Volley : dur démarrage pour le VCH

24 octobre 2016 Ecrit par 

Après une première saison rondement menée au 3ème niveau français, le club calvadosien entamait ce dimanche sa saison à domicile. Après trois défaites inaugurales à l’extérieur, le maigre point de consolation de la défaite au tie-break risque de ne pas satisfaire les troupes du nouvel entraineur Jacques Demiselle. Cruelle défaite au bout du bout face à Sartrouville et ses deux ex-internationaux français.

 

Un contexte difficile mais excitant

On savait cette poule de N2 complexe et relevée. Hérouville avait d’ailleurs entamé sa campagne 2016-2017 par trois déplacements à Tours, Harnes et Tourcoing et des scénarios similaires pour échoir à des défaites 3 sets à 1. L’occasion était belle de lancer les troupes dans une salle Daniel Huet une nouvelle fois copieusement remplie face à Sartrouville.

 

Sartrouville, c’est la belle histoire du club qui démarre en Départementale 12 et qui monte tous les ans jusqu’en N3 et là, le projet du club semblant séduisant et ambitieux, le magicien de dessin animé Mathias PATIN, ni plus ni moins que l’ex-passeur de l’équipe de France, 122 sélections qui prend les rênes de l’équipe pour continuer l’ascension… Cette année, c’est un second ex-bleu en la personne de Sébastien Frangolacci, 99 sélections seulement, qui rejoint les rangs des Sartrouvillais.

Autant dire que la bouchée serait indigeste pour les Normands car le reste de l’effectif est très cohérent, appliqué, jamais dans le « too much ».

 

Un match au couteau comme souvent à Daniel Huet

Les joutes sont en effet fréquemment endiablées à Hérouville et ce combat-là n’y dérogera pas. Round d’observation très court dans le premier set. Le message du passeur local Benjamin Meuriot est sympa en ce début de match : «  j’ai une mule au centre, il va falloir bloquer messieurs les parisiens ». Nicolas Moudingo teste en effet rapidement l’élasticité du cuir pour envoyer deux tartelettes bien pimpantes. A 9/8, un point disputé semble libérer les équipes et c’est une belle série du passeur jumper qui permet au VCH de se détacher. Ce premier set sera celui du Moudingue on fire. Une 4ème attaque en fixe et beaucoup d’autorité sur une « No Bidouille Allowed » permettent à Hérouville de garder cette petite avance. C’est Max Le Berre qui conclut 25/22.

 

volley her sartrouveille2 1617

 

Dans le second set, Mathias Patin fait tourner un central et cela porte ses fruits. Hugo Le Berre est chatouillé en réception et laisse sa place à Niels Philippe Daniel qui fait une belle rentrée. Malgré un passage en tête à 21/20, le VCH devra céder 27/25 face à une bidouille victorieuse du pointu adverse. Rétrospectivement, on peut se dire que ce set fut clef.

 

Dans le troisième opus, les jambes bas-normandes se font lourdes et, malgré quelques fulgurances et l’absence de bas de contention, on sent que les chevronnés sartrouvillais ont pris la mesure de la réception. Cette équipe est bien sympathique et ne paie pas de mine mais, à bien y regarder, Sébastien Frangolacci et Yann Briet, le pointu expérimenté ne font pas de fautes et entassent les points inexorablement. 25/20 pour Sartouville qui mène 2 sets à 1… Sam Haddeck, solide dans les deux premiers sets, s’est fait chatouiller par les variations flottantes des expérimentés sartrouvillais.

 

L’histoire semble bégayer avec ces #&$*ùù$ de défaites 3/1 mais l’usure est sensible côté VCH. La réception se fait hésitante, les choix d’attaques moins nombreux, on connait la chanson et on use un peu trop de la bidouille, c’est mignon mais par trop stérile.

 

Réaction dans le 4ème set du coach Demiselle qui lance dans l’arène deux fauves privés de viande rouge depuis quatre jours, Gauthier Letaley, remplaçant un Antoine Bachelet accaparé par de sombres histoires d’épingles nourrices et Antonin Desheulles, jeune pile électrique au bras qui démange. A 10/10, les deux nouveaux entrants, shampouineurs de luxe, donnent un supplément d’âme, un accès de fraicheur qui mène le VCH aux devants de ce 4ème set.

18/16 pour Hérouville, scène coquace avec une mine envoyée en pleine poire par Gauthier sur le pointu adverse Briet qui… lui rend la pareille sur le point suivant en testant la mâchoire du central. Sourire complice entre les deux belligérants, ah c’est beau le sport quand la testostérone est utilisée à bon escient et que les sportifs ne défaillent pas au moindre coup (amis footballeurs, nous vous saluons).

Bref, Briet et Frangolacci distillent leurs smashs croisés à l’envie, le passeur Sartrouvillais délaissant complétement ses centraux. Letaley, comme un symbole, bloque hardiment les banlieusards parisiens pour offrir une balle de set, brillamment convertie en 1ère main par Benjamin Meuriot, malin et chambreur. Nous aurons donc droit à un tie-break ravissant les ultras chauvins supporters, tambourinant, s’égosillant mais surtout priant pour une issue favorable.

 

volley her sartrouveille5 1617

 

Ah, ce tie-break, idéalement démarré entre Antonin Desheulles, Nicolas Moudingo et une des premières fautes du pointu Friet, le peuple hérouvillais entame des chants guerriers dignes de leurs ancêtres vikings mais voilà, ce match s’achève un brin en eau de boudin dans le money time avec des occasions manquées, des smashs bidouillés et par une cruelle défaite 15/12.

 

La tronche chez les hôtes, de francs applaudissements du public fair play. Bilan comptable mitigé avec le premier point arraché mais pas mal de questions qui demeurent.

 

On sent en effet moins de punch chez les briscards du VCH. Pas tant de points facilement remportés, sans doute la faute à un bloc adverse pas si haut mais freinant beaucoup de ballons. De bonnes choses sur quoi s’appuyer tout de même avec l’apport du banc qui donne un peu de profondeur à l’effectif, un soulagement sur le coaching pour le passeur. Il faudra cravacher.

 

Deux nouveaux déplacements avant une série décisive de quatre réceptions à la maison donneront le ton sur les chances de maintien. Hérouville pointe comme lanterne rouge mais, dans une poule affichant la moitié des matchs au tie-break, son sort se jouera souvent à des détails, à vous d’être malins  messieurs !!

A noter la présence de nombreux sportifs de la place caennaise dans les tribunes, on dirait bien que le volley se fait une place dans les places à spectacle du WE sportif caennais. RDV le 20 novembre prochain à 14h à Daniel HUET.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr