu trop grand pour la Division d’Honneur. L’an passé, il a survolé le championnat en finissant dix points devant son dauphin avranchinais avec en bonus la meilleure attaque ainsi que la meilleure défense. En toute logique, les hommes de Philippe Clément allaient passer de grand club régional à petit club national, sauf que l’imbroglio administratif a longtemps mis en balance la progression du club, qui a même disputé deux matchs de DH cette saison. L’équipe fanion a finalement été transférée dans le groupe F de CFA2, avec en cadeau plusieurs déplacement dans le sud-est de la France et en Corse. Une issue heureuse à laquelle les joueurs ont toujours cru, notamment grâce au discours du coach : « Le coach a toujours tenu un discours optimiste concernant la montée en CFA2 et nous a tous convaincus. Il nous avait dit que si on souhaitait partir, chacun aurait sa lettre de sortie et pour preuve que tout le monde y croyait, personne ne l’a demandée. Le groupe s’est préparé comme si nous étions au cinquième niveau national. Après, il est vrai que quand nous avons commencé ce championnat, les équipes étaient déjà cinq matchs joués et étaient beaucoup plus rodés que nous », nous glisse Morgan Hardoin.

 

« Préparés pour le CFA2, pas la Ligue des Champions »

 

Oui, car si la première journée de championnat a eu lieu le 20 août, les Divais n'ont quant à eux lancé officiellement leur saison que le 1er octobre, soit plus d’un mois après les autres. Un retard qui les a contraints à adopter un calendrier européen, avec notamment trois matchs disputés le mercredi soir. Pas forcément le plus évident pour s’installer dans une nouvelle division : «  Comme je vous le disait avant, on était préparé à jouer en CFA2 mais sûrement pas la Ligue des Champions, et les derniers match du mois de décembre, on a ressenti pas mal de fatigue. » Après trois mois de compétition, le SUD a donc disputé dix matchs et récolté sept points, dont une victoire à Borgo, en Corse. Un bilan comptable certes loin de faire sauter au plafond le club normand, qui ne s’avoue toutefois pas vaincu, puisque tout n’est pas à jeter, loin de là : « C’est sur que le bilan comptable n’est pas exceptionnel, mais ce que l’on produit sur le terrain est encourageant. Chaque week-end (et chaque mercredi) où l’on jouait, on voyait une équipe du SUDC solidaire et qui jouait un football de qualité. Après, les résultats ne sont pas encore en notre faveur mais ça viendra j’en suis persuadé. » Avec un à deux matchs de retard sur ses adversaires, Dives pointe à l'avant-dernière place de sa poule. Les deux équipes qui le précèdent sont à un point. Devant elles, en revanche, le trou est fait. Clermont et Aurillac comptent quatorze unités au compteur... et toujours deux matchs de plus.

 

« Être plus efficace »

 

La phase retour s’avère déterminante pour que le SUD sauve sa peau. Le club compte encore quelques matchs de retard, dû au brouillard qui est lui aussi venu mettre des bâtons dans les roues divaises. Il faudra prendre plus de points, mais pour cela, pas question de changer la philosophie de jeu, juste ajouter un brin d’efficacité : « Il faudra continuer à produire du beau jeu pour que nos supporter continuent de venir nombreux au stade. Ensuite, on devra être plus efficace dans les deux surfaces : pour prendre moins de buts et pour en mettre plus au fond. On a un groupe qui vit bien avec un très bon niveau. Maintenant, on va sortir de cette euphorie de la montée et de nos matchs tous les trois jours. De mon point de vue, on peut battre n’importe quelle équipe et il faut s’en persuader. » Revenu au club après un passage par la réserve du Stade Malherbe, Morgan Hardoin connaît bien cette division, et croit dur comme fer au maintien de son équipe : « J’y crois, c’est ma quatrième saison à ce niveau et après deux maintiens gagnés lors de la dernière journée, je suis vraiment optimiste concernant la suite des événements. On va montrer qu’on mérite notre place dans ce championnat car notre groupe a les qualités pour se maintenir. »

 

C’est tout ce que l’on souhaite au SU Dives-Cabourg, d’autant plus que si le maintien divais se conjuguait à un basculement dans la poule nord-ouest, on alors pourra définitivement dire que justice sera faite.

Parrain Rubrique - CFA 2

     

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés. Retrouvez bientôt le trombinoscope. 

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr