Johan Paco : « Tout est ouvert »

26 novembre 2013 Ecrit par 
Hérouville a enregistré sa troisième victoire consécutive samedi soir en atomisant Chartres à domicile (21-9). Les Marsouins, battus une seule fois cette saison par le leader bordelais, grimpent sur la troisième marche du podium. Ils comptent bien y rester jusqu'au bout. Interview de Johan Paco, l'entraîneur hérouvillais.


Interview réalisée lundi soir sur les ondes de TSF98 dans le cadre de l'émission Lundi Sport, présentée par l'équipe de Sport à Caen.


Votre équipe a remporté son troisième match de suite contre Chartres, la plus large (21-9). Est-ce la preuve d'une montée en puissance ou plutôt révélateur de la faiblesse de l'adversaire ?

C'est dû à la faiblesse de l'adversaire. Sur les premiers matchs, on a rencontré les grosses équipes. On a fait deux matchs nuls et perdu un match de jeu chez le leader Bordeaux (10-8). Dans la deuxième partie des matchs allers, on rencontre des équipes jouables. C'est pour cela qu'on enchaîne trois victoires de suite. J'espère que ce n'est pas fini.


Que pensez-vous de ce début de saison ?

C'est un bon début de championnat. On a fait des bons matchs contre de bonnes équipes. Je pense qu'on n'était pas attendu à ce niveau-là. Il y a plusieurs raisons à cela : de bonnes recrues, un groupe réduit donc des joueurs plus concernés et du bon travail.


Vous jouerez contre Longjumeau samedi prochain, un adversaire plus coriace que Chartres mais largement à votre portée...

C'est ça. Ce sera un match plus difficile parce que d'abord ce sera à l'extérieur, or on part rarement au complet. Longjumeau nous attendra. Ils ont envie de nous battre pour faire un petit exploit. C'est à nous d'être vigilants. Si on veut garder notre place sur le podium, ce sont des points qu'on doit aller chercher. Il faut rester concentré.


Terminer sur le podium, c'est clairement votre objectif ?

Ça serait une belle performance. On l'a fait il y a trois-quatre ans lors de notre deuxième année en N2. C'est important pour l'équipe, les joueurs, le club. Ce n'est pas un palmarès, mais on s'en rappelle. Ça marque les esprits. Tout est ouvert. On peut finir quatrième, troisième, deuxième. Premier, je n'y crois pas trop.


À moyen terme, Hérouville peut-il avoir de l'ambition au niveau supérieur ?

À court et moyen terme, il est difficile de voir au-dessus de la Nationale 2 parce que ça devient professionnel. C'est un autre monde structurel, avec des joueurs payés, des étrangers... Il ne faut jamais dire jamais. À long terme, il peut y avoir une évolution, un ensemble de volontés, notamment politique, qui fait qu'on ne peut pas fermer la porte. La Nationale 2 est le plus haut niveau amateur. Aucun joueur n'est payé. Si on passe au-dessus, on change de monde. Pour aller en Nationale 1, il faudra qu'on change de monde. Est-ce qu'on est prêt à le faire ? Est-ce qu'on a les moyens de le faire ? Pour l'instant, c'est non. Dans l'avenir, c'est-à-dire trois ans, quatre ans, cinq ans, je ne ferme pas la porte.


En revanche, votre équipe féminine est inscrite en Nationale 1 et accueillera un tournoi de championnat ce week-end...

C'est la première fois que l'équipe d'Hérouville est en Nationale 1. Elle a remporté deux ans de suite le championnat de la zone ouest avec la Bretagne et les Pays de Loire. Cette saison, on sort de la région. On affronte des équipes parisiennes et de l'est. Ça change beaucoup de choses en termes de niveau et d'engagement. Notre poule est composée de Choisy, Saint-Denis et Dijon. Chaque équipe reçoit un tournoi. Nous avons déjà joué à Choisy. On a perdu 24-7 contre Choisy, qui est le septième club français, et 14-8 contre Saint-Denis. On a battu Chenove 8-3. Notre objectif sur le tournoi du week-end prochain est de faire mieux, d'abord en termes de scores. On peut se rapprocher de Saint-Denis et aller les titiller. Tout au long de cette année, et peut-être même la saison prochaine, l'objectif sera de se rapprocher des équipes de tête. Au-dessus, c'est l'Élite. La différence avec les garçons, c'est que c'est moins inaccessible. La porte est ouverte. On a un groupe très jeune. Nos sept meilleures ont une moyenne d'âge de 16 ans. On est la plus jeune équipe de France à ce niveau-là. C'est pour cela qu'on peut espérer que l'équipe monte fort dans les années à venir.


Le compte rendu du match d'Hérouville contre Chartres :

Les premières minutes de match n’était pas à la hauteur des attentes. Menés 3-1 au bout de quatre minutes, les Marsouins étaient malmenés, avec une défense perméable et une attaque en manque d’imagination. Blessé dans son orgueil, Hérouville réagissait enfin sous l’impulsion de Rémy Barthow qui enfilait trois buts en une minute : 5-3 à l’issue de la 1ére période.

 

S'il avait fallu une période aux joueurs locaux pour se lancer, avec une meilleure défense et quelques contre-attaques, les Hérouvillais infligeaient un 10-3 à leur adversaire pour atteindre un score de 15- 6 avant l’entame de la dernière période. Des fautes de concentration permettaient aux adversaires du jour d’ajouter quelques buts. Mais le score était fait avec un écart conséquent.

 

En dépit d’un début de match mal maîtrisé (déjà constaté dans le passé), une belle victoire revient aux joueurs d’Hérouville. Avec plus vingt buts inscrits, dix marqueurs différents, l'équipe a montré toute la richesse et le potentiel de l’effectif.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr