craf2s sportacaen v2 4

Baptiste Guyonnet : « En CFA 2, il y a peu de place au romantisme »

14 juin 2016 Ecrit par 

L’ASPTT Caen ne sera restée qu’une saison à l’échelon national. L’aventure s’est achevée à Ajaccio sur une note à la fois frustrante, car la descente en DH n’était pas inéluctable, mais également prometteuse car les jeunes ont montré beaucoup de qualités et souvent offert de belles prestations. Baptiste Guyonnet, du haut de ses douze saisons consécutives au niveau fédéral, et avant un départ annoncé de l’ASPTT, nous a accordé un dernier entretien qui a valeur de bilan pour cette saison en CFA 2.

 

Baptiste, penses-tu, après coup, que le maintien était jouable ou au contraire au dessus de vos moyens ?

Quand on descend, c’est forcément qu’il a manqué quelque chose. Disons que la marche entre la DH et la CFA 2 était un peu trop haute pour nous. Mais c’est vrai que l’équipe a souvent rivalisé avec ses adversaires et qu’il n’a pas manqué grand-chose pour atteindre l’objectif du maintien.

 

Justement, qu’a-t-il manqué à votre équipe pour accrocher le bon wagon ?

Peut-être un tueur devant… mais on n’en possédait pas, donc inutile de palabrer là-dessus. Disons qu’avec l’effectif dont on disposait, il y avait malgré tout la place pour éviter la relégation. Mais pour cela, on avait besoin de toutes nos forces vives. La longue suspension de Kevin Lecacheux et la blessure de Pierre Sorin nous ont beaucoup handicapés car ce sont deux joueurs expérimentés qui savent tenir une défense.

 

Tu étais le joueur le plus expérimenté du groupe. As-tu réussi à faire passer des messages à tes jeunes équipiers ?

En début de saison, certains pensaient qu’il suffirait de reproduire les bons matches de la saison précédente. On les a mis en garde par rapport au changement de niveau de jeu. Les plus intelligents ont vite pris conscience qu’il fallait se remettre en cause et proposer un autre investissement qu’en DH, car en CFA 2, ça va plus vite, plus haut, et outre l’aspect athlétique, les équipes sont solides et bien organisées. Il y a peu de place au romantisme. Je peux dire que globalement mes équipiers ont été attentifs aux conseils, notamment dans l’organisation de jeu, le placement et le replacement.

 

Bien que milieu défensif, tu finis meilleur buteur (8 buts) de l’équipe. C’est une belle performance à ton actif mais n’est-ce pas un peu, un aveu d’impuissance pour l’équipe ?

Je précise que je partage ce titre avec p’tit Max Roynel… Bien sûr, finir meilleur buteur de l’ASPTT me fait plaisir mais il faut bien dire que je n’ai pas, non plus, réalisé des prouesses. C’est vrai que mes statistiques personnelles masquent en partie l’insuffisance de l’équipe sur le plan offensif. Mais n’oublions pas qu’un but est d’abord le fruit d’un travail collectif, alors peu importe le nom de celui qui marque.

 

Malgré la relégation, cette saison restera-t-elle un bon souvenir ?

Je connaissais le club, les dirigeants, la plupart des joueurs. Je ne débarquais donc pas en terre inconnue mais je n’ai pas été déçu. C’est un club sain qui met la formation au cœur de son projet et je trouve ça respectable. Je ne suis pas arrivé aux PTT avec un statut d’ancien combattant ni avec l’intention de me mettre en avant mais simplement avec l’idée d’aider l’équipe à évoluer dans son projet de jeu. Je n’ai pas connu de problème d’intégration et les rapports avec les autres joueurs, et avec le staff technique, ont été facilités par cette ambiance chaleureuse. Malgré nos déboires au classement, je n’ai jamais regretté d’avoir signé ici et je garderai un bon souvenir de la saison.

 

On dit que le maintien des PTT en CFA2 n’aurait pas changé ta décision de partir. On parle de ta signature à Drancy. Qu’en est-il ?

Premier point : je quitte les PTT parce que je déménage sur la région parisienne. C’est uniquement un choix de vie personnel et non pas une décision liée au football.

Deuxième point : comme j’avais encore envie de jouer à un bon niveau j’ai cherché un club susceptible de me recruter et aujourd’hui effectivement je peux annoncer que j’évoluerai la saison prochaine à la JA Drancy en CFA où je vais retrouver Julien Lugier qui était notre préparateur physique à Cherbourg en National ainsi que Clément Lumé, l’ancien gardien d’Hérouville. Relégation ou pas des PTT, ça ne changeait rien à ma décision sauf que j’aurai, bien entendu, préféré partir sur un maintien.

 

Que peux-tu souhaiter à l’ASPTT ?

J’espère que Laurent va garder tous ses joueurs car avec l’expérience emmagasinée cette saison, l’équipe devrait être performante pour remonter très vite à l’échelon national. Je suivrai attentivement les résultats et l’évolution des garçons car il y a beaucoup de talents… mais je tairai les noms pour ne pas faire de jaloux.

Parrain Rubrique - CFA 2

     

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr