craf2s sportacaen4

Volley : Hérouville vainc Poitiers et rempile en N2

10 avril 2016 Ecrit par 

En tête de sa poule de play-downs avant cet antépénultième match de la saison, Hérouville recevait la lanterne rouge Poitiers pour entériner une année supplémentaire en N2. Contrat rempli à Daniel Huet en ce dimanche orageux.

 

En effectif restreint à 8 joueurs, Poitiers se savait d’ores et déjà condamné à un retour en N3. C’est donc dans un état d’esprit relâché et souriant que la réserve de la prestigieuse équipe de Poitiers débutait cette rencontre. Une fois n’est pas coutume, le VCH rentrait tôt dans son match et Moudingo traçait son premier trou dans le gymnase au centre tandis que Maxime Le Berre entamait une série rageuse à 3m. De l’application, une réception dynamique et plutôt propre, Antoine Bachelet distillait un service flotteur casseur pour mener 13/8.

 

A 16/12, le public Hérouvillais est bien là mais, dans la foulée d’un Falafala qui sort peu à peu de sa léthargie initiale pour tenter de réveiller les taupes qui sommeilleraient sous le gymnase Daniel Huet, Poitiers grapille et recolle au score. Le jeu se fait champagne dans le money time, les défenses héroïques et Moudingo contribuent largement à conclure ce premier set dans la douleur 27/25.

Malgré une belle entame, Hérouville est retourné dans ses travers en baissant de qualité à la réception. Le soufflet de l’enthousiasme inaugural est retombé doucettement mais la fin du premier acte fut heureuse.

 

Place au deuxième acte qui montre un Poitiers bras ballants à l’instar d’un Soane Falafala qui baisse la tête et passe en mode destruction des abords du terrain. Notons qu’entre le premier et le second temps mort technique, les Poitevins n’auront pas marqué un point. Les rayures poitevines font office de tenue de bagnards tant le joug des attaques hérouvillaises les laisse dans leur marasme.

16/7 donc pour les locaux mais c’est le moment choisi pour démarrer une sieste. Dans ces cas-là, il y a toujours un énergumène qui ne veut pas dormir. Nielsou Philippe-Daniel jouera ce rôle, en pleine bourre devant son fan-club et participera grandement à une conclusion heureuse 25/17 pour mettre le VCH en posture favorable.

 

Le public se frotte les mains de cette avance de 2 sets et on se dit que Poitiers n’a pas les armes pour empêcher le VCH de conclure.

C’est sans compter sur les vieux démons des banlieusards caennais qui ressurgissent et voici Poitiers relancé car pas achevé. Moudingo est bien servi par Benjamin Meuriot au centre et tente une greffe de ballon en lieu et place du poumon droit du libéro adverse, ce sera un rejet mais un point pour maintenir le VCH à flots 16/17. L’entrée en jeu de Bastien Barraquet de retour de blessure n’y fera rien, c’est bien ce diable de Falafalafellfallen qui tombe sur Hérouville et met une boite victorieuse 20/25 pour Poitiers !

 

Contraints à disputer un 4ème set, Falafala tente lui aussi la greffe de ballon sur Sam Hadeck, libéro local mais c’est aussi un rejet. A 6/7, le public Hérouvillais chambre gentiment un remplaçant poitevin pompant allégrement avec un entrain intrigant. Le jeune homme, surpris dans son entreprise, se verra pris d’une crise subite d’érection de son majeur en direction du public. Mal lui en a pris car l’arbitre, ithyphallophobe depuis de longues années, le réprima à juste titre d’un carton rouge.  Pas assez pour ternir la bonne ambiance de ce match, le malotru ne se remontrera pas du match.

 

Si les biberons tardifs altèrent la lucidité d’un Hugo Le Berre jeune père, les Hérouvillais trouveront les ressources pour s’éviter un tie-break périlleux et concluront ce set et le match par la même, 25/21. C’est bien du soulagement qui s’expulse dans les cris de joie des Normands. Personne n’aurait compris une défaite face au dernier, affublé d’une tenue de la Juventus de Turin et renforcée par un libéro de l’Atletico de Madrid !!!

 

maxsam lit

 

A peine sorti de son match, Benjamin Meuriot s’adonne avec beaucoup de bienveillance à une analyse à chaud : « On joue évidemment plus fort contre les équipes fortes. Pas assez de sérénité contre les équipes que l’on doit battre. Leur pointu Falafala est performant mais on doit maintenir une réception et une relation passe attaque plus homogène pour se rendre la tâche plus facile. »

 

Le passeur-coach souligne la pression qui se sent sur le terrain, la bonne réaction de l’ensemble de l’effectif et le très bon match de Niels Philippe-Daniel. « Il fait un énorme 4ème set et nous avons vraiment besoin de ces rotations qui apportent au groupe. »

 

Deux matchs encore au programme avec un déplacement à Royan le 16 avril et la réception finale de Fleury le 24 avril pour clore cette poule de play-downs en apothéose.

toupie lit

   

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés. Retrouvez bientôt le trombinoscope. 

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr